New York Dolls (album)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
New York Dolls

Album de New York Dolls
Sortie
Enregistré Avril 1973
The Record Plant, New York Drapeau des États-Unis États-Unis
Durée 42:44
Genre Glam rock, protopunk
Producteur Todd Rundgren
Label Mercury Records
Critique

Albums de New York Dolls

Singles

New York Dolls est le premier album studio du groupe américain de glam rock du même nom, sorti le par Mercury Records. La pochette est très provocatrice pour l'époque, on y voit les New York Dolls déguisés en travestis.

Le mixage du producteur Todd Rundgren déplaît aux membres du groupe qui trouvent qu'il n'a pas su capter leur énergie[2]. Ce premier album est un échec commercial, l'album n'atteint que la 116e place des charts US et n'entre pas dans les classements britanniques.

Rétrospectivement, cet album fut considéré comme un élément particulièrement influent dans l'émergence du style punk rock.

En 2003, Rolling Stone l'a placé en 213ème position de son classement des 500 plus grands albums de tous les temps (et 215ème position de l'édition 2012). Il fait aussi partie des 1001 albums qu'il faut avoir écoutés dans sa vie.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Liste des chansons[modifier | modifier le code]

New York Dolls
No TitreAuteur Durée
A1. Personality CrisisDavid Johansen, Johnny Thunders 3:43
A2. Looking for a KissJohansen 3:20
A3. Vietnamese BabyJohansen 3:39
A4. Lonely Planet BoyJohansen 4:10
A5. FrankensteinJohansen, Sylvain Sylvain 6:00
B1. TrashJohansen, Sylvain 3:09
B2. Bad GirlJohansen, Thunders 3:05
B3. Subway TrainJohansen, Thunders 4:22
B4. PillsBo Diddley 2:49
B5. Private WorldJohansen, Arthur Kane 3:40
B6. Jet BoyJohansen, Thunders 4:40

Interprètes[modifier | modifier le code]

New York Dolls

Musiciens additionnels

Équipe de production[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. lien
  2. Pierre Mikaïloff, Kick Out The Jams, Motherfuckers! Punk rock, 1969-1978, Editions du Camion Blanc, 2012