Nénadkévichite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Nenadkevichite)
Aller à : navigation, rechercher
Nénadkévichite
Catégorie IX : silicates[1]
image illustrative de l’article Nénadkévichite
Nénadkévichite rose avec aegirine noire sur rhodochrosite : Carrière la Poudrette, Québec, Canada
Général
Classe de Strunz
Classe de Dana
Formule chimique (Na,Ca,K)(Nb,Ti)Si2O6(O,OH),2H2O
Identification
Masse formulaire 308.14 uma
Couleur brun foncé, brun, rose, jaune, brun rougeâtre, brun jaunâtre
Classe cristalline et groupe d'espace Dipyramidale ; Pbam {P21/b 21/a 2/m}
Système cristallin Orthorhombique
Réseau de Bravais Primitif P
Clivage Indistinct sur {001}
Cassure Irrégulière
Habitus Prismatique, pseudohexagonal, massif, folié, tabulaire
Échelle de Mohs 5
Trait Blanc à rose très pâle
Éclat Vitreux à mat (terreux)
Propriétés optiques
Indice de réfraction a=1.633-1.659, b=1.642-1.686, g=1.738-1.785
Pléochroïsme x: incolore, y: jaune pâle, z: rose pâle
Biréfringence Biaxial(+); 0.1050-0.1260
Dispersion 2 vz ~ 31-45
Spectre d'absorption Z > Y > X
Transparence Opaque à translucide
Propriétés chimiques
Densité 2.78-2.885
Propriétés physiques
Radioactivité À peine détectable

Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La nénadkévichite est une espèce minérale du groupe des silicates et du sous-groupe des cyclosilicates, de formule (Na,Ca,K)(Nb,Ti)Si2O6(O,OH),2H2O, pouvant présenter des traces d'aluminium, fer, manganèse, magnésium et baryum.

Historique de la description et appellations[modifier | modifier le code]

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

La nénadkévichite a été décrite en 1955 par M. V. Kuz'menko et M. E. Kazakova; elle fut nommée ainsi en l'honneur de Konstantin Avtonomovich Nenadkevich (1880-1963), minéralogiste et géochimiste russe, au Musée minéralogique A. E. Fersman de Moscou, en Russie.

Topotype[modifier | modifier le code]

Caractéristiques physico-chimiques[modifier | modifier le code]

Cristallochimie[modifier | modifier le code]

  • La nénadkévichite forme une série avec la labuntsovite.
  • Elle fait partie d'un groupe de minéraux isostructuraux : le groupe de la labuntsovite et plus précisément du sous-groupe de la nénadkévichite, qui regroupe les minéraux du groupe de la labuntsovite de système orthorhombique et de groupe d'espace Pbam.
Sous-Groupe de la Nénadkévichite
  • Korobitsynite Na3(Ti,Nb)2[Si4O12](OH,O)2,3-4(H2O), Pbam; 2/m 2/m 2/m
  • Nénadkévichite (Na,Ca,K)(Nb,Ti)Si2O6(O,OH),2H2O, Pbam; 2/m 2/m 2/m

Cristallographie[modifier | modifier le code]

  • Paramètres de la maille conventionnelle: a = 7,408 Å, b = 14,198 Å, c = 7,148 Å, Z=4, V =51,82 Å3
  • Densité calculée = 2,70-2,81


Propriétés chimiques[modifier | modifier le code]

Habitus 
de cristaux prismatiques pseudohexagonaux, pouvant atteindre 8 millimètres,
de cristaux tabulaires minces en groupes superposés ou en agrégats sphériques compacts.
ou encore sous forme foliée ou en masses lamellaires pouvant atteindre quelques centimètres de diamètre.

Gîtes et gisements[modifier | modifier le code]

Gîtologie et minéraux associés[modifier | modifier le code]

Gîtologie 
La nénadkévichite se trouve dans les pegmatites riches en natrolite et en albite, entre les cristaux de microcline, dans les néphélines et syénites, dans un massif alcalin (Massif du Lovozero, Russie)
Elle se trouve également dans les cavités des pegmatites d'un complexe alcalin gabbro-syénite intrusif (Mont Saint-Hilaire, Canada)
Minéraux associés 
aegirine, albite, amphiboles, analcime, ancylite, astrophyllite, bastnäésite, calcite, catapléite, chlorites, donnayite, elpidite, épididymite, eudialyte, fluorapatite, fluorite, hilairite, manganoneptunite, microcline, montérégianite, natrolite, polylithionite, pyrite, pyrochlore, rhodochrosite, rutile, sérandite, sphalérite, steacyite, yofortierite.

Gisements producteurs de spécimens remarquables[modifier | modifier le code]

  • Canada
Carrière de Poudrette, Mont Saint-Hilaire, Rouville RCM, Montérégie, Québec[3]
Carrière Demix-Varennes, Varennes & St-Amable, Lajemmerais, Montérégie, Québec[4]
  • États-Unis
Comté de Rockingham/ Comté d'Augusta, Virginie[5]
  • Groenland
Complexe Ilimaussaq, Narsaq, Kitaa[6]
  • Namibie
Carrières Aris (Ariskop Quarry; Railway Quarry), Aris, Windhoek, District de Windhoek, Khomas[7]
  • Russie
Natrolite Stock (Pegmatite No. 61), Karnasurt Mt, Massif du Lovozero, Péninsule de Kola, Murmanskaja Oblast', Northern Region[2]
Kirovskii apatite mine (Kirovsky Mine; Kirov Mine), Kukisvumchorr Mt, Massif des Khibiny, Péninsule de Kola, Oblast de Mourmansk, Région économique du Nord[8]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. a et b I. Pekov (1998) Minerals First Discovered on the Territory of the former Soviey Union
  3. Horváth, L and Gault, R.A. (1990), The mineralogy of Mont Saint-Hilaire Quebec. Mineralogical Record: 21: 284-359., AmMin 40:1154(1955)
  4. Mineralogical Record: 29: 83.
  5. Minerals of Virginia 1990 by R. V. Dietrich
  6. Soerensen, H. (2001): The Ilimaussaq alkaline complex, South Greenland: status of mineralogical research with new results, Geology of Greenland Survey Bulletin 190, GEUS
  7. Uwe Kolitsch (single-crystal X-ray diffraction); Petersen et al.: Mineralienwelt 15(2): 44-48 (2004)
  8. Lapis 28(12), 46-47 (2003)
  • M. V. Kuz'menko, M. E. Kazakova (1955) "Nenadkevichite, a new mineral", in Doklady Acad. Nauk SSSR, 100, 1159-1160 (en russe)
  • (1955) American Mineralogist, 40, 1154
  • K. A. Vlasov, éditeur (1966) Mineralogy of rare elements, volume II: 547-549
  • G. Perrault, C. Boucher, J. Vicat (1973) « Structure cristalline du nenadkevichite (Na,K)2-x(Nb,Ti)(O,OH)Si2O6·2H2O », Acta Crystallographica, B29: 1432-1438
  • J. A. Mandarino, V. Anderson (1989) Monteregian treasures, Cambridge University Press, 155
  • Canadian Mineralogist (1999): 901-910
  • European Journal of Mineralogy (2002): 14: 165-173