Neufchâtel-sur-Aisne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Neufchatel-sur-Aisne)

Neufchâtel-sur-Aisne
Neufchâtel-sur-Aisne
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Laon
Intercommunalité Communauté de communes de la Champagne Picarde
Maire
Mandat
Lionel Pierrot
2020-2026
Code postal 02190
Code commune 02541
Démographie
Gentilé Neufchâtelois(es)
Population
municipale
420 hab. (2020 en augmentation de 1,45 % par rapport à 2014)
Densité 147 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 25′ 56″ nord, 4° 02′ 06″ est
Altitude Min. 56 m
Max. 119 m
Superficie 2,86 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Reims
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Villeneuve-sur-Aisne
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Neufchâtel-sur-Aisne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Neufchâtel-sur-Aisne
Géolocalisation sur la carte : Aisne
Voir sur la carte topographique de l'Aisne
Neufchâtel-sur-Aisne
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
Neufchâtel-sur-Aisne

Neufchâtel-sur-Aisne est une commune française située dans le département de l'Aisne, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Cartographies de la commune
Carte
La commune dans le département
Carte OpenStreetMap
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte topographique
Avec les communes environnantes
Avec les communes environnantes
  • 1Carte dynamique
  • 2Carte Openstreetmap
  • 3Carte topographique
  • 4Carte avec les communes environnantes

Au confluent de l'Aisne et de la Retourne[1], le village est aussi traversé par le canal des Ardennes.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Neufchâtel-sur-Aisne est une commune rurale[Note 1],[2]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[3],[4].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Reims, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 295 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (85,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (85,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (71,3 %), zones agricoles hétérogènes (14,5 %), zones urbanisées (8,5 %), forêts (5,7 %)[7].

L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, Neufchâtel-sur-Aisne est le chef-lieu d'un doyenné de même nom, dépendant de l'archidiaconé de Laon et du diocèse de Laon[8].

Parade allemande pour Guillaume II devant l'église pendant la Première Guerre mondiale.

La commune comptait autrefois une gare[9], ouverte en 1905. Elle était desservie par la ligne des chemins de fer de la banlieue de Reims qui reliait Guignicourt à Rethel via Évergnicourt et Asfeld. Elle a fermé aux voyageurs en 1940 et aux marchandises en 1987.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Neufchâtel-sur-Aisne est membre de la communauté de communes de la Champagne Picarde, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Saint-Erme-Outre-et-Ramecourt. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[10].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Laon, au département de l'Aisne et à la région Hauts-de-France[11]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Villeneuve-sur-Aisne pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[11], et de la première circonscription de l'Aisne pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[12].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1940 vers 1970 Auguste Demart SE  
    Jules Niverd    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mai 2020 André Nogas DVG Cadre supérieur
Réélu pour le mandat 2014-2020[13],[14]
mai 2020[15] En cours
(au 23 mai 2020)
Lionel Pierrot    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[17].

En 2020, la commune comptait 420 habitants[Note 3], en augmentation de 1,45 % par rapport à 2014 (Aisne : −1,93 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
415476576612706712783831863
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
877842884806742721733651645
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
657660613406501546509462466
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
434455427403483492461452416
2015 2020 - - - - - - -
420420-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Depuis , la mairie de Neufchâtel abrite un musée consacré à la vie du lieutenant-colonel Émile Driant, natif de la commune[20]. Musée géré par l'Association des amis du musée Driant.
  • L'église Saint-Paul et le parc du château sont classés au titre des Monuments historiques.
  • Le site d'une ancienne motte féodale, haute de quelques mètres, en lisière du bourg[21].
  • Monument à la mémoire du lieutenant-colonel Émile Driant.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelage[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France Vacherauville (France)[22]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

Notes de type "Carte"[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Neufchâtel-sur-Aisne » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, (lire sur Wikisource)
  2. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  3. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le )
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le )
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. Auguste Longnon, Pouillés de la province de Reims, Paris, 1908, p. CI-CIII.
  9. « Neufchâtel-sur-Aisne : 02 - Aisne | Cartes Postales Anciennes sur CPArama », sur www.cparama.com (consulté le )
  10. « communauté de communes de la Champagne Picarde - fiche descriptive au 1er avril 2020 », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le )
  11. a et b « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Neufchâtel-sur-Aisne », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  12. « Découpage électoral de l'Aisne (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  13. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  14. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], Préfecture de l'Aisne, (consulté le )
  15. « Nouveau maire à Neufchâtel-sur-Aisne », sur lunion.fr, L'Union, (consulté le ).
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  20. Musée situé au 1, place de l'Eglise.
  21. Michel Bur, Inventaire de sites archéologiques non monumentaux de Champagne. I. Vestiges d’habitat seigneurial fortifié du bas pays argonnais (1972). II. Vestiges d’habitat seigneurial fortifié des Ardennes et de la vallée de l’Aisne (1980). III. Vestiges d’habitat seigneurial fortifié en Champagne centrale (1987). IV. Vestiges d’habitat seigneurial fortifié en Champagne méridionale (1997).
  22. [1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]