Ngongo Leteta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ngongo.
Résidence de Ngongo Leteta à Ngandu (Sankuru).

Ngongo Leteta ou Ngongo Lutete (mort à Ngandu, sur le Lomami, le 15 septembre 1893), fut un chef de tribu africain du Sankuru, dans l'actuelle République démocratique du Congo. Il serait né vers 1863 et était d'origine tetela ou osonge.

Esclave dans sa jeunesse, il gagna rapidement sa liberté et son indépendance parmi les esclavagistes ; il forma sa propre troupe, devenant l'un des proches de Tippo Tip. Il attaqua Lusambo en 1890 avec 500 guerriers, mais dut battre en retraite face aux 200 hommes de Francis Dhanis. Il se rallia en même temps que Lupungu, et Pania Mutombo aux forces de l'État indépendant du Congo le 19 septembre 1892 dans la lutte contre les esclavagistes dans le sud-est du territoire, et aida l'État indépendant du Congo contre les troupes de Sefu, permettant notamment la prise de Nyangwe et Kasongo.

Sommairement jugé, il fut condamné et fusillé à Ngandu par l'officier de la Force publique Jean Scheerlinck, sans que celui-ci n'informe préalablement son supérieur Francis Dhanis, qui regretta cette exécution.

Cette exécution de leur chef aurait été à l'origine des révoltes des troupes connues sous le nom de « Révolte des Batetela de Luluabourg »[1].

Ngongo Letela fut l'un des modèles de Patrice Lumumba, originaire de la même région.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Guide du voyageur au Congo belge et au Ruanda-Urundi, Édité par l'office du tourisme, 87 rue de la Loi, Bruxelles en Août 1951, p. 375

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]