Nettoyeur haute-pression

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Des appareils haute pression de la marque Kärcher

Un nettoyeur haute-pression (ou Kärcher[1]) est un appareil de nettoyage propulsant de l'eau à haute pression.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nettoyeur haute-pression a été inventé en 1950 par Alfred Kärcher (qui avait connu les steam cleaners de l'armée américaine lors de l'occupation de l'Allemagne) ; il les a améliorés en ajoutant de l'eau chaude pour un meilleur résultat de nettoyage.

Depuis la fin du XXe siècle, lutilisation de nettoyeurs à haute pression est devenue très courante dans de nombreux environnement de travail[2] (ex : élevages et exploitations agricoles susceptibles de comprendre des pathogènes zoonotiques (c'est-à-dire capables d'infecter à la fois des animaux et l'Homme)[3], les stations d'épuration, certaines usines chimiques, les abattoirs, les marchés, les lieux de carénage de bateaux (y compris de bateaux de plaisance), nettoyage des graffitis urbains (généralement avec l’aide de solvants toxiques)[4],[5],[6],[7] ou de poubelles (dont poubelles de copropriété, d’usines, de restaurants de collectivité, de maison de retraite, etc.).

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

L'appareil met de l’eau sous pression (entre 80 et 500 bars selon les appareils) afin de la projeter à haute vitesse. L'impact des molécules d'eau permet de désincruster la « saleté », la peinture, l'enduit, le biofilm, etc. de surfaces dures (sols, murs, véhicules...).

La mise sous pression s'effectue grâce à un système de pompe à pistons avec soupapes d'admission et de refoulement : elles sont généralement en laiton pour éviter tout risque de dysfonctionnement à cause de l'oxydation. Une soupape assure la sécurité de la pompe en cas d'obstruction du circuit. Lorsque la poignée de commande de la lance est relâchée, un système permet l'arrêt de la machine. L'approvisionnement en liquide doit être supérieur ou égal au débit de la machine, sinon la pompe peut souffrir d'un effet de cavitation et se dégrader. En effet, la pompe ne sert qu'à expulser le liquide, et non pas à augmenter le débit de la source par aspiration. Associé à une production d'eau chaude et à un détergent, le nettoyeur haute-pression accroît ses capacités, surtout pour dissoudre les hydrocarbures et les huiles ou graisses organiques.

Pour décaper un substrat, un sablage est possible.

Risques pour la santé[modifier | modifier le code]

L'utilisation des Karchers s'est considérablement démocratisée. Dans l'industrie et les services, comme Dans ces cas, le Karcher est très souvent utilisé sans Masque de protection, et parfois sans aucune tenue de protection, alors qu'il est une source incontestable et incontestée de mise ou remise en suspension dans l’air de particules, microparticules et nanoparticules d'origines physicochimiques, minérales, métalliques, organométalliques et /ou biocontaminantes (endotoxines, bioaérosols).
Remarque : dans les environnement agricoles, urbains et industriels, le Karcher s’ajoute à d’autres sources, plus chroniques et « sèches » de bioaérosols inhalables[8].

Il existe un consensus sur le fait qu'un karcher est une source fréquente de production de bioaérosols bactériens, tout particulièrement en cas de nettoyage d'excréments et dans les zones de traitement de déchets organiques, d'égouts, ou en présence de fomites et de substrats couvert d’un biofilm bactérien[9], etc.)[2]. Mais peu d’études ont porté sur les effets sanitaires aigus ou chroniques de l’inhalation de ces aérosols par l’utilisateur (ou d’autres personnes, ou des produits alimentaires exposées)[2].
Et le cas des bactéries a été plus étudié que celui des virus ainsi remis en suspension dans l’air. D’autres biocontaminants sont les prions pathogènes que le Karcher pourrait aussi contribuer à diffuser dans les aérosols [10]. Quand il est utilisé avec des détergents, désinfectants, biocides ou enzymes, le personnel est exposé à en inhaler[11]. Selon la revue d’étude publiée par Madsen & Matthiesen (2013), les effets sur la santé des habitants qui les utilisent chez eux ne semblent pas avoir été étudiés ni évalués [12] ; en outre la variété des matériaux à nettoyer, des conditions d’aération et thermo-hygrométriques, et des degrés et types de « saleté » traitées, influence fortement le taux de polluant et de bioaérosols mis en suspension dans l’air, et donc le niveau d’exposition ; ceci rend les comparaison inter-études difficiles. Madsen & Matthiesen n’ont pas non plus trouvé d’études comparant le degré d'exposition aux aérosols selon le type de nettoyeurs haute-pression, ce qui selon eux rend difficile l’élaboration de recommandations sanitaires[2].
Durant la pandémie de COVID-19, et notamment lors de la première semaine de déconfinement, il a été constaté (dans plusieurs pays dont en France) que les abattoirs ont fait partie des premiers cluster, et parmi les plus importants, de COVID-19. Parmi les hypothèse avancées pour expliquer ce fait alors que le personnel de ces installations est habitué aux pratiques HACCP et au port de bottes, gants, blouses, etc. (mais pas de masque), il a été suggéré que l'utilisation fréquente de nettoyage à haute pression aurait pu favoriser la contagion interhumaine par aérosols[13].

