Negrești-Oaș

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Negrești.
Negrești-Oaș
SatDinOas.jpg
Géographie
Pays
Județ
Chef-lieu
Negrești-Oaș (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Superficie
130 km2Voir et modifier les données sur Wikidata
Altitude
223 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Negresti-Oas jud Satu Mare.png
Démographie
Population
11 867 hab. ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Densité
91,3 hab./km2 ()
Fonctionnement
Statut
Ville roumaine (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Chef de l'exécutif
Aurelia Fedorca (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Identifiants
Code postal
445200Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web

Negrești-Oaș est une ville roumaine du județ de Satu Mare, dans la région historique de Transylvanie et dans la région de développement du Nord-ouest. Negrești est le centre du pays de Oaș (Țara Oașului)[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville de Negrești est située dans le nord-est du județ, à la limite avec le județ de Maramureș, sur le cours supérieur du Tur, entre les Monts Igniș à l'est et les Monts Oaș au nord, à 56 km à l'ouest de Sighetu Marmației et à 48 km au nord-est de Satu Mare, le chef-lieu du județ.

Negrești-Oaș est le centre de la microrégion du pays Oaș, créée autour de la ville en 2006 et qui regroupe 10 communes.

La municipalité est composée de la ville de Negrești-Oaș et des villages suivants (population en 2002)[2] :

  • Luna (596) ;
  • Negrești (11 603), siège de la municipalité ;
  • Turu (1 672).

Histoire[modifier | modifier le code]

La première occupation des lieux est très ancienne puisque la région a été le centre de la culture de Suciu de Sus à l'âge du bronze. De nombreuses céramiques ont été découvertes lors de diverses campagnes de fouilles.

La première mention écrite du village de Negrești date de 1490 sous le nom de Felshewfalw (Felsöfalu, « haut-village » en magyar) comme domaine de la famille Móric, mais il est fait mention du pays de Oaș bien avant dans une lettre du comme voie du sel entre la Marmatie et la Pannonie. Le pays de Oaș est aussi cité dans les chroniques de Grigore Ureche.

La commune, qui appartenait au royaume de Hongrie, a fait partie de la Principauté de Transylvanie de 1526 à 1699 puis de l'Empire des Habsbourg.

Après le compromis de 1867 entre Autrichiens et Hongrois de l'Empire d'Autriche, la principauté de Transylvanie disparaît et, en 1876, le royaume de Hongrie est partagé en comitats. Negrești intègre le comté hongrois de Satu-Mare.

À la fin de la Première Guerre mondiale, la commune rejoint la Roumanie le , ce qui sera reconnu en 1920 au traité de Trianon.

En 1940, à la suite du Deuxième arbitrage de Vienne, elle est annexée par la Hongrie jusqu'en 1944, époque durant laquelle sa communauté juive est exterminée par les « croix-fléchées ». Elle réintègre la Roumanie après la Seconde Guerre mondiale au traité de Paris en 1947.

La commune de Negrești a connu un très important développement dans la seconde moitié du XXe siècle et a obtenu le statut de ville en 1964.

Politique[modifier | modifier le code]

Élections municipales de 2016[3]
Parti Sièges
Parti social-démocrate (PSD) 12
Parti national libéral (PNL) 4
Alliance des libéraux et démocrates (ALDE) 1

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population
Année Pop. ±%
1880 2 771 —    
1890 3 260 +17.6%
1900 3 580 +9.8%
1910 4 217 +17.8%
1920 3 554 −15.7%
1930 5 290 +48.8%
1941 5 912 +11.8%
1956 7 348 +24.3%
1966 9 311 +26.7%
1977 12 387 +33.0%
1992 16 648 +34.4%
2002 13 871 −16.7%
2011 11 867 −14.4%

En 1910, à l'époque austro-hongroise, la commune comptait 3 298 Roumains (78,21 %), 603 Hongrois (14,30 %) et 228 Allemands (5,41 %)[2].

En 1930, on dénombrait 4 145 Roumains (78,36 %), 539 Juifs (10,19 %), 399 Hongrois (7,54 %), 86 Slovaques (1,63 %), 78 Roms (1,47 %), 18 Ukrainiens (0,34 %) et 11 Allemands (0,21 %)[2].

