Nicky Larson et le Parfum de Cupidon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nicky Larson.
Nicky Larson et le Parfum de Cupidon
Réalisation Philippe Lacheau
Scénario Julien Arruti[1]
Philippe Lacheau
Pierre Lacheau[1]
Acteurs principaux

Philippe Lacheau
Élodie Fontan
Tarek Boudali
Julien Arruti
Didier Bourdon

Sociétés de production Les Films du 24[1]
Axel Films[1]
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre comédie policière
Durée 90 minutes[1]
Sortie 2018

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Nicky Larson et le Parfum de Cupidon est un film de comédie policière français coécrit et réalisé par Philippe Lacheau, sorti en 2018.

Il s'agit d'une adaptation de la série animée Nicky Larson, elle-même adaptée du manga shōnen City Hunter écrit et dessiné par Tsukasa Hōjō. Il sort quasiment jour pour jour avec une autre adaptation du manga en anime, Nicky Larson Private Eyes, prévu en France le .

Synopsis[modifier | modifier le code]

Nicky Larson est un garde du corps hors du commun, aussi adroit comme combattant de rue que comme tireur d'élite. On fait souvent appel à lui pour régler les problèmes que les autres ne peuvent résoudre. Aidé de sa partenaire Laura, il propose de multiples services, plus ou moins dangereux pour lui, à ses clients. Mais, aussi professionnel et réputé soit-il, il possède un défaut de taille : son penchant particulièrement exacerbé pour la gent féminine, ce qui pose bien des soucis à Laura.

Un de ses clients lui confie un jour la mission de protéger le « parfum de Cupidon », une fragrance qui permet de rendre irrésistible quiconque le porte, avant qu'une seconde d'inattention de Larson ne permette à des malfrats de s'en emparer. Après avoir été aspergé par le parfum, Nicky Larson doit alors le récupérer.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Le projet est annoncé en , sur le compte Instagram de Philippe Lacheau, qui coécrit le scénario avec son frère Pierre[3] : « Les amis, je suis très fier de vous annoncer mon prochain film ! (avec les copains bien sûr) Joie immense d'adapter et réaliser au cinéma le dessin animé de mon enfance Nicky Larson ! C'est un rêve de gosse qui se réalise. Nous allons tout faire pour ne pas décevoir toute la génération Club Dorothée qui a connu Nicky Larson et faire découvrir aux autres générations ce détective hors du commun, à la fois drôle et brillant. Nous sommes en pleine écriture, tournage l'année prochaine[4]. »

Ce dernier ajoute qu'il veut surtout « rester le plus fidèle possible au manga » pour ne pas décevoir les fans de Nicky Larson, comme il l'a été lui-même en découvrant Dragonball Evolution (2009), l’adaptation américaine de Dragon Ball d'Akira Toriyama[3]. En effet, Dragon Ball Evolution a suscité la colère d'une très grande majorité de fans de Dragon Ball et l'annonce de l'adaptation d'un anime en film a fait bondir de nombreux internautes français et suscite une avalanche de critiques négatives.

Peu avant le début du tournage, Philippe Lacheau s'adresse aux fans sceptiques du projet : « Demain démarre pour nous une nouvelle aventure, sans doute la plus grande depuis le début. Nous partons pour soixante-cinq jours de tournage. Je suis partagé entre émotion, excitation et STRESS. On va tout faire pour vous offrir la meilleure comédie d’action possible en essayant de ne décevoir ni les fans du manga, ni nos fans à nous qui nous suivent depuis le début. Et quant aux sceptiques qui se disent que c’est impossible pour des français de faire une bonne adaptation, on ne vous en veut pas, on aurait pensé la même chose 😁 bisous et à bientôt[5] ! »

Philippe Lacheau contacte même un youtubeur spécialisé dans les mangas, le Chef Otaku, qui avait publié une vidéo critique sur le sujet. Après avoir échangé avec le réalisateur, le Chef Otaku publie une vidéo dans laquelle il se dit quelque peu rassuré tout en attendant de voir. Par la suite, il analyse la première bande-annonce du film en lisant points positifs et négatifs, avant de faire une vidéo après avoir vu le film. Agréablement surpris, il estime que Philippe Lacheau a tout compris de l'esprit Nicky Larson et a réussi son projet.

Tsukasa Hōjō, le créateur de la série Nicky Larson et toujours détenteur des droits de son personnage, a particulièrement apprécié le scénario du film de Philippe Lacheau : « J’ai reçu beaucoup d’offres pour adapter City Hunter au cinéma. Et la plupart des scénarios que je recevais étaient assez plats, beaucoup de scénarios de films d’action qui n’avaient pas forcément compris le propos et, dans le scénario de Philippe, il y avait de tout : du drame, du rire, des trucs un peu coquins. Il avait pris en compte la globalité de l’œuvre »[6]. L'auteur de la série a surtout surveillé les passages de flashback ou les relations entre les personnages[7]. Par ailleurs, les références au Club Dorothée et les libertés prises (à l'époque) par les traducteurs français du dessin animé, à cause de la censure pour le jeune public, lui ont été expliquées[7].

