Nicol Williamson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Nicol Williamson est un acteur britannique né le 14 septembre 1938 à Hamilton (Royaume-Uni), et mort le 16 décembre 2011 à Amsterdam[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Nicol Williamson apprend l'art dramatique à la Birmingham School of Speech Training and Dramatic Art de 1953 à 1956[2]. Il commence sa carrière d'acteur professionnel au Dundee Repertory Theatre en 1960. Il part pour Londres l'année suivante et joue dans les années 1960 deux rôles au théâtre qui le rendent célèbre : celui de Bill Maitland dans Inadmissible Evidence de John Osborne en 1964 et celui de Hamlet en 1968[3]. Il reprend ces deux rôles lors des adaptations au cinéma des deux pièces. Il obtient aussi un triomphe avec son interprétation de Vladimir dans En attendant Godot, Samuel Beckett qualifiant son interprétation de « géniale »[4].

Alors que John Osborne le considère comme « le plus grand acteur depuis Marlon Brando »[4], sa carrière est néanmoins freinée en raison de ses excès, de son comportement imprévisible et de ses manières brusques. Parmi ses nombreuses frasques, il frappe David Merrick alors que celui-ci est le producteur de théâtre le plus puissant de Broadway[4], il interrompt en 1968 une représentation de Hamlet en s'excusant de son interprétation qu'il juge mauvaise et quitte la scène[2], et il frappe avec son épée de scène son partenaire Evan Handler durant une représentation de I Hate Hamlet en 1991[5].

Au cinéma, il remporte la Coquille d'argent du meilleur acteur au Festival international du film de Saint-Sébastien 1969 pour son rôle dans La Chambre obscure et il est nommé pour le British Academy Film Award du meilleur acteur en 1969 et 1970 pour ses rôles dans The Bofors Gun et Inadmissible Evidence[6]. Ses autres rôles les plus connus sont ceux de Sherlock Holmes dans Sherlock Holmes attaque l'Orient Express (1976), de Petit Jean dans La Rose et la Flèche (1976) et de Merlin dans Excalibur (1981)[2]. Il a également remporté un grand succès sur les planches en 1994 avec son one-man-show sur la vie de John Barrymore[3].

Il a été marié de 1971 à 1977 avec l'actrice Jill Townsend, avec qui il a eu un fils, Luke. Il meurt le 16 décembre 2011 d'un cancer de l'œsophage[4].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Décès de l'acteur Nicol Williamson », L'Express.fr le 25 janvier 2012
  2. a, b et c (en) Hal Erickson, « Nicol Williamson Biography », sur nytimes.com (consulté le 29 mai 2014)
  3. a et b (en) Brian McFarlane, « Nicol Williamson Biography », sur screenonline.org.uk (consulté le 29 mai 2014)
  4. a, b, c et d (en) John Calder, « Nicol Williamson: Mercurial and brilliant actor whose career was undermined by his flaws », sur independent.co.uk (consulté le 29 mai 2014)
  5. (en) « Nicol Williamson Obituary », sur telegraph.co.uk (consulté le 29 mai 2014)
  6. (en) « Nicol Williamson Awards », sur imdb.com (consulté le 29 mai 2014)