Nicolò Coccon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Nicolò Coccon

Naissance
Venise
Drapeau du Royaume lombard-vénitien Royaume lombard-vénitien
Décès (à 76 ans)
Venise
Drapeau du Royaume d'Italie Royaume d'Italie
Activité principale compositeur, maître de chapelle
Style musique religieuse
Lieux d'activité Venise
Maîtres Fabio Ermagora
Enseignement Conservatoire Benedetto Marcello

Nicolò Coccon, né le à Venise et mort à Venise le , est un compositeur, organiste et maître de chapelle vénitien.

Biographie[modifier | modifier le code]

À dix ans, Nicolò Coccon est confié au Maestro Fabio Ermagora, disciple de Bonaventure Furlanetto. À quinze ans, il compose trois motets pour voix mixtes, ce qui fait de lui un des compositeurs les plus prometteurs, tandis qu'il recueille des félicitations dans les autres domaines musicaux dans lesquels il s'engage, comme le chant, le piano, l'orgue et le violon.

En 1856, à l'issue d'un concours, il a été nommé premier organiste de la Basilique Saint-Marc, et vice-maître d'Antonio Buzzolla. Ce dernier a pris sa retraite pour des raisons de santé, Cocoon est devenu maître de la Cappella Marciana à titre provisoire en attendant un concours qui décidera en dernier ressort. La compétition a eu lieu en 1873; dans le jury figuraient, entre autres, Giovanni Battista Candotti (it), Melchiorre Balbi et Jacopo Tomadini (it). Coccon a remporté le concours et est devenu le premier maître, directeur de la Marciana, un rôle qui lui a permis d'exploiter de manière intensive ses talents de compositeur. À partir de 1882, il a également assumé la chaire d'harmonie et de contrepoint au Conservatoire Benedetto Marcello, qu'il a occupé jusqu'en 1897. En 1894, il a quitté la direction de la Marciana, aigri par des désaccords de plus en plus nets avec son second, Giovanni Tebaldini, porteur des idéaux du mouvement cécilien naissant. Il a eu comme successeur, Lorenzo Perosi.

Il est mort le . Lors de ses funérailles, à l'église de San Trovaso, on a joué une grande messe de Requiem, faisant partie des huit qu'il avait composées.

Compositions[modifier | modifier le code]

Musique Sacrée[modifier | modifier le code]

  • Huit Messe di Requiem parmi lesquelles:
    • Requiem per l'Arciduca l'Austria Federico (1850)
    • Messa di Requiem a quattro con orchestra e soli (1879)
  • Trente Messes parmi lesquelles:
    • Messa in fa a 4 voci e orchestra (1871)
    • Piccola Messa in re a 4 voci ed orchestra (1875)
    • Tre Messe annuali d'obbligo pel S. Natale (1875, 1877, 1879)
    • Messa per la Cappella di S.S. Andrea e Ambrogio a Genova (1869)
  • Cinque Salmi per la Cappella di S.S. Andrea e Ambrogio a Genova (1869)
  • d'autres compositions pour la Cappella Marciana restent inédites.

Opéras[modifier | modifier le code]

  • Manasse in Babilonia, (Venise, orfanotrofio dei Gesuati, );
  • I due orangotani, operetta (Venise, orfanotrofio dei Gesuati, );
  • Saul, dramma sacro in tre atti (Spello, Collegio Rossi, );
  • Uggero il Danese (inédit);
  • Zaira (inédit).

Compositions pour harmonie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

(it) Giovanni Masutto,, I maestri di musica italiani del secolo xix: notizie biografiche, Venise, Cecchini,

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source de la traduction[modifier | modifier le code]