Neuville-lès-This

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Neuville.

Neuville-lès-This
Neuville-lès-This
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Ardennes
Arrondissement Arrondissement de Charleville-Mézières
Canton Rocroi
Intercommunalité Communauté de communes Portes de France
Maire
Mandat
Marc Merlhes
2014-2020
Code postal 08090
Code commune 08322
Démographie
Population
municipale
380 hab. (2016 en augmentation de 1,33 % par rapport à 2011)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 44′ 36″ nord, 4° 36′ 00″ est
Superficie 7,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Neuville-lès-This

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Neuville-lès-This

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Neuville-lès-This

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Neuville-lès-This

Neuville-lès-This est une commune française, située dans le département des Ardennes en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Jusqu'en 1828, This formait une commune autonome, puis on la réunit à Neuville. Le 5 novembre 1871, on les séparait à nouveau. Elles paraissaient remonter toutes les deux au XIIe siècle et n'étaient à l'origine que de simple «Domaine dans la forêt de Thérache», que Hugues de Bogny et Hermann de Warcq donnèrent à l'abbaye des Sept-Fontaines, lorsqu'elle fut fondée. C'est à Neuville que le premier abbé transféra les chanoinesses venues se grouper autour de son abbaye. En 1500, Grauen de Maillard (famille originaire du comté de Huy, près de Liège) s'appelait seigneur de This, Tournemont, Neuville-sur-This, Guignicourt, Saint-Marcel-les-Clavy, Géromont (écart de Saint-Marcel) et la Forge Maillart (écart de Thin-le-Mouthier). En 1600, La Maison de Maillart vendait à la Maison de Mazarin, qui l'eût encore en 1790, la seigneurie de Neuville.

Sur la place du village, Jadis, se trouvait un gigantesque tilleul de 18 mètres de circonférence, dont le tronc creusé pouvait abriter douze hommes. D'ailleurs, des chaudronniers ambulants. Aujourd'hui disparu par l'abattement de l'arbre car il menaçait de s'écrouler. Un autre fut planté en 1769, celui-là a une histoire : en 1815, l'arbre servait à attacher les chevaux prussiens quand les Ardennes étaient occupées par les armées alliées (alliées contre Napoléon 1er).

En 1870, M. l'abbé Corps, âgé de 75 ans, et le maire M. Guillaume âgé lui de 76 ans furent attachés à un cheval et traînés dans les chemins. Les Allemands avait accusé le curé d'avoir alerté la population en ayant fait sonné les cloches. M. Guillaume, le maire quant à lui avait apparemment tiré sur un sentinelle allemand. Monsieur le maire fut alors couché sur de la paille afin de se faire bâtonné. Ce même supplice sera subi pour un adjoint nommé M. Bouxin, mais lui dût signaler aux Allemands les 10 personnes les plus solvables afin de les taxés de 1000 francs, cet adjoint dût faire de même. Les Allemands outragèrent les femmes et les filles tandis que les hommes furent emprisonné et cuit dans l'église du village.

Sur les hauteurs du village se trouve le Mont-Jules en référence à Jules César (un de ses camps aurait été implanté là selon Albert Meyrac). Également, de nombreuses poteries, médailles ou d'autres vestiges furent retrouvés ce qui laisse à penser que se trouvait une commune antique sur les terres de Neuville-lès-This[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1875 après 1876 Raulin[2]    
mars 2001 en cours Marc Merlhes[3]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5].

En 2016, la commune comptait 380 habitants[Note 1], en augmentation de 1,33 % par rapport à 2011 (Ardennes : -2,73 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
348365368380598656625635678
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
675416401409378372331307327
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
305302300300262248291268256
1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 - -
261301343353388375380--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Meyrac, Geographie illustree des ardennes, Charleville (Ardennes), Jolly,
  2. Almanach-Annuaire historique, administratif et commercial de la Marne, de L'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims, de 1876, p197.
  3. Conseil général des Ardennes consulté le 23 juin (fichier au format PDF)
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :