Nicolas Rouppe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Nicolas-Jean Rouppe)
Aller à : navigation, rechercher
Nicolas Rouppe

Nicolas Jean Rouppe, né le 17 avril 1769 à Rotterdam et mort le 3 août 1838 à Bruxelles, est un homme politique belge d'origine néerlandaise et de tendance libérale. Il est le premier bourgmestre de Bruxelles de la Belgique indépendante.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sous-diacre de l'ordre des Carmes, il abandonne la religion au lendemain de la bataille de Jemappes (1794). Cette année-là, il fait scandale en brisant le crucifix qui se trouvait depuis des siècles dans l'entrée de l'hôtel de ville de Louvain. Le 21 janvier 1797, commissaire du département de la Dyle, il célèbre l'anniversaire de l'exécution de Louis XVI.

Le 21 juillet 1803, il accueille Napoléon Bonaparte au château de Laeken. De 1830 à 1838, il est élu bourgmestre de Bruxelles. Il est également élu membre du Congrès national, puis député.

En tant que bourgmestre, le 21 juillet 1831, il accueille Léopold Ier dans le même château de Laeken. En 1834, alors que des émeutes éclatent dans Bruxelles à la suite de la publication de la liste des donateurs pour le rachat des biens belges de Guillaume Ier des Pays-Bas, sa police est incapable de rétablir l'ordre et il doit faire appel à l'aide du gouvernement. Il participe vers la même époque à la création de l'Université libre de Bruxelles. Il fut également membre du conseil supérieur de l'École centrale du commerce et de l'industrie[1].

Il décède en 1838. Il est inhumé au cimetière de Laeken.

Parcours maçonnique[modifier | modifier le code]

En mai 1796, il devient membre de la loge maçonnique les Vrais Amis de l'Union.

Le 17 février 1798, Nicolas Jean Rouppe se joint aux onze officiers ou fonctionnaires français attachés à des établissements militaires, et quatre bourgeois de la ville afin d'installer la « loge militaire des amis philanthropes permanente à l'Orient de Bruxelles » pour continuer les travaux que l'atelier ambulant « laissait en souffrance par son départ ».

Hommage[modifier | modifier le code]

La place Rouppe à Bruxelles est baptisée en son honneur.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Almanach Royal et du Commerce de Belgique pour l’an M DCCC XXX VIII, présenté à Sa Majesté, Bruxelles, Imprimerie Balleroy, 1838 : « ECOLE CENTRALE DE COMMERCE ET D'INDUSTRIE, Rue Royale Neuve, 53. Conseil supérieur, MM.Le baron de Stassart, président du sénat et gouverneur du Brabant. Engler, sénateur. Desmaisières, représentant. Le comte Ferd. Meeus, représentant, directeur de la société générale pour favoriser l'industrie et de la société de commerce. Coghen, représentant et directeur de la société Nationale. Zoude, représentant. Rouppe, Bourgmestre de Bruxelles. Wyns, membre du conseil provincial du Brabant. Dindal, membre du conseil provincial du Brabant. Van Dievoet, avocat à Bruxelles ».

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]