Nejib Belkadhi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nejib Belkadhi
Nejib Belkadhi (01), Tunis, 13 février 2015.jpg
Nejib Belkadhi, en février 2015
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (46 ans)
TunisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
نجيب بلقاضيVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Films notables

Nejib Belkadhi (arabe : نجيب بلقاضي), né le 13 mai 1972 à Tunis, est un acteur, réalisateur et producteur tunisien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il naît dans une famille de l'ancienne notabilité tunisoise : l’ancêtre des Belkadhi, d'origine turque et installé en Tunisie au XVIIe siècle, exerçait probablement la fonction de juge d'où le nom patronymique, ses descendants se distinguant dans la production de la chéchia jusqu'au XIXe siècle. Plus tard, avant la fin du XIXe siècle, on y trouve des religieux réputés, basés dans la capitale Tunis[1].

Néjib Belkadhi poursuit des études en gestion et marketing à l'Institut des hautes études commerciales de Carthage avant de faire ses premiers pas au cinéma et au théâtre comme acteur dans des productions comme La Danse du feu de Salma Baccar (1995) et L'école des femmes de Mohamed Kouka (1995). Il se fait connaître du grand public grâce à son rôle de jeune premier dans le feuilleton à succès El Khottab Al Bab de Slaheddine Essid entre 1997 et 1998.

Il fait ses premiers pas dans la réalisation sur Canal+ Horizons, en 1998, dans un magazine de court format couvrant les Journées cinématographiques de Carthage. Dans la foulée, il propose le concept de ce qui va devenir le plus grand succès de la chaîne : l'émission culte Chams Alik, un magazine satirique qui marque un tournant dans le paysage audiovisuel tunisien. Il en est le concepteur, le réalisateur et le coprésentateur. L'émission permet de lancer plusieurs jeunes nouveaux visages dans le cinéma, le théâtre et la télévision. L'aventure dure deux ans (1999-2001) et s'arrête avec la fermeture de la chaîne en octobre 2001.

En 2002, il fonde Propaganda Production avec son ami Imed Marzouk. Il réalise et produit le faux reality show polémique Dima Labess pour Canal 21. Il s'agit d'une satire au vitriol de la société tunisienne à travers le parcours journalier d'une famille tunisienne moyenne pendant le ramadan. En 2003, il apparaît dans le long métrage Bedwin Hacker de Nadia El Fani.

En 2005, il réalise le court métrage Tsawer d'après un scénario de Souad Ben Slimane. VHS Kahloucha, long métrage documentaire produit en 2006, est sa réalisation la plus connue. Le film connaît un succès international retentissent dans de grands festivals : il est présenté la première fois au Festival de Cannes dans la section « Tous les cinémas du monde ». L'aventure continue avec le prix du meilleur film documentaire au Festival international du film de Dubaï en décembre 2006 et une sélection en compétition officielle dans la section « world documentary » au Festival du film de Sundance en janvier 2007. Il récolte sept prix dans différents festivals mondiaux.

Son film de fiction Bastardo (en) (2013) est projeté pour la première fois lors de la 38e édition du Festival international du film de Toronto dans la section Contemporary World Cinema (cinéma international contemporain). Le film sort dans les salles tunisiennes en décembre 2013 ; il participe à plusieurs festivals et remporte treize prix dont le prix du meilleur film au Festival du cinéma d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine de Milan, le prix du meilleur film au Festival international du cinéma méditerranéen de Tétouan et le prix du meilleur film au Festival international du film d'Alexandrie.

Pour la promotion de son film Bastardo, il fait la couverture du magazine people Tunivisions en novembre 2013[2].

En septembre 2014, il participe à la vidéo de la campagne de lutte contre les violences faites aux femmes de l'association Beity Tunisie ; la vidéo est réalisée par Hinde Boujemaa[3].

Le 1er octobre 2014, à l'occasion des élections législatives en Tunisie, il sort un long métrage documentaire, Sept et demi. Tourné pendant la transition démocratique en 2011, le film dissèque une société qui s'achemine pour la première fois de son histoire vers des élections démocratiques[4].

En 2015, il interprète le rôle de Yahya dans la série télévisée tunisienne Lilet Chak du réalisateur Majdi Smiri et de la scénariste Dorra Fazaa, diffusée sur la chaîne Attessia TV ; il y joue aux côtés de Dorra Zarrouk et Mouna Noureddine. Il reçoit le prix du meilleur acteur pour son rôle aux Romdhane Awards attribués par Mosaïque FM[5].

En 2017, il enchaîne deux courts métrages en tant qu'acteur principal : When the Sky Began to Cry de Kays Mejri et Astra de Nidhal Guiga. En juillet, il commence par ailleurs la préparation de son nouveau long métrage, Regarde-moi, pour un tournage prévu en septembre entre la France et la Tunisie.

Courant 2018, il joue le rôle du général Osman, l'un des rôles principaux de la série Tej El Hadhra de Sami Fehri et dont la diffusion a lieu pendant la première quinzaine du mois de ramadan. En août, son film Regarde-moi est choisi pour faire partie de la sélection officielle du Festival international du film de Toronto[6].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

  • 2006 : VHS Kahloucha (long métrage documentaire)
  • 2005 : Tsawer (court métrage de fiction)
  • 2013 : Bastardo (en) (long métrage de fiction)
  • 2014 : Sept et demi (long métrage documentaire)
  • 2018 : Regarde-moi (long métrage de fiction)

Télévision[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arnold H. Green, The Tunisian ulama. 1873-1915. Social structure and response to ideological currents, Leyde, Brill Archive, , 324 p.
  2. Adjil Kribi, « Bastardo : le nouveau film de Belkadhi », sur huffpostmaghreb.com, (consulté le 25 juillet 2015)
  3. Perrine Massy, « La vidéo glaçante de l'association Beity contre les violences faites aux femmes », sur webdo.tn, (consulté le 26 juillet 2015)
  4. « , le film documentaire de Nejib Belkadhi qui a réussi son buzz », sur tekiano.com, (consulté le 25 juillet 2015)
  5. « Romdhane Awards 2015 : Nejib Belkadhi élu meilleur acteur », sur mosaiquefm.net, (consulté le 17 juillet 2015)
  6. « Cinéma : Regarde-moi de Néjib Belkadhi au Festival de Toronto », sur kapitalis.com, (consulté le 22 août 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]