Pendant la promotion, Philippe Lacheau évoque la possibilité d'une suite si le film est un succès, mettant en place un cross-over avec l'autre œuvre de Tsukasa Hōjō, Signé Cat's Eyes[8].

Distribution de rôles[modifier | modifier le code]

Élodie Fontan, qui a collaboré plusieurs fois avec Philippe Lacheau avec qui elle est d'ailleurs en couple, est officialisée dans le rôle de Laura Marconi en mai 2018[9]. Quelques jours plus tard, Dorothée, qui animait l'émission Club Dorothée où était diffusée notamment la série d'animation Nicky Larson, est annoncée pour un caméo[10]. Est également annoncée la participation de l'actrice américaine Pamela Anderson[11], connue pour son rôle de sauveteuse dans la série culte Alerte à Malibu, et désormais établie à Marseille. Sur son compte Twitter et Facebook, le boxeur Jérôme Le Banner, confirme sa présence sur le tournage[12]. Récemment, une nouvelle affiche a fait son apparition, dévoilant ainsi l'acteur Didier Bourdon au casting[13]. Une photographie, dévoilée en août 2018, révèle l'interprète du personnage de Mammouth, Kamel Guenfoud[14].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage débute le et s’achève en , soit quatorze semaines de tournage, chose assez rare pour une comédie française. Des scènes sont tournées à l'aéroport de Nice-Côte d'Azur. Il se poursuit à Monaco, Paris et en Île-de-France[15].

Accueil[modifier | modifier le code]

Promotion[modifier | modifier le code]

Une affiche du film est dévoilée le et révèle ainsi le titre du film, Nicky Larson et le Parfum de Cupidon[16].

La première bande annonce du film est dévoilée le , tandis qu'une bande annonce dite « finale » est présentée le par Sony Pictures France.

Lors du Comic Con Paris en , il est révélé que Jean-Paul Césari et Vincent Ropion font des caméos dans le film. Le premier étant l'interprète de la chanson du générique français de la série d'animation Nicky Larson alors que le second est la voix française du personnage principal[17].

Avant-premières et sorties[modifier | modifier le code]

Le film est présenté en avant-première, presque dans toute la France, le [18], avant sa sortie nationale prévue le comme en Suisse romande[1] et le en Belgique[1].

Critiques[modifier | modifier le code]

Le , la veille du jour des avant-premières[18], Simon Riaux d’Écran large lance sa « critique qui ne craint personne » : le film envoie « une poignée d’images tantôt hilarantes, tantôt empreintes d’une joliesse inattendue (…) en vision subjective en course-poursuite matelassée », mais « le récit parvient à tenir une harmonie étonnante entre pastiche et premier degré. (…) Les dialogues apparaissent plus d'une fois comme le principal point faible de l'entreprise »[19]. Frédéric Mignard d’Avoir-alire admet qu’il « est probablement le film le plus sympathique de son auteur depuis les Babysitting, loin des naufrages récents en matière d’adaptation de bande dessinée, comme celle de Gaston Lagaffe. (…) À vrai dire, les gags de quiproquo et les situations ahurissantes sont typiques de l’œuvre de Lacheau (…) et comme jamais on ne s’ennuie ou l’on a l’impression de perdre son temps, on lui pardonne ses quelques errances artistiques. Pas sûr, par contre, que les fans de la première heure de la série animée y voient matière à l’indulgence »[20].

Alexandre Lazerges du GQ admet que « Philippe Lacheau fait pire que Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu ? en saccageant un manga culte malgré la présence de Pamela Anderson et Dorothée »[21].

Box-office[modifier | modifier le code]

Nicky Larson et le Parfum de Cupidon prend la troisième place du box-office français la semaine de sa sortie avec 630 013 entrées dans 579 salles[2]. Il s'agit d'un démarrage en demi-teinte par rapport à Babysitting 2 (plus de 801 000 entrées à la même période en 2015 dans 553 salles[22]) et Alibi.com (plus d'un million d'entrées à la même période en 2017 dans 528 salles[23]), mais faisant mieux que Babysitting (plus de 543 000 entrées à la même période en 2014 dans 350 salles[24]).

Avec 1 684 404 entrées, le film ne parvient qu'à obtenir un taux de rentabilité de 60% par rapport à son budget de 18,6 millions d'euros[2].