Importance des la qualité de l’eau utilisée[modifier | modifier le code]

Il est recommandé d'utiliser une eau propre pour ne pas endommager l’appareil. Mais si elle n’est pas aussi bactériologiquement et virologiquement propre, cette eau peut aussi être sfurce de risque sanitaire pour des utilisateurs ou personnes exposées aux aérosols[14]. Une eau contaminée produira immédiatement des aérosols contaminés, inhalables et/ou susceptibles de contaminer les substrats nettoyés ou touchés par les retombées[2].
Ainsi :

  • un foyer de maladie du légionnaire a été associée au nettoyage sous haute-pression de bateaux à partir d’eaux pluviales collectées sur un toit et contaminée par la bactérie Legionella pneumophila[15].
  • Des taux élevés de cette bactérie (productrice d’endotoxines) ont été mesureés dans un réservoir d'eau utilisé pour alimenter des Karchers dans une sucrerie, après que 14 personnes y aient développé une fièvre de Pontiac (forme de maladie du légionnaire sans atteinte pulmonaire ; non contagieuses et semblant exclusivement transmise par inhalation d'aérosols contaminés[16])[17]. L'eau utilisée contenait 20 400 EU/ml mais l'exposition des travailleurs à l'endotoxine sécrétée par la bactérie n’a pas été évaluée [17] (l'EU est une unité quantitative : EU signifie « endotoxin units per milliliter » (EU/mL) ; 1 EU = environ 0.1 à 0.2 ng d'endotoxine/mL de solution) ;
  • Cette même « fièvre de Pontiac » a également été observée dans une station d'épuration où un nettoyage haute-pression avait été fait, mais on ignore s’il y avait là une relation de cause à effet[18].
  • Un nettoyage au Karcher alimenté par de l’eau d’effluent de station d'épuration a provoqué une exposition significativement plus élevée aux endotoxines qu’avec de l'eau du robinet[2], mais il faut savoir que la chloration (javellisation) d’eaux de surface y tue les bactéries, mais sans significativement détruire certaines endotoxines (à titre d’exemple, on a mesuré de telles endotoxines dans l’aérosol émis par un humidificateur sur un lieu de travail à hauteur de 1 600 UE/ml, causant dans ce cas un niveau d’exposition de 1 300 à 3 900 UE/m3 dans la pièce[19].
  • Des études ont décrit dans des eaux dites « potabilisées » des taux d'endotoxines allant de 6,2 à 5000 UE/ml d'eau [20] à 3,2 à 32000 UE/ml d'eau[21] et 0,2 à 11,9 UE/ml d'eau[22].
    selon Madsen (2013), les taux d'endotoxines mesurés dans certaines eux d’'effluents de station d’épuration (et même dans des eau dites « potables »), peuvent conduire à des inhalation significatives d'endotoxines quand cette eau est utilisée pour le nettoyage à haute pression[2]. La découverte de la présence d'endotoxines à des niveaux préoccupants dans certaines eaux potables a été faite lors de l'utilisation de cette eau dans des unités d'hémodialyse[22] (ces endotoxines peuvent être traitées par des traitements oxydants[23] ou UV[24]. En 2003, Anderson & al.considérait que « le risque d'inhaler des quantités suffisantes de gouttelettes d'eau aérosolisées contenant assez d'endotoxines pour nuire à la santé humaine n'a pas encore été quantifié de manière adéquate »[25], mais de nombreux indices laissent penser que des enjeux sanitaires existent xxxx.

