Nesrine Slaoui

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nesrine Slaoui, de son vrai nom Nissrine Essallouai, née au Maroc, est une journaliste diplômée de Sciences Po. Son ouvrage intitulé Illégitimes, paru en janvier 2021, raconte son ascension de classe sociale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nesrine Slaoui nait au Maroc et arrive en France à l'âge de trois ans[1]. Elle grandit dans un quartier populaire d’Apt dans le Vaucluse[1]. Sa mère travaille comme femme de ménage, son père comme maçon. Sa mère veut « offrir les meilleures chances » à sa fille[1], qui, très bonne élève, sait dès la première année de collège, au moment de la mort de deux adolescents électrocutés après une course-poursuite avec la police à Clichy-sous-Bois[2], qu'elle veut devenir journaliste sur une chaîne de télévision[3]. Elle est la première de la famille à obtenir son baccalauréat (ES)[4] en 2012[1]. Elle intègre une classe préparatoire en sciences politiques à Avignon, puis est reçue en master à l'Institut d'études politiques de Paris (Sciences Po Paris) ; d'après ce que lui aurait dit un de ses camarades de classe, c'est « parce que c’est une femme rebeu et qu’elle est jolie »[4]. Elle explique alors comprendre qu'« aucun diplôme ne gomme [ses] origines » étrangères et sociales[4]. Elle est diplômée de Sciences-Po Paris en 2018[5].

Carrière[modifier | modifier le code]

Elle a publié sur et travaillé pour le Bondy Blog[6], RMC[7],[8], LCI, I-télé, Cnews, France Télévisions et Loopsider[5].

En mai 2019, après avoir communiqué sur RMC au sujet de la place des femmes dans le sport, elle est la victime d'un cyberharcèlement[7],[8].

Son interview pour le média en ligne Brut en juin 2019[9] récolte en 6 mois 180 000 vues sur YouTube[5],[10]. Elle explique : « J’ai remis les choses à plat, pour dire que les enfants issus d’immigration ne profitent pas du système et que mes parents sont juste des bosseurs qui ont financé les études de leur fille. »[5]

Liens avec le Maroc[modifier | modifier le code]

Le 2 août 2019, le journal d'opposition Telquel mentionne la participation de Nesrine Slaoui à la Fête du Trône le [11]. À la question du journaliste de Telquel Yassine Majdi « Vous ne trouvez pas ça ironique d’avoir pu franchir les portes du palais alors que vos confrères au Maroc ne les ont jamais franchies ?  », Nesrine Slaoui répond « J’ai envie de dire qu’accéder à l’Elysée en ce moment est tout aussi difficile. Et bien sûr, en tant que journaliste, j’ai conservé une certaine distance vis-à-vis de ces célébrations. Mais ce jour-là, je ne me suis pas identifiée en tant que journaliste, mais en tant que simple marocaine »[12].

Le , Nesrine Slaoui est invitée à intervenir au Maroc par le Conseil de la communauté marocaine à l'étranger avec pour thème « Les jeunes immigrés doivent s’approprier les réseaux sociaux pour changer l’image négative sur le Maroc »[13].

En décembre 2020, elle produit et anime une vidéo pour le média Loopsider consacrée aux dix ans du Printemps arabe[14].

Illégitimes[modifier | modifier le code]

Elle raconte son parcours et partage sa réflexion sur les classes sociales et le fait d'être un enfant d'immigrés dans Illégitimes, écrit pendant le premier confinement qu’elle a vécu chez ses parents[15], paru chez Fayard en 2021[16],[17],[18],[19],[20].

Ouvrage[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Avoir le bac quand ses parents ne l’ont pas, un « stress immense » et une « grande fierté » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. Adrien Max, « Dans le journalisme, «la méritocratie n’existe pas», estime Nesrine Slaoui », sur www.20minutes.fr, (consulté le )
  3. Géraldine Messina, « Société - "Vous trouvez normal que votre fille ait eu 20?", ou comment chasser le stéréotype pour plus d'égalité femmes-hommes », sur www.lamontagne.fr, (consulté le )
  4. a b et c « D’Apt à Sciences Po, le voyage d’une transfuge de classe », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. a b c et d « Nesrine Slaoui, hors classe », sur Stratégies, (consulté le )
  6. « Peut-on démocratiser l'accès aux grandes écoles ? », sur France Culture, (consulté le )
  7. a et b « Sport féminin : une journaliste victime de cyber-harcèlement sur Twitter », sur Mouv, (consulté le )
  8. a et b Mooréa Lahalle, « "C'était aussi violent que s'ils m'insultaient en face-à-face" : une journaliste victime de cyberharcèlement raconte », sur Madame Figaro, (consulté le )
  9. « Seulement 4 % des personnes diplômées d’un Bac+5 sont enfants d’ouvriers non qualifiés », sur Brut., (consulté le )
  10. « VIDEO. "Ça prouve que c'est possible" : Issue de la classe ouvrière, elle devient journaliste », sur Franceinfo, (consulté le )
  11. « Nesrine Slaoui : "Il faut du courage pour quitter le Maroc" », sur Telquel.ma, (consulté le )
  12. « Nesrine Slaoui : "Il faut du courage pour quitter le Maroc" », sur Telquel.ma (consulté le )
  13. CCME, « Rôle des médias et des nouvelles technologies dans la construction d’une réelle image du Maroc », sur ccme.org.ma (consulté le )
  14. « Loopsider | Il y a dix ans, débutaient les printemps arabes. Qu'en reste-t-il aujourd'hui? », sur loopsider.com (consulté le )
  15. « Les 21 meufs françaises qui vont percer en 2021 », sur madmoiZelle.com, (consulté le )
  16. « La revanche de Nesrine Slaoui : « J’ai cru que mon excellence effacerait mes origines » - Elle », sur elle.fr, (consulté le )
  17. « Génération pandémie : les jeunes en quête de légitimité. Avec Nesrine Slaoui et Camille Peugny », sur France Culture (consulté le )
  18. Cheek Magazine, « Millennial et transfuge de classe: dans “Illégitimes”, Nesrine Slaoui raconte - ChEEk Magazine », sur cheekmagazine.fr, (consulté le )
  19. Giulia Foïs, « Unique en son genre: Nesrine Slaoui » [audio], sur France Inter, (consulté le )
  20. « "Illégitimes", le livre puissant de Nesrine Slaoui sur "ceux qui sont confinés en permanence" », sur Le HuffPost, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]