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau de la France France 1 684 404 entrées[2] 10
Monde Monde hors France 51 359 entrées[2] 10

Monde Total Monde 1 735 763 entrées[2] 10

Clins d’œil[modifier | modifier le code]

Au début du film, Laura prend en photo un numéro sous le « code » qui sert à ses clients pour les contacter. Le fameux code « X Y Z » fait référence au nom du premier épisode de l’animé de « City Hunter »[25],[26].

On trouve aussi dans le film de nombreuses références aux autres programmes diffusés dans le Club Dorothée, comme l'a été Nicky Larson, (AB Productions), ainsi que des clins d’œils à divers mangas notamment l'original, City Hunter.

Au début du film, un certain Monsieur Mokkori va subir une opération peu avant que Nicky et Mammouth ne viennent s'affronter. Ce nom fait référence à l'onomatopée en japonais utilisée dans le manga original lorsque Ryô Saeba (Nicky Larson en VO) a une érection.

Laura est agacée par Nicky au début du film, l'accusant en ramassant un fusil à lunette de visée d'être encore en train d'espionner « les filles d'à côté », allusion à la série du même nom d'AB Productions. D'ailleurs, quand Nicky prend le fusil pour continuer une fois Laura sortie de la pièce, les filles qu'ils observent sont aux nombre de trois, comme dans la série.

On apprend que Nicky Larson a assisté au mariage de Jeanne et Serge, une allusion à la série animée Jeanne et Serge créée par Shizuo Koizumi. La toile que Nicky veut accrocher dans son appartement représente un chevalier en armure médiévale dans un canot de sauvetage : intitulé le Chevalier du Zodiac en référence à la série animée les Chevaliers du Zodiaque créé par Masami Kurumada.

Dans le parc, le personnage de Poncho s'adresse à des enfants qui jouent au football et s'adresse à deux d'entre eux par les prénoms d'Olive et Tom, titre français du manga Captain Tsubasa de Yôichi Takahashi,

Lorsque Nicky tire sur la moto, la balle part au ralenti et on peut lire City hunter sur le culot de celle-ci, référence au nom du manga ainsi qu'au surnom de Nicky.

Lorsque le maire monsieur Mokkori est interviewé à la télé, différentes news passent sur les bannières d'informations en bas de l'écran, dont notamment une indiquant que « Les mini pouces ont été reconduits à la frontière », une référence à la série télévisée Les Minipouss. La bannière parle aussi de la visite du maire au « collège Fou Fou » (du manga Le Collège fou, fou, fou) dont la particularité des personnages est d'avoir des visages bouffis, lorsqu'au même moment, le visage du maire apparait bouffi. Plus tard, la bannière parle également d’une « épidémie de syphilis à la pension des mimosas », référence au manga « Juliette je t’aime », « Ken » étant le seul survivant, en référence à Ken le Survivant. Enfin, il est de nouveau fait référence au manga Captain Tsubasa de Yôichi Takahashi, dans la même bannière qui mentionne de nouveau Olivier Atton.

À l'aéroport, Gilbert parle avec une hôtesse au sol incarnée par Dorothée. Cette dernière animait l'émission de jeunesse Club Dorothée sur TF1 dans laquelle était diffusée la série d'animation Nicky Larson. De plus, lorsqu'elle voit l'intérieur de la valise de Gilbert, elle déclare qu'elle aime beaucoup ses chaussettes rouges et jaunes à petits pois en référence à sa célèbre chanson. Un autre clin d’œil au Club Dorothée est présent dans le film lorsque Nicky Larson tabasse trois vigiles et leur dit « salut les musclés ! », Salut les Musclés étant une sitcom diffusée dans l'émission[26].

Lorsque Nicky et Laura rentrent dans l'aéroport pour suivre Gilbert, on peut entendre une voix annoncer « Le petit Rémi est attendu par sa famille », en référence au dessin animé Rémi sans famille.

Jean-Paul Césari, l'interprète du générique français de la série d'animation Nicky Larson, apparaît comme chanteur à la soirée Fashion Police où il chante d'ailleurs la chanson. De plus, Vincent Ropion, qui prêtait sa voix à Nicky Larson dans la série d'animation, interprète ici le journaliste télévisé[26].

Dans le club de strip-tease, Nicky Larson interpelle une fille pour lui demander à boire : « Ranma, un demi, s'il te plait ». Cela fait référence au manga Ranma ½ et à son adaptation télévisée en anime.

Medi Sadoun interprète l'homme demandant à Laura de jouer avec son détecteur de mensonges. Le look du personnage rappelle celui du personnage principal de la série d'animation Inspecteur Gadget et il prononce la phrase « Hé là qui va là ?! » présente dans le générique[26].

Durant la scène d'action avec le lit tiré par la voiture, le téléphone de Jessica Fox filme Gilbert, le tout retransmis en direct sur les réseaux sociaux. Un internaute demande « c'est une réalisation filiplacho ? » en clin d’œil au réalisateur. On voit aussi des spectateurs réagir à la retransmission, dont Tortue Géniale de Dragon Ball[26]. On retrouve un autre clin d’œil à Dragon Ball quand Nicky demande le numéro d'un bâtiment (où vit un des personnages secondaires) à une dame dans la rue. Elle lui répond le « C17 », comme le cyborg homonyme.

Le personnage d'Hélène Lamberti se présente à la fin du film en disant : « Hélène, je m'appelle Hélène » en référence à la chanson d'Hélène Rollès, actrice principale de la série Hélène et les Garçons.

En toute fin de film, un coup de vent soulève une jupe juste devant Laura et Nicky, qui ne manquera pas de le remarquer. À ce moment, un corbeau traverse l'écran en croassant. Le corbeau apparaît souvent dans le manga et l'anime, accentuant les moments de solitude des personnages.

Probabilités de suites[modifier | modifier le code]

Pendant la promotion, Philippe Lacheau évoque la possibilité d'une suite si le film est un succès, mettant en place un cross-over avec l'autre œuvre de Tsukasa Hōjō, Cat's Eye[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m n o et p « Nicky Larson », sur Unifrance (consulté le 8 janvier 2019).
  2. a b c d e et f « Nicky Larson et le Parfum de Cupidon », sur JP's Box-Office (consulté le 3 mars 2019)
  3. a et b « Après Babysitting, Philippe Lacheau sera Nicky Larson », sur Allociné, (consulté le 19 juin 2018).
  4. « Instagram de Philippe Lacheau », sur Instagram, (consulté le 19 juin 2018).
  5. « Nicky Larson : Philippe Lacheau dévoile une première photo de tournage », sur Allociné, (consulté le 19 juin 2018).
  6. Pauline Croquet, « Draguer le grand public en respectant les fans : l’opération séduction de « Nicky Larson » », sur Le Monde, (consulté le 6 février 2019).
  7. a et b « Comment Nicky Larson a atterri chez Philippe Lacheau », Vincent Manilève, L'Express.fr, 6 février 2019.
  8. a et b « News cinéma : Nicky Larson 2 : un crossover avec Cat's Eyes pour Philippe Lacheau », sur cinema.jeuxactu.com.
  9. « Nicky Larson : coup de massue, Elodie Fontan jouera Laura pour Philippe Lacheau ! », sur Allociné, (consulté le 19 juin 2018).
  10. « Nicky Larson : Dorothée devrait faire un caméo dans le film de Philippe Lacheau », sur Première, (consulté le 19 juin 2018).
  11. Thomas Louisy, « Pamela Anderson jouera en français dans le film "Nicky Larson" », sur RTL, .
  12. Jérôme Le Banner dans Nicky Larson Le Film, sur Jérôme Le banner page facebook officielle.
  13. Didier Bourdon révélé sur la nouvelle affiche du film sur gameblog.fr.
  14. « Nicky Larson et le parfum de Cupidon : le réalisateur Philippe Lacheau dévoile une photo de Mammouth », sur Allociné, (consulté le 16 août 2018).
  15. « Article n° 258609 - « Nicky Larson » : 14 semaines de tournage au total pour le film de Philippe Lacheau », sur Satellifax, (consulté le 19 juin 2018).
  16. « Nicky Larson : déjà une affiche pour le film de Philippe Lacheau », sur Allociné, (consulté le 19 juin 2018).
  17. « Nicky Larson : le caméo de Dorothée, les clins d’œil, la bande-annonce... Toutes les infos du Comic-Con Paris 2018 », sur Allociné, (consulté le 29 octobre 2018).
  18. a et b « Ricky Larson et le Parfum du Cupidon - Release Info », sur Internet Movie Database (consulté le 3 février 2019).
  19. Simon Riaux, « Nicky Larson et le Parfum de Cupidon : critique qui ne craint personne », sur Écran large, (consulté le 3 février 2019).
  20. Frédéric Mignard, « Nicky Larson et le Parfum de Cupidon - la critique du film », sur Avoir-alire, (consulté le 3 février 2019).
  21. Alexandre Lazerges, « Nicky Larson est-il le pire film du monde ? », sur GQ, (consulté le 4 février 2019).
  22. « Babysitting 2 », sur JP's Box-Office (consulté le 30 avril 2019).
  23. « Alibi.com' », sur JP's Box-Office (consulté le 30 avril 2019).
  24. « Babysitting », sur JP's Box-Office (consulté le 30 avril 2019).
  25. « Nicky Larson et le parfum de Cupidon - Philippe Lacheau : "J'ai réalisé un rêve d'enfant" », sur Yahoo! (consulté le 10 mai 2019)
  26. a b c d et e « Nicky Larson : ces références et clins d’œil qui vous ont peut être échappé ! », sur Allociné, (consulté le 10 février 2019)

Annexes[modifier | modifier le code]

Documentation[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]