Études expérimentales.[modifier | modifier le code]

  • L’aérosolisation de particules de différentes tailles a été mesurée dans le cas d’un nettoyage d’une porte de voiture, dans un premier cas avec une buse pulvérisant de l’eau sous haute pression (7,3 litres d’eau/min), et dans un second cas avec une buse de pulvérisateur manuel (11,8 à 15,4 litres d'eau/min). Dans le premier cas un brouillard de micro et nanogouttelettes s’est formé, et a perduré, encore visible, plusieurs minutes après arrêt du pulvérisateur, et une grande variabilité des émissions d'aérosols a été observée. Le premier appareil était plus économe en eau mais générait plus de particules de diamètre de moins de 2 μm, entraînant potentiellement une exposition plus élevée à ces petites particules[26].
  • Dans une installation simulant un nettoyage à eau sous haute pression de surfaces telles qu'on en trouve dans l'industrie alimentaire, on a démontré que le nettoyage sous haute pression peut aérosoliser et propager une bactérie qui était présente sous forme d'un biofilm (cas très fréquent dans l'industrie agroalimentaire) ; la bactérie utilisée pour l'expérience était Pseudomonas putida (cousine de bactéries pathogènes pour l’Homme et l’animal, ou des végétaux, avec par exemple Pseudomonas syringae qui infecte diverses espèces cultivées de plantes et d'arbres) ; Immédiatement après l’utilisation du Karcher, les chercheurs ont retrouvé un grand nombre de ces bactéries, à l'extérieur de sa buse. De là, ces bactéries se sont ensuite propagées dans l'axe d'admission d'eau, à une vitesse moyenne de 4,3 cm/jour[27].

Utilité du port d’un masque[modifier | modifier le code]

