Nestor Makhno, un paysan d’Ukraine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Makhno (homonymie).
Nestor Makhno en 1921.

Nestor Makhno, un paysan d’Ukraine est un film documentaire français de 58 minutes réalisé par Hélène Châtelain en 1995 et sorti l'année suivante.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Portrait de l'anarchiste Nestor Makhno qui est à l'initiative des premières communes libertaires autogérées en Ukraine, des soviets libres. Nestor Makhno défend les pauvres, la culture et la liberté, en 1917, il exproprie les aristocrates et les terres deviennent propriété sociale, un agriculteur ne pouvant posséder que la superficie qu'il peut cultiver seul sans salarié. Cette insurrection libertaire dans les terres cosaques est une des plus exemplaires réalisations de l'idéal anarchiste communiste, portée par la population, sur sa terre.

Simultanément, il lutte victorieusement contre les russes blancs avec son armée, la Makhnovchtchina. Mais en 1921 son alliée se retourne contre lui, l'armée rouge sous les ordres de Trotski détruit la Makhnovchtchina et contraint Makhno à l'exil, il finira sa vie à Paris.

Nestor Makhno en 1919, extrait d'un film d'archives découvert par Hélène Châtelain .

Dans ce portait, Hélène Châtelain retrouve et reprend les écrits de Makhno, depuis ses journaux de jeunesse. Elle va à Goulaï-Polié et les fait lire aux actuels habitants. Son enquête en Ukraine[1], révèle ce que les mémoires conservent de lui, le batko («le petit père»).

L'iconographie, les nombreux documents d'archives et les témoignages montrent cette légendaire figure insurrectionnelle mais aussi ce que la propagande communiste a voulu faire de lui : un paysan attardé, fou sanguinaire et antisémite[1]. Avec les preuves récoltées, Hélène Châtelain démonte les accusations calomnieuses que les dirigeants communistes ont répandu, par exemple sur le prétendu antisémitisme de Makhno, alors qu'il l'a combattu dès ses premières actions[2].

Commentaire[modifier | modifier le code]

Selon Isabelle Marinone, Maître de conférences en Histoire du Cinéma à l’Université de Bourgogne : « Le documentaire poétique d’Hélène Châtelain en 1995 « Nestor Makhno, un paysan d’Ukraine » constitue un témoignage visuel unique exhumant l’histoire de cette figure emblématique de l’anarchisme. L’expérience anarchiste en Ukraine fut pendant des générations, discréditée et ensevelie sous une représentation mythifiée que ce film permet de reconsidérer »[3].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Réception[modifier | modifier le code]

  • En 1997, Sélection française aux États généraux du film documentaire, Lussas (France)[4].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Korine Amacher et Leonid Heler, Le retour des héros: La reconstitution des mythologies nationales à l'heure du postcommunisme, Institut européen de l'Université de Genève,

Notices[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Édouard Waintrop, « «Nestor Makhno, paysan d'Ukraine», documentaire d'Hélène Châtelain. Makhno, un drapeau noir qui dérange l'Histoire », Libération,‎ (lire en ligne)
  2. Entretien avec Hélène Châtelain, dans Chroniques rebelles
  3. Art et utopie, Journée d'études de l'Institut national d'histoire de l'art, Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3, 27 février 2013, texte intégral.
  4. Ardèche Images : notice

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]