Neurotypique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir NT.
image illustrant la psychologie image illustrant le handicap
Cet article est une ébauche concernant la psychologie et le handicap.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Neurotypique, abrégé NT, est un terme créé par la communauté autistique pour qualifier les gens qui ne sont pas atteints par des troubles du spectre autistique[1]. Cependant, le terme est devenu au fil du temps un mot désignant toute personne sans différence neurologique. Autrement dit, tous ceux qui n’ont ni autisme, ni dyslexie, ni dyspraxie, ni trouble du déficit de l’attention (avec ou sans hyperactivité), ou toute autre caractéristique similaire. Le terme a été adopté plus tard par l’ensemble des représentants de la neurodiversité et la communauté scientifique[2] ,[3] ,[4]. Le terme « neurotypique » a été remplacé par certains par « allistic » ou « nypical »[5][réf. insuffisante],[6], qui ont la même signification que « neurotypique ». Au Royaume-Uni, la National Autistic Society recommande fortement l’utilisation du terme « neurotypique » aux journalistes[7].

Humour[modifier | modifier le code]

Des personnes autistes ont écrit une définition humoristique du « syndrome neurotypique », en retournant le rapport d'« anormalité ». Elles le décrivent comme un « trouble neurobiologique caractérisé par un souci de préoccupations sociales, des délires de supériorité, et l'obsession de conformité »[8],[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jim Sinclair, « A note about language and abbreviations used on this site », sur Université de Syracuse,‎ (consulté le 14 octobre 2016).
  2. D. J. Hare, S. Jones et K. Evershed, « A comparative study of circadian rhythm functioning and sleep in people with Asperger syndrome », Autism, vol. 10, no 6,‎ , p. 565–575 (PMID 17088273, DOI 10.1177/1362361306068509)
  3. (en) K O’Connor, JP Hamm et IJ Kirk, « The neurophysiological correlates of face processing in adults and children with Asperger's syndrome », Brain and Cognition, vol. 59, no 1,‎ , p. 82–95. (PMID 16009478, DOI 10.1016/j.bandc.2005.05.004, lire en ligne)
  4. (en) Brenda Smith Myles, Abigail Huggins, Maleia Rome-Lake, Taku Hagiwara, Gena P. Barnhill et Deborah E. Griswold, « Written language profile of children and youth with Asperger syndrome: From research to practice », Education and Training in Developmental Disabilities, vol. 38, no 4,‎ , p. 362–369. (lire en ligne)
  5. (en) Be different, J. E. Robeson.
  6. (en) A. Cashin et D. A. Sci, « Two terms—one meaning: the conundrum of contemporary nomenclature in autism », Journal of Child and Adolescent Psychiatric Nursing, vol. 19, no 3,‎ , p. 137–144. (PMID 16913963, DOI 10.1111/j.1744-6171.2006.00061.x)
  7. (en) « How to talk about autism », sur www.autism.org.uk National Autistic Society (consulté le 6 juin 2012)
  8. « L'autisme ou les autismes - Historique, définitions, données statistiques », Autisme regards croisés.
  9. (en) « Institute for the study of the neurologically typical ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]