Nemrut (volcan)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nemrut
Vue satellite du cratère du Nemrut, 2001
Vue satellite du cratère du Nemrut, 2001
Géographie
Altitude 2 948 m
Massif Haut-plateau arménien
Coordonnées 38° 37′ 20″ nord, 42° 14′ 48″ est
Administration
Pays Drapeau de la Turquie Turquie
Région Anatolie orientale
Province Bitlis
Géologie
Type Volcan de subduction
Activité Actif
Dernière éruption
Code GVP 213020
Observatoire Aucun
Géolocalisation sur la carte : Turquie
(Voir situation sur carte : Turquie)
Nemrut

Le Nemrut est un volcan dormant, situé au bord du lac Van en Turquie. Il a une altitude de 3 050 m et sa caldeira elliptique a un diamètre d'environ 7 × 8 km et est occupée par un lac, le lac de Nemrut (Nemrut Gölü), situé à 2 247 mètres d'altitude et dont la profondeur maximale atteint 155 m[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Topographie[modifier | modifier le code]

Le volcan, de forme elliptique, couvre 486 km2. Son centre contient 377,5 km3 de matériaux volcaniques, principalement de la lave vieille de 0,23 à 1,18 million d'années. Le Nemrut possède une caldeira distincte d'une superficie de 46,7 km2 et d'un volume de 32,9 km3 ; l'altitude maximale du bord de la caldeira est de 2 935 m (à Sivritepe, sur son rebord nord)[2]. La hauteur moyenne des parois intérieures de la caldeira est de 600 m. Le point le plus bas de la caldeira coïncide avec le point le plus profond du lac Nemrut (2 071 m d'altitude).

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Trois lacs occupent le fond de la caldeira : le plus grand, le lac Nemrut (en turc : Nemrut gölü), et deux plus petits, le lac Ilı (en turc : Ilı gölü « lac chaud ») et celui appelé « lac saisonnier »[3],[4].

Géologie[modifier | modifier le code]

Le Nemrut est un stratovolcan, le plus récent des volcans du sud-est anatolien.

Les éruptions du Nemrut sont principalement de type plinien. Leurs produits sont principalement alcalins et comprennent une large variété de laves : du basalte à la rhyolite et à la phonolite, ainsi que des émissions pyroclastiques et des scories. Les éruptions ont été soit effusives, soit explosives[3]. Le volcan Nemrut est situé sur une faille qui traverse le volcan du nord au sud ; il comprend un cratère principal et un certain nombre de petits cratères, maars, sources chaudes et fumerolles[2].

Il est prouvé que la nature du volcanisme dans la région peut changer en raison du déplacement des contraintes à la frontière des plaques arabe et eurasienne. La direction de la pression provenant de la plaque arabe tourne progressivement du sud-nord à l'ouest-est, avec un déplacement linéaire de 7,8 à 9 mm par an[5].

Histoire éruptive[modifier | modifier le code]

L'activité volcanique du Nemrut s'est déroulée en trois étapes : la formation d'un cône (stade pré-caldeira), le stade post-caldeira et le stade tardif.

Le volcan semble avoir été actif jusqu'en 1597[6]. Les éruptions du Nemrut ont eu pour conséquence la création du lac de Van.

Dans les années 1980, des volcanologues japonais ont étudié l'évolution des gaz à l'intérieur de la caldeira du Nemrut. Ils ont constaté que le rapport des isotopes d'hélium 3 He / 4 He est de 1,06 × 10 - 5, ce qui indique une activité volcanique (la majeure partie de l'hélium mesuré a évolué à partir du manteau)[7]. Des études plus récentes ont confirmé ces résultats[8]. L'activité sismique dans la région est élevée : ces dernières années, il y a eu plusieurs tremblements de terre directement liés à la faille de Nemrut[9]. Les événements sismiques importants des 150 dernières années survenus à moins de 30 km du Nemrut comprennent les tremblements de terre du 18 mai 1881 (magnitude 6,7), du 29 mars 1907 (5), du 27 janvier 1913 (5), du 14 février 1915 (6) et du 3 novembre 1997 (5)[2].

L'activité fumarolique et la présence de nombreuses sources chaudes sont observées au fond de la caldeira[4].

Tourisme[modifier | modifier le code]

La ville de Tatvan est le point de départ de circuits qui permettent d'atteindre le bord du cratère en quatre à cinq heures de marche dans des conditions optimales de juin à septembre. Les flancs du volcan sont couverts de chênes et de bouleaux.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carte de la Turquie, éditions Marco Polo (ISBN 9783829738774).
  2. a b et c İ. Ulusoy, Ph. Labazuy, E. Aydar, O. Ersoy et E. Çubukçu, « Structure of the Nemrut caldera (Eastern Anatolia, Turkey) and associated hydrothermal fluid circulation », Journal of Volcanology and Geothermal Research, vol. 174, no 4,‎ , p. 269 (DOI 10.1016/j.jvolgeores.2008.02.012)
  3. a et b Y. Yilmaz, Y. Güner et F. Şaroğlu, « Geology of the quaternary volcanic centers of the east Anatolia », Journal of Volcanology and Geothermal Research, vol. 85, nos 1–4,‎ , p. 173 (DOI 10.1016/S0377-0273(98)00055-9)
  4. a et b E. Aydar, A. Gourgaud, I. Ulusoy, F. Digonnet, P. Labazuy, E. Sen, H. Bayhan, T. Kurttas et A.U. Tolluoglu, « Morphological analysis of active Mount Nemrut stratovolcano, eastern Turkey: evidences and possible impact areas of future eruption », Journal of Volcanology and Geothermal Research, vol. 123, nos 3–4,‎ , p. 301 (DOI 10.1016/S0377-0273(03)00002-7)
  5. M. Tekin Yürür et J. Chorowicz, « Recent volcanism, tectonics and plate kinematics near the junction of the African, Arabian and Anatolian plates in the eastern Mediterranean », Journal of Volcanology and Geothermal Research, vol. 85, nos 1–4,‎ , p. 1 (DOI 10.1016/S0377-0273(98)00046-8, lire en ligne)
  6. E. Aydar et al., Journal of Volcanology and Geothermal Research, 306 123, 2003, pp. 301—312
  7. K. Nagao, J.I. Matsuda, I. Kita et T. Ercan, « Noble gas and carbon isotopic composition in Quaternary volcanic area in Turkey », Jeomorfoloji Dergisi, vol. 17,‎
  8. N. Güleç, D.R. Hilton et H. Mutlu, « Helium isotope variations in Turkey: relationship to tectonics, volcanism and recent seismic activities », Chemical Geology, vol. 187, nos 1/2,‎ , p. 129 (DOI 10.1016/S0009-2541(02)00015-3)
  9. A. Pinar, Y. Honkura, K. Kuge, M. Matsushima, N. Sezgin, M. Yılmazer et Z. Öğütçü, « Source mechanism of the 2000 November 15 Lake Van earthquake (Mw= 5,6) in eastern Turkey and its seismotectonic implications », Geophysical Journal International, vol. 170, no 2,‎ , p. 749 (DOI 10.1111/j.1365-246X.2007.03445.x)