Niccolò Sanudo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Niccolò Sanudo
Fonction
Duc de Naxos
Biographie
Décès
Activité
MilitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Fratrie
Giovanni Sanudo
Marco Sanudo (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Sanudo family coa.svg
blason

Niccolò Sanudo, cinquième duc de Naxos (mort en 1341).

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et jeunesse[modifier | modifier le code]

La famille Sanudo aurait, sous le nom de Candiano, fourni plusieurs doges, fonctionnaires et ambassadeurs à la Sérénissime avant de subir une éclipse au XIe siècle puis d'occuper une place éminente à partir du XIIe siècle[1]. Marco Sanudo, le fondateur de la dynastie, participa à la Quatrième croisade en 1204 puis fonda le Duché de Naxos. Angelo Sanudo, son fils, passa la plus grande partie de sa vie à guerroyer, principalement pour ses suzerains l'Empereur latin puis après 1248 le Prince d'Achaïe. Le règne du grand-père de Niccolò, Marco II Sanudo, fut perturbé. Le Duché de Naxos ne cessa de rétrécir sous les coups de l'Empire byzantin.

Le règne du père de Niccolò, Guglielmo Sanudo fut marqué par l'arrivée de deux nouvelles menaces dans l'Égée : les Catalans, d'abord au service de l’empereur byzantin Andronic II contre les Turcs avant de se retourner contre l'Empire et de ravager la région ; et les Turcs eux-mêmes. Les petits seigneurs des Cyclades, vassaux du Duché de Naxos, face à ce double danger, se tournèrent de plus en plus vers Venise plus à même de les protéger que leur suzerain. Guglielmo chercha un appui chez les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem qu'il aida à conquérir Rhodes et invita à construire une forteresse sur Délos. Un des frères de Niccolo rejoignit l'ordre[2].

Dans la même perspective d'alliances, Niccolò Sanudo épousa Jeanne de Brienne, liant le Duché de Naxos avec le Duché d'Athènes de Gautier de Brienne. Il participa en mars 1311 à la bataille d'Halmyros contre la Compagnie catalane et y fut fait prisonnier[3]. Après s'être emparé d'Athènes, les Catalans ravagèrent les Cyclades. Relâché contre rançon, il fut nommé par son père Guglielmo commandant et chargé de lutter sur mer et sur terre contre les exactions catalanes[4].

Duc de Naxos[modifier | modifier le code]

Niccolò Sanudo succéda à son père Guglielmo Sanudo en 1323.

En janvier 1325, il fut appelé à l'ost par son suzerain, le Prince d'Achaïe Jean de Gravina qui cherchait à reconquérir les territoires perdus par la principauté au profit de l'Empire byzantin[4]. Il participa ainsi au siège de la forteresse de Karytaina, que les Francs ne parvinrent cependant pas à prendre. Jean de Gravina quitta la principauté au printemps 1326, laissant Niccolo Sanudo à la tête des troupes. Malgré son infériorité numérique il remporta ainsi une victoire sur l'armée grecque qui cherchait à pénétrer en Élide[5],[6]. Puis, il quitta lui aussi le Péloponnèse. Il fut le dernier Duc de Naxos à commander une troupe sur le continent[7].

Pendant son absence, au début de 1325, les Turcs razzièrent Naxos après avoir attaqué l'Eubée[8], peut-être à l'instigation de leurs alliés catalans du duché d'Athènes, ennemis des Angevins[9].

Entre 1326 et 1327, Niccolo entra en conflit avec Bartolomeo Ghisi[10], pour une cause inconnue[11]. Les deux adversaires s'attirèrent à ce sujet une condamnation de la part du baile vénitien de Négrepont, qui fut finalement annulée par le sénat vénitien[12].

En 1329, Andronic III Paléologue décida de chasser les Génois installés sur Chios depuis le règne de son père. Une flotte naxiote, commandée par Niccolo, participa à l'expédition. Ce renversement des alliances n'était pas inhabituel. De plus, les Génois étaient les ennemis directs des Vénitiens (avec qui le Duché de Naxos avait malgré tout des liens privilégiés)[7].

En 1332, il conclut une trêve séparée avec les Turcs sans y comprendre Négrepont, malgré l'interdiction formulée par les autorités vénitiennes de l'île ; ce dernier reçut cependant en avril l'ordre de ne pas prendre de mesures de représailles à son encontre[13]. Au cours du printemps et de l'été, il fut associé (ainsi que Bartolomeo Ghisi) aux négociations entre Venise et ses colonies, l'empire byzantin et les Hospitaliers en vue de former la première ligue antiturque destinée à lutter contre les flottes des émirats côtiers[14].

À la fin de 1334 ou début 1335, il participa avec 3 galères à une attaque sur Lesbos (alors byzantine) conjointement avec les Hospitaliers et le Génois Domenico Cattaneo, mais ce dernier évinça ses alliés de la ville qu'il occupa seul[15].

Conflits féodaux[modifier | modifier le code]

Niccolò Sanudo avait hérité de son père de revendications sur les îles d'Amorgos et de Santorin, qui avaient été reconquises vers 1302 sur les Byzantins par des Vénitiens qui ne reconnaissaient pas la suzeraineté des ducs de Naxos.

Concernant Amorgos, il avait hérité de la condamnation de son père par les autorités vénitiennes et se trouvait ainsi banni de Venise ; le procès contre la branche de la famille Ghisi qui revendiquait l'île se poursuivit tout au long de sa vie et il transmit le conflit à son successeur Giovanni[16].

Peu avant septembre 1325[17], le duc attaqua l'île de Santorin alors tenue par Andrea II Barozzi, qui fit appel à Venise ; cependant le sénat vénitien estima en octobre 1326 qu'il s'agissait d'une affaire féodale ne relevant pas de sa juridiction[18]. L'affaire se poursuivit jusqu'à la conclusion d'une trêve en 1331[19]. Le conflit reprit peu après la mort d'Andrea Barozzi en 1334 : l'année suivante, Niccolò débarqua à nouveau à Santorin et Thérasia où il captura les deux frères du fils et héritier d'Andrea, Marino ; malgré l'intervention judiciaire de Venise en faveur de ce dernier, Niccolò et ses héritiers restèrent définitivement en possession des deux îles[20].

Mort et succession[modifier | modifier le code]

Le dernier document qui mentionne Niccolo vivant est une demande adressée en au doge par Bartolomeo Ghisi en vue de l'achat d'une galère, que les deux seigneurs avaient prévu d'armer conjointement pour défendre Négrepont contre les attaques turques. Il mourut, sans héritier direct, avant le , date à laquelle son successeur Giovanni porte le titre de duc[21].

Arbre généalogique[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
 
Marco Sanudo
Constantinopolitani
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Enrico Dandolo
(doge de Venise)
 
une sœur d'Enrico
 
Pietro Sanudo
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bernardo Sanudo
 
Lunardo Sanudo
 
1. Inconnue
 
Duc de Naxos Marco Sanudo
1205 ? - 1227 ?
 
2. Une sœur de l'empereur
(latin ou de Nicée ?)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
une fille de Macaire
de Sainte-Menehould
 
Duc de Naxos Angelo Sanudo
1227 ? - 1262 ?
 
Giovanni Sanudo
(installé en Eubée)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
une fille
∞ Paolo Navigaioso
(seigneur de Lemnos)
 
Marino Sanudo
(apanage de Paros et Antiparos)
∞ Portia da Verona
 
Duc de Naxos Marco II Sanudo
1262 ? - 1303
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Duc de Naxos Guglielmo Sanudo
1303 - 1323
 
Francesco Sanudo
(apanage de Milos)
∞ Cassandra de Durnay
 
Marco Sanudo
(apanages à Andros et en Eubée)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Marco (Marcolino) Sanudo
(apanage de Milos)
 
Duc de Naxos Niccolò Sanudo
∞ Jeanne de Brienne
1323 - 1341
 
Marino et Pietro Sanudo
 
Duc de Naxos Giovanni Sanudo
1341 - 1362
 
Gugliemo Sanudo
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Fiorenza Sanudo
 
Duc de Naxos Francesco Ier Crispo
1383 - 1397
 
1. Giovanni dalle Carceri
 
Duchesse de Naxos Fiorenza Sanudo
1362 - 1371
 
Duc de Naxos 2. Niccolo Sanudo Spezzabanda
1362 - 1371
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Duc de Naxos Giacomo Ier Crispo
1397 - 1418
 
 
 
 
 
Duc de Naxos Niccolo dalle Carceri
1371 - 1383
 
Maria Sanudo
∞ Gaspard Sommaripa
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Fiorenza Sanudo-Sommaripa
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Ducs de Naxos Famille Crispo
 
 
 
 
 
 

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) J.K. Fotheringham et L.R.F Williams, Marco Sanudo, conqueror of the Archipelago., Clarendon Press, Oxford, 1915.
  • (en) Charles A. Frazee, The Island Princes of Greece. The Dukes of the Archipelago., Adolf M. Hakkert, Amsterdam, 1988. (ISBN 9025609481)
  • R.-J. Loenertz, Les Ghisi : dynastes vénitiens dans l'Archipel (1207-1390), Florence, Olschki,
  • Jean Longnon, L'Empire latin de Constantinople et la Principauté de Morée., Payot, 1949.
  • Père Robert Saulger, Histoire nouvelle des Ducs de l'Archipel., Paris, 1699. (repris par Louis Lacroix, Îles de la Grèce, 1853 et Ernst Curtius)


Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. J.K. Fotheringham, op. cit., p. 1-13.
  2. C. Frazee, op. cit., p. 36.
  3. C. Frazee, op. cit., p. 37.
  4. a et b C. Frazee, op. cit., p. 38.
  5. Antoine Bon, La Morée franque. Recherches historiques, topographiques et archéologiques sur la principauté d’Achaïe, Bibliothèques de l'École française d'Athènes et de Rome, 1969, p 206 et 344
  6. Jean Longnon, L’Empire Latin de Constantinople et la Principauté de Morée, Paris, Payot, 1949, p 321
  7. a et b C. Frazee, op. cit., p. 39.
  8. D. Jacoby, Catalans, Turcs et Vénitiens en Romanie (1305-1332): un nouveau témoignage de Marino Sanudo Torsello, in Studi medievali vol. 15, 1974, p. 248
  9. Elizabeth A. Zachariadou, The Catalans of Athens and the beginning of the Turkish expansion in the Aegean area., in Studi medievali vol. 21, 1980, p. 830
  10. seigneur d'une partie des Cyclades, du tiers de l'Eubée et Grand connétable de la principauté d'Achaïe
  11. selon K. Hopf (dont la source qu'il cite n'appuie pas ses affirmations), il aurait envahit l'île de Mykonos au cours des évènements et y aurait capturé la femme de Bartolomeo (article Ghisi, dans A.E.W.K. vol 66, p 341)
  12. Loenertz 1975, p. 152-153.
  13. F. Thiriet, Régestes des délibérations du Sénat de Venise concernant la Romanie, vol I, p 25
  14. Loenertz 1975, p. 156-157.
  15. Paul Lemerle, L'émirat d'Aydin. Recherches sur la « Geste d'Umur Pacha », p. 108
  16. Loenertz 1975, p. 64-65.
  17. David Jacoby, La féodalité en Grèce médiévale. : Les « Assises de Romanie », sources, application et diffusion, Paris, La Haye, Mouton & Co, coll. « Documents et recherches sur l'économie des pays byzantins, islamiques et slaves et leurs relations commerciales au Moyen Âge » (no X), (lire en ligne), p. 300. L'affaire est en effet évoquée dans les documents à partir de cette date.
  18. Jacoby 1971, p. 300.
  19. Silvano Borsari, s.v. Barozzi, Andrea in Dizionario Biografico degli Italiani Volume 6, 1964
  20. Karl Hopf, Veneto-byzantinische Analekten, in Sitzungsberichte der kaiserlichen Akademie der Wissenschaten zu Wien, Phil-hist. Klasse, XXXII, 1859, pp. 29-31
  21. Loenertz 1975, p. 162.