Neurotypique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir NT.

Neurotypique (abrégé NT) est un mot créé par les personnes autistes pour qualifier les gens qui ne le sont pas.

L'utilisation de ce terme est adopté des personnes de la neurodiversité[1] et aussi par la communauté scientifique[2],[3],[4]. Au Royaume-Uni, la National Autistic Society recommande fortement l’utilisation du terme « neurotypique » aux journalistes[5].

Cette dénomination est parfois confondue avec « normopensant », à cause du lien qui existe entre les personnes situées sur spectre de l'autisme et les personnes à haut potentiel intellectuel[6].

Définition[modifier | modifier le code]

Créer à partir de « neuro » qui fait référence au système neuronal[7], et « typique » qui est synonyme de normal, majoritaire ou habituel.

Le terme neurotypique est devenu au fil du temps un mot désignant toutes les personnes sans différence neurologique, en opposition aux « neurodivergents » (c.-à-d. les gens qui militent pour la neurodiversité). Autrement dit, ce mot représente tous ceux qui n’ont ni autisme, ni troubles dys , ni trouble du déficit de l’attention (avec ou sans hyperactivité).

Le mot neurotypique est parfois remplacé par « allistic » ou « nypical »[8], qui ont la même signification.

L'antonyme de ce mot est neuroatypique.

Humour[modifier | modifier le code]

Afin de dénoncer la pathologisation du spectre de l'autisme, des autistes ont écrit une définition humoristique du « syndrome neurotypique ». Cette définition est un raisonnement par l'absurde, qui montre avec humour qu'il est possible de transformer un comportement humain viable en trouble mental, comme l'a déjà été l'homosexualité[9] et comme le subissent encore les autistes avec le TSA. Le syndrome décrit un « trouble neurobiologique caractérisé par un souci de préoccupations sociales, des délires de supériorité, et l'obsession de conformité »[10],[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « r/neurodiversity », sur reddit (consulté le 19 mars 2019)
  2. D. J. Hare, S. Jones et K. Evershed, « A comparative study of circadian rhythm functioning and sleep in people with Asperger syndrome », Autism, vol. 10, no 6,‎ , p. 565–575 (PMID 17088273, DOI 10.1177/1362361306068509)
  3. (en) K O’Connor, JP Hamm et IJ Kirk, « The neurophysiological correlates of face processing in adults and children with Asperger's syndrome », Brain and Cognition, vol. 59, no 1,‎ , p. 82–95. (PMID 16009478, DOI 10.1016/j.bandc.2005.05.004, lire en ligne)
  4. (en) Brenda Smith Myles, Abigail Huggins, Maleia Rome-Lake, Taku Hagiwara, Gena P. Barnhill et Deborah E. Griswold, « Written language profile of children and youth with Asperger syndrome: From research to practice », Education and Training in Developmental Disabilities, vol. 38, no 4,‎ , p. 362–369. (lire en ligne)
  5. (en) « How to talk about autism », sur www.autism.org.uk National Autistic Society (consulté le 6 juin 2012)
  6. Andrée-Anne S. Meilleur, Patricia Jelenic et Laurent Mottron, « Prevalence of clinically and empirically defined talents and strengths in autism », Journal of Autism and Developmental Disorders, vol. 45, no 5,‎ , p. 1354–1367 (ISSN 1573-3432, PMID 25374134, PMCID PMCPMC4544492, DOI 10.1007/s10803-014-2296-2, lire en ligne, consulté le 18 mars 2019)
  7. (en) « the definition of neuro », sur www.dictionary.com (consulté le 19 mars 2019)
  8. (en) A. Cashin et D. A. Sci, « Two terms—one meaning: the conundrum of contemporary nomenclature in autism », Journal of Child and Adolescent Psychiatric Nursing, vol. 19, no 3,‎ , p. 137–144. (PMID 16913963, DOI 10.1111/j.1744-6171.2006.00061.x)
  9. « Quand l’homosexualité était une maladie », sur Slate.fr, (consulté le 19 mars 2019)
  10. « L'autisme ou les autismes - Historique, définitions, données statistiques » [archive du ], Autisme regards croisés.
  11. (en) « Institute for the study of the neurologically typical ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Maurice Fraser, Roxanne Héroux, Sophie Plaisance, Nathalie Pepper et Marie-Josée Cordeau, TSA et neurotypique : mieux se comprendre: guide pour comprendre le fonctionnement de la personne ayant un trouble du spectre de l'autisme, , 30 p. (ISBN 2893425992 et 9782893425993)
  • [Prado 2013] Christel Prado, « Personnes neurotypiques, personnes avec autisme. Bâtissons une vie ensemble », psychologie clinique, no 35,‎ , p. 81–87 (ISSN 1145-1882 et 2118-4224, DOI 10.1051/psyc/201335081, lire en ligne, consulté le 15 octobre 2018)