Nicéphore Fylla de Saint-Eudes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nicéphore Fylla de Saint-Eudes
Fonctions
Ministre du Développement Industriel et de la Promotion du Secteur Privé depuis le 15 Mai 2021
En fonction depuis le
(5 ans, 5 mois et 11 jours)
Ministre de l'Enseignement technique et professionnel, de la Formation qualifiante et de l'Emploi –
Président Denis Sassou-Nguesso
Premier ministre Clément Mouamba
Gouvernement Mouamba I
Mouamba II
Prédécesseur Serge Blaise Zoniaba
Député de Kinkala (Pool)
En fonction depuis le
(4 ans, 1 mois et 28 jours)
Élection 30 juillet 2017
Législature 14e
Prédécesseur Guy Brice Parfait Kolélas
Sénateur de Brazzaville
Député de la 1re circonscription de Poto-Poto (Brazzaville)
Successeur Jean de Dieu Kourissa
Biographie
Nom de naissance Antoine Nicéphore Thomas Fylla de Saint-Eudes
Date de naissance (64-65 ans)
Nationalité Drapeau de la république du Congo Congolais
Parti politique PRL
Profession Expert-comptable

Nicéphore Fylla de Saint-Eudes (parfois appelé Nick Fylla, de son nom complet Antoine Nicéphore Thomas Fylla de Saint-Eudes) est un homme politique congolais né en 1956. Il occupe le poste de Ministre du Développement Industriel et de la Promotion du Secteur Privé depuis le [1] Il est Ministre de l'Enseignement technique et professionnel, de la Formation qualifiante et de l'Emploi du au , ainsi que député de Kinkala (Pool) depuis 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière[modifier | modifier le code]

Né Antoine Nicéphore Thomas Fylla de Saint-Eudes en 1956, il part étudier à Grenoble où il obtient un doctorat ès sciences économiques et politiques[2].

Expert-comptable de profession, il est agrégé par la CEMAC. En 2003, il devient PDG de la Société agricole de raffinage industriel du sucre (Saris-Congo), une société sucrière installée à Nkayi (Bouenza), qu'il quitte en 2009. Parallèlement, il est administrateur général du cabinet d'expertise-comptable et d'audit Rainbow Finance SA[2].

Il passe également 20 ans au sein du cabinet Ernst & Young, au sein duquel il devient directeur chargé de la gestion du Congo et des pays des Grands Lacs[2].

Politique[modifier | modifier le code]

En 1991, il fonde le Parti républicain libéral (PRL)[2], membre de l'opposition modérée au Président Denis Sassou-Nguesso[3]. Les principes fondateurs du parti sont notamment la laïcité, la démocratie, l'économie libérale maîtrisée, la protection de l'environnement ou encore la réduction des inégalités[2].

Durant les élections législatives de 2002, il est élu député de la 1re circonscription de Poto-Poto (Brazzaville) dès le premier tour, avec 61,26 % des voix[4],[5]. Il sera remplacé en 2007 par Jean de Dieu Kourissa (PCT)[6].

Il se porte candidat lors de l'élection présidentielle de 2009, et finit 3e sur 13 candidats, avec 6,98 % des voix[3].

Lors des élections sénatoriales de 2011, il est élu sénateur dans le département de Brazzaville sous l'étiquette du PRL[7]. Au sein du Sénat, il préside la Commission économie et finances[2].

Le , il est nommé ministre de l'Enseignement technique et professionnel, de la Formation qualifiante et de l'Emploi dans le gouvernement Mouamba I, et succède le à Serge Blaise Zoniaba[8]. Il quitte à cette occasion son siège de sénateur[2].

Lors des élections législatives de juillet 2017, il est élu député de Kinkala, dans le département du Pool[9]. Il succède ainsi à Guy Brice Parfait Kolélas[6] et prend ses fonctions lors de la rentrée parlementaire du [10]. Lors du remaniement faisant suite aux élections législatives, il est reconduit dans ses fonctions au sein du gouvernement Mouamba II[11].

En , des membres de l'opposition lui demandent d'éclaircir sa position ainsi que celle de son parti, rappelant que « tout parti politique de l’opposition qui intègre le gouvernement [...] perd le droit de siéger au sein de l’opposition »[12].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Décret du 15 mai 2021 portant nomination des membres du Gouvernement », sur www.gouvernement.cg
  2. a b c d e f et g Roger Ngombé, « Portrait du ministre Antoine Nicéphore Thomas Fylla Saint-Eudes », sur adiac-congo.com,
  3. a et b « Denis Sassou Nguesso officiellement réélu président du Congo », sur lemonde.fr,
  4. (en) John F. Clark et Samuel Decalo, Historical Dictionary of Republic of the Congo, Scarecrow Press, coll. « Historical Dictionaries of Africa », , 570 p. (ISBN 978-0-8108-7989-8, lire en ligne), p. 189
  5. « Élections législatives : les 51 élus du premier tour » (version du 9 février 2012 sur l'Internet Archive), sur brazzaville-adiac.com,
  6. a et b « Les résultats des élections législatives, avant l’examen des contentieux électoraux », La Semaine africaine, no 2720,‎ , p. 7 (lire en ligne [PDF])
  7. Arsène Severin, « Voici les résultats provisoires complets des élections sénatoriales 2011 », sur severinnews.over-blog.org,
  8. Lydie Gisèle Oko, « Congo-Brazzaville: Enseignement technique - Le nouveau ministre prend connaissance des préparatifs des examens d'Etat », sur fr.allafrica.com,
  9. Germaine Mapanga, « Législatives 2017 : Voici la liste définitive des députés élus », sur lesechos-congobrazza.com,
  10. Bertrand Boukaka, « Congo – Assemblée Nationale : Isidore Mvouba accède au perchoir », sur lesechos-congobrazza.com,
  11. Bertrand Boukaka, « Congo – Gouvernement : 35 membres forment la nouvelle équipe », sur lesechos-congobrazza.com,
  12. Jean Chrysostome Ndziona, « L’opposition clarifie sa position face à Nick Fylla », sur vox.cg,