Nello Musumeci

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Musumeci.
Nello Musumeci
Illustration.
Fonctions
Président de la région de Sicile
En fonction depuis le
(7 mois et 1 jour)
Élection 5 novembre 2017
Prédécesseur Rosario Crocetta
Sous-secrétaire d'État au Ministère du Travail

(7 mois et 1 jour)
Président du Conseil Silvio Berlusconi
Gouvernement Berlusconi IV
Prédécesseur Pasquale Viespoli
Successeur Maria Cecilia Guerra
Président de la province de Catane

(9 ans, 3 mois et 6 jours)
Prédécesseur Antonio Pennisi
Successeur Raffaele Lombardo
Député européen

(14 ans, 11 mois et 22 jours)
Législature 4e, 5e et 6e
Groupe politique UEN
Biographie
Nom de naissance Sebastiano Musumeci
Date de naissance (63 ans)
Lieu de naissance Militello in Val di Catania, Sicile (Italie)
Nationalité Italienne
Parti politique Mouvement social italien – Droite nationale (1970-1995)
Alliance nationale (1995-2005)
Alleanza Siciliana (2005-2008)
La Droite (2008-2014)
Diventerà Bellissima (depuis 2014)

Sebastiano « Nello » Musumeci, né le à Militello in Val di Catania, est un homme politique italien, leader du mouvement Diventerà Bellissima. Le , il est élu président de la région Sicile, avec près de 39.9 % des voix, à la tête d'une alliance de droite et d'extrême droite.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sebastiano Musumeci entre à l'âge de quinze ans dans les rangs de la Jeune Italie, l'organisation de jeunesse du Mouvement social italien (MSI, néo-fasciste). Il est élu à 20 ans, conseiller municipal de sa ville natale, puis dans les communes de Gravina di Catania et de Castel di Judica. À 32 ans, il est secrétaire provincial du MSI de Catane. Il devient président de la province de Catane avec la seule liste MSI-Droite nationale en 1994. Il est réélu en 1998, dès le 1er tour, avec plus de 310 000 voix de préférences. Il reste en charge jusqu'à la fin de son second mandat en mai 2003.

Il adhère à l'Alliance nationale dont il devient coordinateur régional pour la Sicile entre 2002 et 2004. Il quitte l'AN en septembre 2005, lorsqu'il fonde l'Alliance sicilienne. En juillet 2007, il fait partie des fondateurs de la Droite auquel adhère l'Alliance sicilienne. Député au Parlement européen pendant trois législatures entre 1994 et 2012, pour la liste AN, dans la circonscription « îles », il obtient 116 732 voix de préférence, devenant le député AN le mieux élu après Gianfranco Fini, Gianni Alemanno et Maurizio Gasparri.

Il se présente à la présidence de la région Sicile, à la tête de l'Alliance sicilienne, en 2006, pour protester contre la candidature de Salvatore Cuffaro mais il n'obtient que 5,3 % contre 53,1 % à la droite et 41,6 % à la candidate de gauche Rita Borsellino. Lors des élections municipales à Catane, en 2008, il obtient plus de 25 % des voix, en dépassant en nombre de préférence le candidat du centre-gauche et obtenant presque le ballotage avec Raffaele Stancanelli, élu maire au premier tour. Il n'en demeure pas moins qu'il est le conseiller municipal le mieux élu de la ville avec plus de 4 000 voix de préférence, suivi par Enzo Bianco du centre-gauche.

Silvio Berlusconi lui propose de participer, comme secrétaire d'État, à un gouvernement renforcé dont la Droite ferait également partie, le 3 février 2011. Il devient alors brièvement sous-secrétaire d'État au Travail.

Musumeci - Diventerà Bellissima.jpg

Le 28 octobre 2012, il représente le Peuple de la liberté lors des élections anticipées de l'Assemblée régionale sicilienne, en recueillant 25 % des voix derrière le vainqueur Rosario Crocetta du centre-gauche. En 2015, il fonde le mouvement Diventerà Bellissima ([Elle] « deviendra belle »).

Il est de nouveau candidat lors des élections régionales siciliennes, pour devenir président de la région Sicile le 5 novembre 2017, en tant que candidat qui a l'appui de Forza Italia, de Diventerà Dellissima et des autres partis de droite. Cette coalition arrive en tête avec près de 39.9 des suffrages exprimés et emporte de justesse la majorité absolue des sièges (36 sur 70)[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]