Nicholas Trivet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nicholas Trivet
Nicholas Trevet (cropped).jpg
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Activités
Historien, religieux catholiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Ordre religieux

Nicholas Trivet, ou Nicolaus Triveth, Nicolas Trevet en français, né à Norfolk vers 1258 et mort en 1328, est un théologien et historien anglais.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nicholas Trivet est le fils de Sir Thomas Trivet de Norfolk, chef justicier au tribunal du roi. Chevalier éduqué à l'université d'Oxford puis à l’Université de Paris où il a commencé ses recherches. De retour en Angleterre, il est entré chez les dominicains dont il est peut-être devenu le prieur. Il a enseigné à l'université d'Oxford où il a été régent à deux reprises. Selon Cristoforo Baggiolini, il se serait rendu dans le sud de la France où il se serait signalé par son zèle contre les hérétiques avant de se rendre en Italie où, prêchant la trêve de Dieu entre les seigneurs et les villes libres de Lombardie contre les hérétiques piémontais, il aurait exhorté les troupes catholiques en armure et portant un immense crucifix en étendard jusqu’aux milieu des batailles.

On a dix-huit œuvres de Nicholas Trivet. Il a écrit en latin une Expositio super librum Boecii Consolatione (« Explication de la Consolation de Philosophie de Boèce »), des Annales Sex regum Angliæ (« Annales des six rois d’Angleterre ») qui commence en 1136 avec le règne d’Étienne de Blois et se termine en 1307 à la mort d’Édouard Ier, des Annales ab origine Mundi ad Christum (« Annales depuis les origines du Monde jusqu’au Christ »), un commentaire sur le De civitate Dei de saint Augustin ainsi qu’un commentaire sur les tragédies de Sénèque qui annonce la Renaissance.

Il a également écrit en anglo-normand vers 1334 la Cronicles que frère Nichol Trivet escrit à ma dame Marie la filhe moun seignour le roi d'Engleterre Edward le filtz Henri pour la fille d’Édouard Ier, la princesse Mary (11 mars 1279-29 mai 1332), devenue nonne en 1285 à Amesbury, (Wiltshire) contient l’Histoire de Constance qui a inspiré tant Chaucer que John Gower.