Des études faites sur des volontaires ont montré que dans une étable nettoyée sous haute pression, les voies respiratoires supérieures des personnes exposées présentent une réponse inflammatoire aiguë, alors qu’en utilisant une demi-masque (type FFP2 ou FFP3), les symptômes d’inflammation diminuent[28]. De même lors du nettoyage (avec dissolvants) de graffitis selon les travailleurs pratiquant cette activité ; l’irritation des voies respiratoires supérieures est atténuée par le port de ce type de masque[29], mais un masque à cartouche filtrante appropriée sera toujours préférable.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Kärcher est une marque utilisée comme nom commun, la prononciation usuelle en français est /kaʁ.ʃɛʁ/. En allemand, le nom est prononcé /kɛʁ.çɐ/.
  2. a b c d e f et g http://www.aaem.pl/Exposure-to-aerosols-during-high-pressure-cleaning-and-relationship-with-health-effects,71953,0,2.html. Madsen A M & Matthiesen CB(2013) Exposure to aerosols during high-pressure cleaning and relationship with health effects. Ann Agric Environ Med.;20(3):420-425. (ISSN 1232-1966)
  3. Eisenberg S, Nielen M, Hoeboer J, Bouman M, Heederik D, Koets A. Mycobacterium avium subspecies paratuberculosis in bioaerosols a er depopulation and cleaning of two cattle barns. Vet Rec. 2011; 168(22): 587.
  4. Anundi H, Lind ML, Friis L, Itkes N, Langworth S, Edling C. High exposures to organic solvents among grfiti removers. Int Arch Occup Environ Health. 1993; 65(4): 247–251.
  5. Langworth S, Anundi H, Friis L, Johanson G, Lind ML, Soderman E, Akesson BA. Acute health e ects common during grafiti removal. Int Arch Occup Environ Health. 2001; 74(3): 213–218.
  6. Trainor M. Tackling Grafiti in South Country Dublin. e Community Service Response to a Community Problem. Irish Probation J. 2010; 7: 140–151.
  7. Environmental Implications of Gra ti Removal Techniques. Transportation Reasearch Board 2011 Ann Meeting; 2011.
  8. Tsapko VG, Chudnovets AJ, Sterenbogen MJ, Papach VV, Dutkiewicz J, Skorska C, Krysinska-Traczyk E, Golec M. Exposure to bioaerosols in the selected agricultural facilities of the Ukraine and Poland – a review. Ann Agric Environ Med. 2011; 18(1): 19–27
  9. Gibson H, Taylor JH, Hall KE, Holah JT. E ectiveness of cleaning techniques used in the food industry in terms of the removal of bacterial bio lms. J Appl Microbiol. 1999; 87(1): 41–48.
  10. Stitz L, Aguzzi A. Aerosols. an underestimated vehicle for transmission of prion diseases? Prion. 2011; 5(3): 138–141.
  11. (en) F G B G J van Rooy, R Houba, N Palmen et M M Zengeni, « A cross-sectional study among detergent workers exposed to liquid detergent enzymes », Occupational and Environmental Medicine, vol. 66, no 11,‎ , p. 759–765 (ISSN 1351-0711, DOI 10.1136/oem.2008.045245, lire en ligne, consulté le 20 mai 2020)
  12. O’Toole J, Keywood M, Sinclair M, Leder K. Risk in the mist? Deriving data to quantify microbial health risks associated with aerosol generation by water-efficient devices during typical domestic water- using activities. Water Sci Technol. 2009; 60(11): 2913–2920
  13. Florian Gouthière, « Sait-on pourquoi plusieurs abattoirs sont des «clusters» de Covid-19 ? », sur Libération.fr, (consulté le 20 mai 2020)
  14. (en) « Influence of Different Cleaning Practices on Endotoxin Exposure at Sewage Treatment Plants », The Annals of Occupational Hygiene,‎ (ISSN 1475-3162, DOI 10.1093/annhyg/mel026, lire en ligne, consulté le 20 mai 2020)
  15. (en) Greg Simmons, Sheryl Jury, Craig Thornley et David Harte, « A Legionnaires’ disease outbreak: A water blaster and roof-collected rainwater systems », Water Research, vol. 42, nos 6-7,‎ , p. 1449–1458 (DOI 10.1016/j.watres.2007.10.016, lire en ligne, consulté le 20 mai 2020)
  16. « Legionellosis (Legionnaires’ Disease & Pontiac Fever) - Chapter 4 - 2020 Yellow Book », sur wwwnc.cdc.gov (consulté le 20 mai 2020)
  17. a et b Castor ML, Wagstrom EA, Danila RN, Smith KE, Naimi TS, Besser JM, Peacock KA, Juni BA, Hunt JM, Bartkus JM, Kirkhorn SR, Lyn eld R. An outbreak of Pontiac fever with respiratory distress among workers performing high-pressure cleaning at a sugar-beet processing plant. J Infect Dis. 2005; 191(9): 1530–153
  18. Gregersen P, Grunnet K, Uldum SA, Andersen BH, Madsen H. Pontiac fever at a sewage treatment plant in the food industry. Scand J Work Environ Health. 1999; 25(3): 291–295.
  19. Rylander R, Haglind P. Airborne endotoxins and humidi er disease. Clin Allergy 1984; 14: 109–112
  20. Jorgensen JH, Lee JC, Pahren HR. Rapid Detection of Bacterial Endotoxins in Drinking Water and Renovated Wastewater. Appl Environ Microbiol. 1976; 32(3): 347–351. (résumé)
  21. Sykora JL, Keleti G, Roche R, Volk DR, Kay GP, Burgess RA, Shapiro MA, Lippy EC. Endotoxins, Algae and Limulus Amebocyte Lysate Test in Drinking-Water. Water Res. 1980; 14(7): 829–839.
  22. a et b (en) William B Anderson et Robin M Slawson, « Review / SynthèseA review of drinking-water-associated endotoxin, including potential routes of human exposure », sur Canadian Journal of Microbiology, (ISSN 0008-4166, DOI 10.1139/w02-061, consulté le 20 mai 2020), p. 567–587
  23. (en) William B Anderson et Colin I Mayfield, « Endotoxin inactivation by selected drinking water treatment oxidants », sur Water Research, (DOI 10.1016/j.watres.2003.08.016, consulté le 20 mai 2020), p. 4553–4560
  24. (en) W. B. Anderson et P. M. Huck, « Endotoxin Inactivation in Water by Using Medium-Pressure UV Lamps », sur Applied and Environmental Microbiology, (ISSN 0099-2240, PMID 12732578, PMCID PMC154484, DOI 10.1128/AEM.69.5.3002-3004.2003, consulté le 20 mai 2020), p. 3002–3004
  25. (en) William B Anderson, Colin I Mayfield, D.George Dixon et Peter M Huck, « Endotoxin inactivation by selected drinking water treatment oxidants », Water Research, vol. 37, no 19,‎ , p. 4553–4560 (DOI 10.1016/j.watres.2003.08.016, lire en ligne, consulté le 20 mai 2020)
  26. O’Toole J, Keywood M, Sinclair M, Leder K. Risk in the mist? Deriving data to quantify microbial health risks associated with aerosol generation by water-efficient devices during typical domestic water-xusing activities. Water Sci Technol. 2009; 60(11): 2913–2920.
  27. (en) Séverine Gagnière, Frédéric Auvray et Brigitte Carpentier, « Spread of a Green Fluorescent Protein–Tagged Pseudomonas putida in a Water Pipe following Airborne Contamination », Journal of Food Protection, vol. 69, no 11,‎ , p. 2692–2696 (ISSN 0362-028X et 1944-9097, DOI 10.4315/0362-028X-69.11.2692, lire en ligne, consulté le 20 mai 2020)
  28. Larsson BM, Larsson K, Malmberg P, Palmberg L. Airways inflammation after exposure in a swine confinement building during cleaning procedure. Am J Ind Med. 2002; 41(4): 250–258.
  29. Anundi H, Lind ML, Friis L, Itkes N, Langworth S, Edling C. High exposures to organic solvents among grfiti removers. Int Arch Occup Environ Health. 1993; 65(4): 247–251

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :