Naves (Allier)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Naves
Naves (Allier)
L'église Saint-Pourçain de Naves.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Allier
Arrondissement Vichy
Intercommunalité Communauté de communes Saint-Pourçain Sioule Limagne
Maire
Mandat
Daniel Reboul
2020-2026
Code postal 03330
Code commune 03194
Démographie
Gentilé Navois, Navoises [1]
Population
municipale
123 hab. (2018 en augmentation de 8,85 % par rapport à 2013)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 10′ 33″ nord, 3° 06′ 36″ est
Altitude Min. 296 m
Max. 433 m
Superficie 8,13 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Gannat
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Naves
Géolocalisation sur la carte : Allier
Voir sur la carte topographique de l'Allier
City locator 14.svg
Naves
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Naves
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Naves

Naves (Navas en occitan[2]) est une commune française, située dans le département de l'Allier en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Paysage depuis Naves : vallée de la Sioule et Limagne bourbonnaise.

Naves est située à l'extrémité orientale d'un vaste plateau calcaire qui prolonge le massif cristallin des Colettes. Le plateau domine le bassin de Bellenaves et Chantelle, au nord, le col de Naves qui le sépare de Charroux, à l'est, et le bassin de Saint-Bonnet-de-Rochefort et Vicq, au sud-est et au sud. La dénivellation vers Saint-Bonnet-de-Rochefort est de 80 à 90 m. Le bourg et le village du Puy s'allongent le long d'une échancrure qui descend vers le col de Naves.

Le col de Naves, en réalité une petite dépression facilitant la communication entre la vallée de la Sioule et celle de la Bouble, est, depuis l'Antiquité au moins, une voie de passage importante. La voie romaine qui reliait Augustonemetum (Clermont-Ferrand) à Avaricum (Bourges) y passait, en direction de Cantilia (Chantelle-la-Vieille). Aujourd'hui, le passage est emprunté par la route départementale de Gannat à Montmarault par Bellenaves, par la ligne de chemin de fer de Gannat à Montluçon, portion de la liaison Lyon - Bordeaux via Limoges, et enfin par l'A71 reliant Bourges à Clermont-Ferrand.

Ses communes limitrophes sont[3] :

Transports[modifier | modifier le code]

La commune est traversée, en plus de l'autoroute, par les routes départementales 68 (vers Saint-Bonnet-de-Rochefort), 183 (vers Charroux) et 483 (vers Taxat-Senat)[3].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Naves est une commune rurale[Note 1],[4]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[5],[6]. La commune est en outre hors attraction des villes[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (95,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (95,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (79,6 %), zones agricoles hétérogènes (13,7 %), zones urbanisées (4,1 %), prairies (2,6 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le plateau de Naves a été occupé au moins dès l'époque néolithique, comme en témoigne un mégalithe visible à la limite des communes de Vicq et de Saint-Bonnet-de-Rochefort.

À l'époque romaine, la voie importante qui reliait Augustonemetum (Clermont-Ferrand) à Avaricum (Bourges) passait au col de Naves.

Au Moyen Âge, Naves est mentionnée pour la première fois dans une charte de Pépin le Bref datant de 763, par laquelle le roi met l'église de Naves et les terres qui en dépendent sous la dépendance de l'abbaye de Mozac, près de Riom. Le château de Naves est construit vers 1100. En 1147, le seigneur des lieux, Hugues de Naves, en conflit avec Archambaud VII de Bourbon, préfère donner son château et sa seigneurie à l'archevêque de Bourges, Pierre de La Châtre. Les archevêques de Bourges agrandirent et renforcèrent le château, qui se trouvait à la limite de leur diocèse et où ils aimaient venir séjourner jusqu'à la fin du XVe siècle au moins ; Jean Cœur, fils de Jacques Cœur et archevêque de Bourges, fit faire des travaux dans le château et l'on peut voir les armes de la famille Cœur sur la façade et sur des manteaux de cheminées[11]. Au début du XIIIe siècle, ils font construire l'actuelle église Saint-Pourçain.

Pour cette raison, sous l'Ancien Régime, Naves est une enclave de la province de Berry[12]. Cela apparaît sur la carte de Cassini.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie de Naves
Mairie de Naves.
Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 mars 2008 Guy Esvan    
mars 2008 avril 2014 Jean-Pierre Rogacki    
avril 2014[13] En cours
(au )
Daniel Reboul[14]   Retraité
Réélu en 2020

Depuis le , afin que les arrondissements du département « correspondent à une meilleure cohérence administrative et [à une] adaptation aux bassins de vie », la commune est retirée de l'arrondissement de Montluçon pour être rattachée à celui de Vichy[15].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[17].

En 2018, la commune comptait 123 habitants[Note 2], en augmentation de 8,85 % par rapport à 2013 (Allier : −1,82 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7866008501 007881893877851839
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
787745700734678671652638611
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
541577527437391385344304277
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
248210179129108109114115116
2013 2018 - - - - - - -
113123-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Naves dépend de l'académie de Clermont-Ferrand. Il n'existe aucune école.

Les collégiens se rendent à Bellenaves[20] et les lycéens à Saint-Pourçain-sur-Sioule[21].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/allier-03
  2. Henri Grobost, Rose-Marie Grobost, Maximilien Guérin, Contes et histoires en parler de Naves (Allier). Corpus textuel transcrit et traduit, éditions L'Harmattan, collection « Les parlers du Croissant », Paris 2020. [lire en ligne]
  3. a et b Carte de Naves sur Géoportail.
  4. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 23 mars 2021)
  5. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 23 mars 2021).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 23 mars 2021).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 23 mars 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 23 mars 2021).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 23 avril 2021)
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 23 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. René Germain (dir.), Dominique Laurent, Maurice Piboule, Annie Regond et Michel Thévenet, Châteaux, fiefs, mottes, maisons fortes et manoirs en Bourbonnais, Éd. de Borée, , 684 p. (ISBN 2-84494-199-0), p. 319-320.
  12. Jean-Charles Varennes, Les Très riches heures du Bourbonnais, Paris, Librairie académique Perrin, 1975, 355 p.
  13. « Daniel Reboul élu maire », La Montagne, Vichy,‎ .
  14. « Liste nominative des communes de l'Allier » [PDF], sur maires-allier.fr, Association des maires et présidents d'intercommunalité de l'Allier, (consulté le 23 juillet 2020).
  15. Préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes, « Arrêté préfectoral no 16-534 du 21 décembre 2016 portant modification des limites des arrondissements du département de l'Allier », Recueil des actes administratifs no 03-2016-061, Préfecture de l'Allier, (consulté le 22 avril 2017), p. 40.
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  20. « Sectorisation des collèges du département de l'Allier » [PDF], sur le site de l'académie de Clermont-Ferrand, Inspection académique de l'Allier, (consulté le 13 novembre 2015).
  21. « Sectorisation des lycées - 2GT - Allier » [PDF], sur le site de l'académie de Clermont-Ferrand, Inspection académique de l'Allier, (consulté le 13 novembre 2015).