Navigation mystère

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mare Imbrium Mare Tranquillitatis Mare Serenitatis Mare Crisium Mare Fecunditatis Mare Nectaris Mare Frigoris Mare Frigoris Mare Frigoris Oceanus Procellarum Oceanus Procellarum Mare Humorum Mare Nubium Mare Cognitum Mare Vaporum Sinus Aestuum Copernicus Kepler Tycho Kaukasus Apeninnen Alpen Plato Moon
Cette image est un exemple de navigation mystère. Par exemple, trouver où cliquer sur Mare Humorum est difficile sans survoler chaque lieu avec la souris (ce qui n'est pas possible sur les appareils qui n'ont pas de curseur, comme les tablettes). Aussi, il peut ne pas être immédiatement évident que l'image est une carte cliquable au lieu d'une simple image de la Lune.

La navigation mystère[1] (en anglais « Mystery meat navigation » aussi connue comme MMN) est un terme dépréciatif inventé en 1998 par Vincent Flanders, auteur et concepteur du site web Web Pages That Suck, pour décrire une page web où la destination d'un lien n'est pas visible jusqu'à ce que l'utilisateur le survole avec le curseur de sa souris[2]. Ces interfaces manquent d'une conception centrée sur l'utilisateur, en insistant sur l'aspect esthétique, le gris typographique et la dissimulation de l'information pertinente par rapport à la praticité et à la fonctionnalité[3],[4].

Dans la version anglaise, l'épithète « mystery meat (en) » désigne les produits carnés souvent servis dans les cantines des écoles publiques américaines, qui ont été tellement retraités que leur origine exacte ne peut plus être identifiée par leur apparence : comme eux, les liens mystères sont clairs pour le producteur mais déroutants pour le consommateur.

À l'origine, Flanders a temporairement décrit le phénomène comme « Saturnic navigation » en référence à la Saturn Corporation, dont le site web illustrait ce phénomène. Flanders écrit que « la forme typique des MMN est représentée par des menus composés d'icônes mystérieuses, qui ne sont remplacées par l'alternative textuelle que lorsque le curseur de la souris les survole[5] ».

« Cliquez ici »[modifier | modifier le code]

Les Web Content Accessibility Guidelines (en) du World Wide Web Consortium (W3C), ainsi que des organisations telles que WebAIM, recommandent de ne pas utiliser des expressions telles que « cliquez ici » comme texte de lien[6],[7]. Selon le W3C, « le texte du lien ne doit pas être trop général ; n'utilisez pas de "cliquez ici". [...] le texte du lien doit indiquer la nature de la cible du lien[8]. » Le texte devrait également avoir du sens lors de la lecture hors contexte. Il est également souligné qu'une souris peut ne pas être disponible sur le périphérique cible (par exemple à cause d'un écran tactile), et que les lecteurs d'écran peuvent consulter une liste de liens sur une page. Les pages seraient également lésées lors de leur impression. Un autre inconvénient mentionné est que cela empêche l'optimisation de la recherche par un moteur de recherche.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Guillaume Roucou, « L’utilisabilité en 30 concepts-clés », .
  2. (en) Vincent Flanders, Web Pages That Suck: Learn Good Design by Looking at Bad Design, San Francisco, Sybex Inc, (ISBN 978-0-7821-2187-2).
  3. (en) Mark Ward, « Why websites are getting easier to use », BBC News,‎ (lire en ligne).
  4. (en) Adrian Kingsley-Hughes, « iPad apps bring back mid-1990s "mystery meat" user interface problems », sur ZDNet, (consulté le 11 juillet 2014).
  5. (en) Vincent Flanders, « Mystery Meat Navigation: An Introduction », sur Web Pages That Suck: Learn Good Web Design by Looking at Bad Web Design (consulté le 14 juin 2009).
  6. (en) « Web Content Accessibility Guidelines 1.0 », W3.org (consulté le 7 mai 2012)
  7. (en) « Introduction to Web Accessibility », WebAIM (consulté le 7 mai 2012)
  8. (en) « HTML Techniques for Web Content Accessibility Guidelines 1.0 », W3.org (consulté le 11 juillet 2014)