L’œuvre littéraire de Nicholas Trivet en tant que commentateur de Tite-Live, Juvénal, Ovide, Sénèque ou Aristote dépasse tout ce qui s’est écrit en son siècle en Angleterre. Quant à son travail de commentateur de la Bible, il se distingue aussi par son originalité et son indépendance par rapport aux traditions des écoles médiévales. Son travail de chroniqueur lui a également valu une grande réputation de fiabilité qui a contribué à le faire connaître hors des frontières de son pays et même subventionner ses recherches par le pape Jean XXII.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Métivier David, "Traduction et commentaire du Prologue et du Livre I des Annales de Nicolas Trivet", mémoire de DEA, sous la direction du Pr. Jacquin, Université d'Angers, 2002.
  • (en) Owen Howard Boehm, Treveth’s Commentary on the Octavia : A Critical Edition, Dissertation Abstracts International, Section A : The Humanities and Social Sciences, 2004 Sept ; 65 (3): 919, Loyola U, 2003
  • (en) Robert M. Correale, « Chaucer’s Manuscript of Nicholas Trevet’s Les Cronicles, The Chaucer Review: A Journal of Medieval Studies and Literary Criticism, 1991 ; 25 (3): 238-65
  • (es) Pilar Saquero Suárez-Somonte, « Las glosas de Nicolás de Trevet sobre los trabajos de Hércules vertidas al castellano : El códice 10.220 de la B. N. de Madrid y Enrique de Villena, Epos, Revista de Filologia, 1990 ; 6: 177-197
  • (en) Robert M. Correale, « Gower’s Source Manuscript of Nicholas Trevet’s Les Cronicles », Éd. R. F. Yeager, John Gower: Recent Readings, Kalamazoo : Medieval Inst., Western Michigan, pp. 133-157
  • (en) Robert M. Correale, « Chaucer’s The Friar’s Tale, Lines 1511-12, and Les Cronicles of Nicholas Trevet », Notes and Queries, 1988 Sept. ; 35 (233) (3): 296-298
  • (en) Ruth J. Dean, « Cultural Relations in the Middle Ages: Nicholas Trevet and Nicholas of Prato », Studies in Philology, 1948 ; 45: 541-564
  • (en) Ruth J. Dean, « The Earliest Known Commentary on Livy Is by Nicholas Trevet », Medievalia et Humanistica (University of Colorado), 1945 ; 3: 86-98
  • (en) Ruth J. Dean, « MS. Bodl. 292 and the Canon of Nicholas Trevet's Works », Speculum : A Journal of Medieval Studies, 1942 Apr ; 17 (2): 243-49
  • (en) Ruth J. Dean, « An Essay in Anglo-Norman Palæography » : Studies in French Language and Medieval Literature Presented to Professor Mildred K. Pope, Manchester, England ; 1939, pp. 79-87
  • (en) Ruth J. Dean, « Nicholas Trevet Historian », Medieval Learning and Literature. Essays presented to R. W. Hunt, Oxford, 1976, p. 328-352.
  • (en) Seán Duffy, The “continuation” of Nicholas Trevet : a new source for the Bruce Invasion, Dublin, Royal Irish Academy, 1991
  • (en) Bernard I. Duffey, The art of The man of law’s tale as developed from Trivet’s Life of Constance in the Anglo-Norman chronicle, M.A. Thesis, Ohio State University, 1942
  • (de) Hermann Hauke, Die Lehre von der beseligenden Schau nach Nikolaus Trivet, München, [S.n.], 1967
  • (de) Rebekka Junge, Nicholas Trevet und die Octavia Praetexta : Editio princeps des mittelalterlichen Kommentars und Untersuchungen zum pseudosenecanischen Drama, Paderborn, Schöningh, 1999 (ISBN 3-506-79064-1)
  • (en) Mary Louise Lord, « Virgil's Eclogues, Nicholas Trevet, and the Harmony of the Spheres », Mediaeval Studies, 1992 ; 54: 186-273
  • (de) Otto Lohmann, « Boethius und sein Kommentator Nicolaus Trevet in der italienischen Literatur des 14. Jahrhunderts », Peter Schweigler, Gustav Hofmann, Preben Kirkegaard, Helena Wiekkowska, Bibliothekswelt und Kulturgeschichte: Eine internationale Festgabe fur Joachim Wieder zum 65. Geburtstag dargebracht von seinen Freunden, Munich, Verl. Dokumentation, 1977, pp. 28-48
  • (en) Lodi Nauta, « The Scholastic Context of the Boethius Commentary by Nicholas Trevet », M. Hoenen & L. Nauta (eds.), Boethius in the Middle Ages. Latin and Vernacular Traditions of the 'Consolatio Philosophiae', Leiden 1997, pp. 41–67
  • (it) Marco Palma, Nicola Trevet, Commenta alle Troades di Seneca, Rome, Storia e Letteratura, 1977
  • (en) Kate O. Petersen, « Chaucer and Trivet », Publications of the Modern Language Association of America, 1903 ; 18 (2): 173-93
  • (en) Marianne Powell, « Henryson, Boethius and Trevet », Actes du 2e colloque de langue et de littérature écossaises, 5-11 juillet 1978, Strasbourg, Univ. de Strasbourg ; 1979, pp. 297–306
  • (it) Vianello Roberto, « Su un commento virgiliano attribuito a Nicola Trevet », Studi Medievali, 1991 ; 32 (1): 345-67
  • (it) Cristina Speggiorin, « Il commento di Trevet alle Tragoediae di Seneca e i suoi riflessi sulle traduzioni catalana e castigliana », Annali di Ca’ Foscari : Rivista della Facoltà di Lingue e Letterature Straniere dell’Università di Venezia, 1997 ; 36 (1-2): 599-613
  • Curt J. Wittlin, « Tite-Live, Trevet, Bersuire : Un Exemple de l’importance des commentaires médiévaux pour les premiers traducteurs », Revue de l'Association des Humanités, 1977 ; 28: 217-31

Liens externes[modifier | modifier le code]