Nationalité marocaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La nationalité marocaine est un attribut juridique de la personne dont les titulaires sont régis par le Code de la nationalité de 1958, réformé en 2007.

Personnes physiques[modifier | modifier le code]

Par filiation[modifier | modifier le code]

Alors qu'au Maroc, le droit de la nationalité est principalement basé sur le droit du sang, depuis 2007, la femme peut, tout comme l'homme, transmettre sa nationalité à ses enfants[1]. Ainsi sont désormais également Marocains ceux nés d'une mère marocaine mariée à un étranger (son mariage ayant été effectué conformément au Code de la famille, pour la musulmane, et son conjoint étant donc musulman ; celle de confession juive étant soumise aux règles du statut personnel hébraïque marocain)[1].


Par naissance[modifier | modifier le code]

Par adoption[modifier | modifier le code]

Par mariage[modifier | modifier le code]

Par naturalisation[modifier | modifier le code]

Perte ou renonciation à la nationalité[modifier | modifier le code]

Déchéance de la nationalité marocaine[modifier | modifier le code]

Droit à la binationalité[modifier | modifier le code]

Avoir une autre nationalité est autorisé sans aucune restriction[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Abdessamad Mouhieddine, « La réforme du code de la nationalité : Le Maroc reconnaît enfin les siens ! », La Gazette du Maroc,‎ (lire en ligne)
  2. Mathieu Olivier, « Double nationalité : quels sont les pays africains qui l’autorisent », sur Jeune Afrique, 5 décembre 2015 (mis à jour le 20 décembre 2015)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]