En 1956, après la Seconde Guerre mondiale, 6 775 Roumains (92,21 %) côtoyaient 439 Hongrois (5,97 %), 93 Juifs (1,27 %) et 12 Slovaques (0,16 %)[2].

En 2002, la commune comptait 13 195 Roumains (95,12 %), 553 Hongrois (3,98 %), 72 Roms (0,51 %), 15 Allemands (0,10 %) et 12 Ukrainiens (0,08 %)[4]. On comptait à cette date 4 410 ménages et 5 585 logements[5].

Lors du recensement de 2011, 77,99 % de la population se déclarent roumains, 2,34 % comme hongrois et 1,56 % comme roms (0,22 % déclarent une autre appartenance ethnique et 17,86 % ne déclarent pas d'appartenance ethnique)[6].

En 2002, la composition religieuse de la commune était la suivante[4] :

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie de la ville repose sur les services (enseignement, santé), le commerce. Negrești est également un marché agricole. La ville a connu une industrialisation au cours du XXe siècle : embouteillage d'eau minérale, activités minières, travail du bois, construction de machines, industrie alimentaire et textiles.

Le tourisme joue un rôle de plus en plus important dans l'économie de la cité qui est une excellent base pour le tourisme montagnard aux alentours.

Communications[modifier | modifier le code]

Routes[modifier | modifier le code]

Negrești est située sur la route nationale DN19 qui relie Satu Mare à Sighetu Marmației par le col de Huta à 586 m d'altitude. La route départementale 109-L rejoint Bixad et les monts Oaș vers le nord et l'est.

Voies ferrées[modifier | modifier le code]

Negrești est desservie par la ligne de chemin de fer Satu Mare-Bixad.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La ville est le point de départ de nombreuses randonnées dans les Monts Igniș, notamment vers le mont Pietroasa.

  • Negrești, éco-musée plein air qui présente l'architecture traditionnelle en bois du pays Oaș ainsi que les traditions locales[7].
  • Negrești, église orthodoxe de la Naissance de la Vierge (Nașterea Maicii Domnului) construite de 1847 à 1857 en pierres de taille avec divers éléments de style baroque comme le clocher[8].
  • Tur, église orthodoxe Saint-Démètre datant de 1850[9].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

  • Dr Mihai Pop (n. 12 novembre 1936 Chiuzbaia - m. 2004), médecin[10]
  • Mihai Feher, prêtre et doyen de l'Oaș[10]
  • Pr. Maria Tripon, professeur, interprète et ambassadeur de la musique folklorique du pays de Oaș [10]
  • Ionuț Silaghi din Oaș, artiste roumain[11]
  • Natalia Lazăr, directeur de la Maison de la Culture à Negrești[10]
  • Vasile Pop-Negreșteanu, peintre [10]
  • Ion Țânțaș, professeur et poète[10]
  • Móric Góth, (1873-1939), peintre né à Negrești qui vécut ensuite aux Pays-Bas. Le Musée des Arts de Satu Mare conserve plusieurs de ses œuvres.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Ionuț Silaghi din Oaș, Poezii oșenești: Poezii, Fotografii, Culegere de folclor din Ţara Oaşului (Recueil folklorique du pays d'Oaș), Negrești, 2017, p. 8, (ISBN 978-973-0-24505-9), (ISBN 978-973-0-24681-0) (CD edition).
  2. a, b, c et d Recensements de 1850 à 2002
  3. (ro) « Rezultate finale 5 iunie 2016 », sur www.2016bec.ro (consulté le 12 juin 2016).
  4. a et b Statistiques officielles du recensement de 2002
  5. Informations diverses sur la commune
  6. (ro) « Tab8. Populația stabilă după etnie – județe, municipii, orașe, comune », sur recensamantromania.ro.
  7. Présentation de la ville
  8. Présentation de l'église orthodoxe de Negrești-Oaș
  9. Établissements religieux de Roumanie
  10. a, b, c, d, e et f Personnalités du pays de Oaș, accessed 13.03.2014
  11. [1]