Nickelodéon (cinéma)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Nickelodeon (cinéma))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nickelodeon.
Une salle Nickelodeon de Toronto, Ontario, Canada, vers 1910

Un Nickelodéon (en anglais : Nickelodeon) était un type de petite salle de cinéma de quartier du début du XXe siècle en Amérique du Nord. Le nom provient de l'américain « nickel » et du grec « odéon », qui désignent respectivement la pièce de 5 cents (celle que les spectateurs devaient glisser dans un tourniquet pour accéder à la salle), et un édifice pour la musique. Ils étaient considérés comme les premiers réseau de salle de cinéma.

Le premier Nickelodéon apparaît en novembre 1905, lorsque l'entrepreneur John Harris se rend à Pittsburgh pour y négocier un local commercial. Il convoite une ancienne boutique situé à Smintfield Street, un quartier très fréquenté. Après avoir obtenu un baisse importante du loyer, et avoir aménagé l'intérieur, il a l'idée de solder des places de spectacle cinématographique, soit au prix de 5 cents, la plus petite pièce de monnaie américaine. Le succès est alors au rendez-vous puisque sa salle affiche complet de 8h à minuit, ce qui pousse John Harris et son associé Harry Davis, à ouvrir d'autres nickelodéon. D'autres personnes, avec l'idée d'ouvrir leur propre réseau, s'empareront de l'idée[1].

Les Nickelodéons situés dans des zones en forte concurrence comportaient un piano ou un orgue, pour qu'un musicien accompagne de façon appropriée les séquences muettes projetées (par exemple du classic ragtime pour une course-poursuite, ou ce qu'on appelait à l'époque la musique « Eliza-crossing-the-ice » pendant les scènes pour faire frémir). Les séances étaient généralement d'une durée de 15 minutes aux débuts du Nickelodéon, composé de 3 petits films en moyenne[1].

Les grands producteurs américains fondateurs d'Hollywood, comme Louis B. Mayer ou Adolph Zukor, étaient des émigrés juifs d'Europe de l'Est qui vivaient de petits boulots avant de devenir exploitants de ces salles de cinéma, ce faisant ils connaissaient bien les goûts du public d'où leur désir concrétisé de devenir producteur[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Vincent Mirabel, L'histoire du cinéma pour les Nuls, First Editions, , 509 p. (ISBN 9782754006095), p. 90
  2. Christian-Marc Bosséno, Jacques Gerstenkorn, Hollywood : L'usine à rêves, Gallimard, , 176 p. (ISBN 2070531538)

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes et sources[modifier | modifier le code]