Neuhaeusel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nové Zámky.
Neuhaeusel
Image illustrative de l'article Neuhaeusel
Blason de Neuhaeusel
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Bas-Rhin
Arrondissement Haguenau-Wissembourg
Canton Bischwiller
Intercommunalité Communauté de communes du Pays Rhénan
Maire
Mandat
Clément Philipps
2014-2020
Code postal 67480
Code commune 67319
Démographie
Population
municipale
357 hab. (2014)
Densité 117 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 49′ 30″ nord, 8° 05′ 12″ est
Altitude Min. 114 m – Max. 119 m
Superficie 3,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Neuhaeusel

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Neuhaeusel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Neuhaeusel

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Neuhaeusel

Neuhaeusel [nœjhœjzəl] est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Neuhaeusel est un village bas-rhinois situé à cinquante kilomètres au nord de Strasbourg et à environ vingt-cinq kilomètres à l'est d'Haguenau. La commune se trouve également à un kilomètre du Rhin, frontière avec l'Allemagne.

La commune est baignée par la Moder.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines du village remontent à la fin du XVIIe siècle. En 1720, la commune est connue sous le nom de Neuhof, possession des sires de Fleckenstein. C’est en 1725 qu’apparaît le nom de Neuhaeusel. Au milieu du XIXe siècle, après les travaux de régularisation du Rhin, un échange de terres avec le village de Hugelsheim confère à Neuhaeusel les limites définitives de son ban. Au début du XXe siècle, le détournement de la Moder dans un bras mort du Rhin déplace leur confluent de Drusenheim à Neuhaeusel. Le village vit de la pêche et de la batellerie jusqu’au début du XXe siècle.

C'est le 3 septembre 1939, le jour où Daladier a déclaré la Seconde Guerre mondiale, qu'une partie de la population de Neuhaeusel a été évacuée dans la commune de Saint-Maurice-les-Brousses, un petit village situé dans le département de la Haute-Vienne. Neuhaeusel comptait environ 210 habitants à cette époque.

Un an plus tard environ, le 17 septembre 1940 précisément, la population est revenue à Neuhaeusel. Cela fait suite à la convention d'Armistice du 22 juin 1940 et son article 16 qui impose à Pétain le rapatriement des populations dans les territoires occupés. Au retour de la population, les Allemands ont fourni du bétail aux habitants.

Neuhaeusel a été libérée par l'arrivée des Américains le 3 décembre 1944 mais les Allemands, partis, sont restés au niveau du Rhin qui n'est qu'à environ un kilomètre de Neuhaeusel. Plusieurs Neuhaeuselois s'accordent à dire que les Américains manquaient cruellement de respect envers la population. En effet, les Neuhaeuselois étaient traités, plus ou moins, comme des Allemands par les troupes américaines. Les Allemands sont revenus dans la commune le 2 janvier 1945 après le départ des Américains. En effet, dès la nuit du nouvel an, 1er janvier 1945, l'armée allemande avait lancée l'opération Nordwind avec pour objectif principal la reconquête de l'Alsace-Lorraine. De nombreux combats ont eu lieu en Alsace du Nord durant le mois de janvier 1945, principalement à Hatten du 8 au 20 janvier, et ont provoqué de nombreux dégâts dans de nombreuses localités.

Finalement, la commune a été libérée définitivement le dimanche 18 mars 1945 à 10 heures par les troupes françaises. Cette libération a été un véritable soulagement pour les Neuhaeuselois. En effet, les soldats français étaient bien plus respectueux que les soldats américains. Lors de la libération, quatre incorporés de force locaux (des Malgré-nous) en ont profité pour revenir à Neuhaeusel : Eisenmann Albert, Grossholtz Fernand, Becker Armand et Schnepf Antoine. Aussi, durant la libération, la commune était habitée par des soldats allemands déserteurs, qui se cachaient dans les granges. En 1945, la commune ne compte plus que 204 habitants.

L'année à Saint-Maurice-les-Brousses s'est relativement bien passée pour les Neuhaeuselois. Bien entendu, certains locaux qualifiaient durant les premiers jour les nouveaux arrivants de « boches », mais selon quelques témoignages certains habitants de Neuhaeusel étaient aussi, dans un premier temps, peu aimables avec leurs hôtes. Par la suite, les habitants de Neuhaeusel ont conservé des liens avec le village du Limousin. Certains, après la guerre, sont revenus dans ce village. Encore aujourd'hui, des correspondances existent entre des habitants des deux villages. Néanmoins, les deux communes ne sont pas jumelées. Soulignons tout de même qu'un hommage a été rendu à Neuhaeusel en nommant une rue : « Rue de la Haute-Vienne ».

La commune a été relativement épargnée par les combats. Il n'y a pas eu de victimes civiles. Les deux dégâts notables ont été causés durant la fin de la guerre. Premièrement durant la période où les Américains étaient à Neuhaeusel (entre le 3 décembre et le 2 janvier 1945), l'artillerie allemande, depuis la rive droite du Rhin, a détruit une maison neuhaeuseloise. Elle se situait à l'actuel 32 rue des Roses. Deuxièmement, durant la même période, un tir allemand a atteint le mur du cimetière orienté vers le Nord-Est. Cela a provoqué un trou dans le mur. Ce trou n'a pas été rebouché et reste donc toujours visible.

Trou cimetière Neuhaeusel.

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Neuhaeusel

Les armes de Neuhaeusel se blasonnent ainsi :
« Parti : au premier de sinople aux trois fasces d'argent, au second d'or à la bande de gueules. »[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1827 1830 Antoine Knebel    
1830 1831 François Monteille    
1831 1846 Joseph Schaer    
1846 1848 Sébastien Schnepf    
1848 1852  ?????    
1852 1881 Xavier Straebler    
1881 1898 Ignace Becker    
1898 1912 Xavier Schnepf    
1912 1919 Joseph Kalsch    
1919 1926 Jean Grosshotz    
1926 1929 Georges Jaeger    
1929 1935 Joseph Becker    
1935 1945 Joseph Jaeger    
1945 1953 Joseph Becker    
1953 1977 Oscar Jaeger    
1977 1988 Justin Bollmann    
1988 1995 Paul Eisenmann    
1995 2001 Clément Philipps[2]    
mars 2001 en cours Clément Philipps[2] SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 357 habitants, en augmentation de 0,28 % par rapport à 2009 (Bas-Rhin : 1,65 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
167 165 181 280 261 261 281 281 282
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
243 258 237 217 214 227 240 252 241
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
223 253 245 261 249 248 243 228 214
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
214 210 216 239 269 274 326 356 357
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Monuments aux morts[modifier | modifier le code]

La commune de Neuhaeusel a deux monuments aux morts. L'un pour honorer les morts de la Première Guerre mondiale dans le cimetière communal, l'autre pour les soldats morts durant la Seconde Guerre mondiale sur la place « Charles de Gaulle ».

Autres lieux[modifier | modifier le code]

Étant sur la frontière naturelle qui séparait la France et l'Allemagne durant la Seconde Guerre mondiale, le Rhin, Neuhaeusel était au cœur des combats et ses habitants restaient menacés. Durant le conflit, les Neuhaeuselois se tournent vers la Vierge Marie pour demander une protection de la localité. En échange d'une protection, les habitants promettent la construction d'une grotte, semblable à celle qui se trouve à Lourdes.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le village ressort indemne du conflit. On ne dénombre pas de victimes civiles et les pertes matérielles restent mineures. De ce fait, dès 1947, les Neuhaeuselois se cotisent pour construire une grotte. Le phénomène des grottes est assez répandu en Alsace et en Lorraine contrairement au reste de la France.

La grotte de Neuhaeusel est située au pied de l'église du village en face de la place « Charles de Gaulle ».

Neuhaeusel Grotte.

La grotte mesure deux mètres soixante-dix de haut sur cinq mètres de long. Elle est composée de deux parties : une partie basse et une partie haute accessible à partir d'un petit escalier qui se trouve sur la partie gauche de la photographie ci-dessus.

Dans la partie basse, nous retrouvons une croix de couleur or entourée de nombreuses plantes. Dans la partie haute, nous retrouvons deux statues : d'un côté nous avons une statue de la Vierge Marie et de l'autre, une statue de Bernadette Soubirous.

La grotte a été construite par un certain Pierre Klauth, établi à Strasbourg, en 1947. La date précise de l'inauguration est incertaine : Une plaque sur la grotte indique la date du 10 septembre 1947 tandis qu'une délibération du Conseil municipal du village donne la date du 10 août. La grotte a connu, depuis sa construction, quelques modifications puisque certains villageois, croyant bien faire, ont « bouché » les trous entre les pierres. Finalement, le résultat est discuté. À la suite de cela, la grotte a été rénovée en 1990.

Le financement pour la construction provient d'une collecte effectuée par l'église. L'église n'a semble-t-il pas eu trop de difficulté à rassembler la somme nécessaire. L'État français n'a pas participé au financement, mais la Mairie a tout de même fait un « geste ». En effet, l'autorité locale a financé le vin d'honneur pour une somme totale de 4 762 Francs.

Depuis sa construction en 1947, la grotte est le point de départ et le centre de toutes les attentions d'une procession organisée chaque 15 août pour célébrer l'Assomption de la Vierge Marie. En dehors de cette journée, la grotte est un lieu de recueillement pour les Neuhaeuselois. Les habitants du village rendent hommage à la Vierge Marie devenue après la Seconde Guerre mondiale la protectrice à la fois du village mais aussi de tous les habitants.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liste des communes du Bas-Rhin

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :