Newbouldia laevis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Newbouldia laevis
Description de l'image Newbouldia laevis Bioko 2013.jpg.
Classification APG III (2009)
Règne Plantae
Clade Angiospermes
Clade Dicotylédones vraies
Clade Noyau des Dicotylédones vraies
Clade Astéridées
Clade Lamiidées
Ordre Lamiales
Famille Bignoniaceae
Genre Newbouldia

Nom binominal

Newbouldia laevis
(P.Beauv.) Seem., 1864[1]

Synonymes

  • Newbouldia laevis (P. Beauv.) Seem. ex Bureau (préféré par NCBI)[2]
  • Bignonia glandulosa Schum.[1]
  • Newbouldia laevis (P. Beauv.) Seem. ex Bureau[1]
  • Newbouldia laevis[2]
  • Newbouldia pentandra (Hook.) Seem.[1]
  • Spathodea adenantha G.Don[1]
  • Spathodea jenischii Sond.[1]
  • Spathodea laevis P. Beauv.[3]
  • Spathodea laevis P.Beauv.[1]
  • Spathodea pentandra Hook.[1]
  • Spathodea speciosa C.Morren[1]

Newbouldia laevis est une espèce de plantes tropicales appartenant à la famille des Bignoniaceae qui regroupe les plantes Dicotylédones[4]. Il s'agit d'un arbuste à croissance rapide muni de feuilles persistantes.Il peut se présenter sous la forme d'un arbre pouvant atteindre 20 m de haut, ou d'un arbuste ne dépassant pas 8 m. Son tronc d'arbre peut atteindre 90 cm de diamètre[5]. Elle est caractérisée par les feuilles de couleur vert foncé et de grandes fleurs de couleur violette[4].

Description[modifier | modifier le code]

Newbouldia laevis se présente sous la forme d'un arbre pouvant atteindre 20 m de haut et qui se recèpe lorsqu'on les coupe. Il est composé de feuilles imparipennées (donc la nervure axiale est terminée par une foliole impaire) avec 3 à 6 paires de folioles dentées montrant deux glandes à la base du pétiole. Son inflorescence est en racème terminal. Ces fleurs, à maturité, sont grandes et de couleurs rosâtres. Les fruits folliculaires pendent le long de l'arbre et mesurent environ 30 cm de long à valves trinervées[6].

Noms Vernaculaires[modifier | modifier le code]

Nexbouldia laevis est très connus en Afrique sous une série de noms vernaculaires. Par exemple, au Togo on il est connu sous le nom de « lifui », au Ghana « sesemasa », Sénégal « gimgid », Gambi « Kallihi » ou « Manding-Mandika » (Revient à la vie)[7], Sierra Leone « Sherbro », Mali « Kinkin », les Haoussa l'appellent « Aduruku » et les Yoruba l'appellent « Akoko »[4].

Distribution et habitat[modifier | modifier le code]

Newbouldia laevis est présent dans la région tropicale de l'Afrique de l'Ouest jusqu'à l'Afrique Centrale[5]. On le trouve dans les forêts en régénération et savanes boisées. Il pousse sur les sols fertiles et suffisamment drainés et une fois arrivé à maturité, il devient très résistant à la sécheresse.

Autres utilisations[modifier | modifier le code]

L'arbuste est souvent utilisée pour ses vertus médicinales par les autochtones, et via sa fleur aisément identifiable, la plante sert est aussi cultivé comme pour marquer les limites d'un terrain ou tout simplement comme une plante ornementale[5]. Son écorce est particulièrement utilisé en médecine traditionnelle Africaine, il revêt des propriétés analgésiques. Parmi les vertus thérapeutiques qui lui sont attribuées, une décoction est utilisée dans le traitement de la toux, la constipation, des maux de tête, rhumes, sinusites, la diarrhée et de la dysenterie. Administrée aux enfants, elle contribue au traitement de l’épilepsie et de convulsions[8]. Son écorce associé au piment permet le traitement des douleurs de la cage thoracique[5]. Parmi les nombreux usages qui lui son associées on le retrouve dans les matériaux de construction: Bois, Agri-horticulture, phytochimie et pratiques occultes[7].

Une décoction fait à base des feuilles de Newbouldia laevis permet de traiter l'ophtalmie, la conjonctivite. Les feuilles sont souvent cuites dans une soupe à l'huile de palme et consommées par les femmes enceintes afin de faciliter l'accouchement. Et une pâte faite à base des feuilles et appliquée sur la plaie causée par une morsure de serpent permet d'extraire le venin[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i The Plant List, consulté le 17 octobre 2017
  2. a et b NCBI, consulté le 17 octobre 2017
  3. GRIN, consulté le 17 octobre 2017
  4. a b et c (en) « Incredible benefits of Newbouldia Laevis (Ogilisi) », sur https://globalfoodbook.com, (consulté le 16 octobre 2017)
  5. a b c d et e (en) « Newbouldia laevis », sur http://tropical.theferns.info, (consulté le 16 octobre 2017)
  6. International Plant Genetic Resources Institute Staff, Programme de Resources Genetiques Forestieres en Afrique au Sud du Sahara (Programme Saforgen), Bénin, , 145 p. (ISBN 9290434708, lire en ligne), p. 131
  7. a et b (en) « Newbouldia laevis Seem. [family BIGNONIACEAE] », sur http://plants.jstor.org/, (consulté le 16 octobre 2017)
  8. (en) « Newbouldia laevis », sur http://csir-forig.org., (consulté le 16 octobre 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :