Nathu La

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nathu La
Image illustrative de l'article Nathu La
Vue du versant indien du col.
Altitude 4 310 m
Massif Himalaya
Coordonnées 27° 23′ 11″ N 88° 49′ 52″ E / 27.386448, 88.8311927° 23′ 11″ Nord 88° 49′ 52″ Est / 27.386448, 88.83119
Pays Drapeau de l'Inde Inde Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Vallée Sikkim
(sud-ouest)
Vallée de Chumbi
(nord-est)
Ascension depuis Gangtok Qiemacun
Déclivité moy. 4,5 % 6,1 %
Kilométrage 52 à 54 km 23,3 km
Accès Jawaharlal Nehru Road

Géolocalisation sur la carte : Région autonome du Tibet

(Voir situation sur carte : Région autonome du Tibet)
Nathu La

Géolocalisation sur la carte : Chine

(Voir situation sur carte : Chine)
Nathu La

Géolocalisation sur la carte : Inde

(Voir situation sur carte : Inde)
Nathu La

Le Nathu La (tibétain : རྣ་ཐོས་ལ་, Wylie : rna thos la), aussi appelé col Nathu, est un col de montagne de l'Himalaya qui relie, à 4 310 mètres d'altitude, l'État du Sikkim en Inde à la région autonome du Tibet en Chine. Les chutes de neige qui se produisent à cette altitude contraignent à la fermeture hivernale du col durant quatre mois environ, tandis que la mousson estivale rend les sols propices aux glissements de terrain qui compliquent son accès en été. L'environnement du col, qui abrite plusieurs espèces protégées, est fragile.

Le col se trouve historiquement sur une des branches de la route de la soie et a permis les communications entre le sous-continent indien et le monde chinois, si bien qu'il est devenu un enjeu commercial majeur pour l'Empire britannique de la fin du XVIIIe siècle au milieu du XXe siècle. Après l'indépendance de l'Inde, le col est un point de passage pour de nombreuses personnalités chinoises, tibétaines et indiennes mais, en 1962, la guerre sino-indienne et des affrontements directs au col provoquent sa fermeture jusqu'en 2006. Depuis, le commerce est de nouveau autorisé sur certains produits détaxés, avec un nombre limité de marchants et avec des restrictions journalières ; il reste plus limité que les prévisions. De nouveaux aménagements ont été construits au col et il attire des touristes indiens.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Portail rouge, vert et jaune en forme d'arche, avec une inscription blanche sur la partie supérieure, au pied d'un escalier.
Torana avec l'indication « Pass of Listening Ears », littéralement « col des oreilles qui écoutent », sur le versant indien du col.

En sanskrit, Nāthū signifie « oreilles qui écoutent » alors que est le mot pour désigner un col de montagne[1] ; c'est la transcription du devanagari नाथू ला, parfois orthographiée Nathula ou Natula. En chinois simplifié, il est appelé 乃堆拉山口 dont la transcription en pinyin est Nǎiduīlā Shānkǒu ; on rencontre aussi l'orthographe Natoi La[2]. Son nom tibétain est རྣ་ཐོས་ལ་, dont la translittération Wylie est rna thos la.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Une barrière barbelée, avec au second plan une plateforme bétonnée où siège une casemate blanche au toit bleu, et des montagnes dans le fond.
Vue en direction du nord-est avec un poste-frontière chinois et, en arrière-plan, le Chomolhari (7 314 m).

Le Nathu La est situé à la frontière entre le xian de Yadong, dans la préfecture de Xigazê, dans la région autonome du Tibet en Chine au nord-est et le district du Sikkim oriental dans l'État du Sikkim en Inde au sud-ouest. Le tripoint avec le Bhoutan se trouve à une dizaine de kilomètres au sud-est, tandis que Gangtok, la capitale du Sikkim, est à 22 kilomètres à vol d'oiseau à l'ouest, le Kangchenjunga, troisième plus haut sommet du monde au-delà de 8 000 mètres et point culminant de l'Inde, à 75 kilomètres, Lhassa, la capitale du Tibet, à 350 kilomètres au nord-est, et Calcutta et le golfe du Bengale sont à près de 500 kilomètres au sud. Le col culmine à 4 310 mètres d'altitude[3] dans la chaîne de montagnes de l'Himalaya. Il relie la vallée de la rivière Rangpo, un affluent de la Tista, au sud-ouest, à la vallée de Chumbi[4], traversée en bordure méridionale du plateau tibétain par la rivière Torsa, au nord-est.

Panneau routier indien enjambant la route et indiquant le marché de Sher[b]athang à 6 kilomètres et Gangtok à 51 kilomètres.
Panneau routier avec indications kilométriques sur le versant indien du col.

L'accès depuis Gangtok par la route Jawaharlal Nehru est long de 52[5] à 54 kilomètres[6] avec le franchissement de plusieurs cols et vallées. Sur le versant sud-ouest du col, une route bifurque vers le sud pour le relier à Pedong puis à Kalimpong. Sur le versant tibétain, la route rejoint Qiemacun en 25 kilomètres et met Lhassa à 430 kilomètres du col[5].

Géologie[modifier | modifier le code]

Végétation de type tourbière de couleur brune où serpente un cours d'eau.
Vue de zones humides dans les environs du col.

Le col et ses environs sont constitués de gneiss avec des inclusions de sillimanite et de biotite et éventuellement la présence de veines de migmatite, de micaschiste et de granite. Ils appartiennent aux formations du Kangchenjunga et de Darjeeling[7]. Les versants du col ont une pente naturelle de 30 à 50 % et les sols sont relativement peu épais, excessivement drainé, grossiers et limoneux avec une érosion superficielle modérée[6]. Des affaissements se produisent et certains sont sujets à des glissements de terrains[8]. Ceux-ci ont d'ailleurs augmenté dans les jours qui ont suivi le séisme de 2011 au Sikkim : treize glissements de terrain se sont produits près de Gangtok, sur la route menant au Nathu La, durant la saison de la mousson[9].

Climat[modifier | modifier le code]

Aucun instrument météorologique ne permet d'étudier le climat au Nathu La ou dans ses environs, bien que l'installation d'un pluviomètre soit requise au col[10]. De mi-novembre à fin mars, les chutes de neige[3] contraignent généralement à la fermeture du col. L'été, de mi-juin à mi-septembre, le relief agit comme une barrière face à la mousson estivale et le bassin de la Tista connaît d'importantes précipitations. L'étage alpin et les vallées sont cependant moins arrosés que les collines bordières. L'intersaison d'avril à mi-juin, la transition météorologique amène parfois des orages[11]. Au-delà de 4 000 mètres d'altitude, au Sikkim, la température n'excède jamais 15 °C[12] et, au col, elle avoisine 10 °C de mai à novembre[3] ; l'hiver, elle peut descendre à −25 °C[3].

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Vallon encaissé avec une végétation essentiellement arbustive au milieu duquel s'écoule un torrent.
Vue de la végétation à l'étage subalpin sur le versant occidental du col caractérisée par la présence du Sapin blanc[13],[14] et d'arbustes.

Les versants du col présentent plusieurs étages de végétation : d'une forêt subtropicale à sa base occidentale, en passant par une zone tempérée dans les vallées entre 1 500 et 3 000 mètres d'altitude, puis un étage subalpin entre 3 000 et 4 000 mètres, jusqu'à une toundra alpine semi-désertique au-delà[13],[14]. À l'étage subalpin, la végétation est éparse et se compose essentiellement d'arbustes de type rhododendrons nains (Rhododendron anthopogon et Rhododendron setosum) et genévriers. Dans les prairies d'altitude, les genres dominants sont Poa, Anemone, Meconopsis, Pedicularis, Potentilla, Primula, Aconitum, Delphinium, Caltha, Bergenia, Heracleum, Iris ou encore Hedychium. Ces plantes profitent d'une courte période de croissance de quatre mois[15].

La région autour du Nathu La abrite de nombreuses espèces animales protégées, notamment le kiang (Equus kiang), l'argali (Ovis ammon), la Gazelle du Tibet (Procapra picticaudata), le Léopard des neiges (Panthera uncia), le Loup de Mongolie (Canis lupus chanco), le Tétraogalle du Tibet (Tetraogallus tibetanus), le Gypaète barbu (Gypaetus barbatus), le Grand Corbeau (Corvus corax), l'Aigle royal (Aquila chrysaetos), le Tadorne casarca (Tadorna ferruginea)[15], le Pygargue de Pallas (Haliaeetus leucoryphus), l'Aigle criard (Clanga clanga), la Bécassine des bois (Gallinago nemoricola)[14],[16],[17], le Tragopan satyre (Tragopan satyra)[14],[16], le Torquéole de Mandell (Arborophila mandellii), le Calao à cou roux (Aceros nipalensis), le Cratérope à bec fin (Turdoides longirostris), le Paradoxornis de Gould (Paradoxornis flavirostris) et le Prinia à calotte grise (Prinia cinereocapilla)[17]. L'Actinodure du Népal (Actinodura nipalensis)[16],[17], le Trogon de Ward (Harpactes wardi) et le Pouillot de Hodgson (Tickellia hodgsoni)[17] sont des espèces d'oiseaux endémiques. D'autres espèces d'oiseaux sont présentes : les garrulaxes (Garrulax sp. et Trochalopteron sp.) vivent dans les buissons et les sous-bois, tandis que l'Arrenga siffleur (Myophonus caeruleus), les muscicapidés (Muscicapidae sp.) et les énicures (Enicurus sp.) colonisent les abords des torrents ; les passereaux sont représentés par des fauvettes, des timaliidés, des certhiidés, des zostéropidés, des troglodytidés et des roselins ; parmi les rapaces figurent l'Aigle noir (Ictinaetus malaiensis), l'Élanion blac (Elanus caeruleus) et des crécerelles ; enfin, le Lophophore resplendissant (Lophophorus impejanus) et l'Ithagine ensanglantée (Ithaginis cruentus) sont des espèces de faisans[15]. Le dhole (Cuon alpinus) est considéré comme une menace majeure[15]. Le Vison de Sibérie (Mustela sibirica), la Martre à gorge jaune (Martes flavigula), le Pika de Royle (Ochotona roylei), le Renard roux (Vulpes vulpes), le Porte-musc alpin (Moschus chrysogaster), l'Ours noir d'Asie (Ursus thibetanus), le takin (Budorcas taxicolor) et le goral (Nemorhaedus goral) sont également présents dans la région[14],[18],[19] tandis que la Marmotte de l'Himalaya (Marmota himalayana) a été réimplantée[14],[19].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Nathu La est connu dès le Ier siècle[20]. Il figure sur le tracé de l'ancienne route de la soie, aussi nommée route de la soie du Sikkim ou route de la soie du Sud-Ouest, une antique branche de la route de la soie utilisée à partir du Ve siècle afin de relier Lhassa au Tibet à Tamralipta au sud du Bengale[21]. Selon Namrata Hasija, après l'implantation du bouddhisme en Chine, des moines utilisent le col pour se rendre directement en Inde afin de consulter le Vinaya[20].

Les premières tentatives de commerce de la part des Britannique avec le Tibet ont lieu en 1774, lorsque Warren Hastings dépêche George Bogle au nom de la Compagnie britannique des Indes orientales auprès du sixième panchen-lama Lobsang Palden Yeshe à Xigazê, puis en 1783 avec l'envoi d'une nouvelle mission ; ces tentatives restent commercialement infructueuses[20]. En 1815, le commerce régional connaît un nouvel essor après l'annexion au sein de l'Empire britannique des territoires occupés par les Sikkimais, Népalais et Bhoutanais. Le potentiel du col est mis en avant en 1874-1875 après la publication par J.W. Edgar, commissaire adjoint de Darjeeling, d'un rapport sur l'importance stratégique des cols entre le Sikkim et le Tibet. En , la monarchie du Sikkim et les autorités tibétaines signent un accord dans le but d'accroître le commerce entre les deux nations[1],[20]. Seuls les armes, le sel, les liqueurs et les produits narcotiques sont prohibés[22]. Il trouve son paroxysme avec l'ouverture du col en 1894[20],[23].

Photographie en noir et blanc d'un homme en habits traditionnels tibétains de dos passant le col.
Photographie du col en 1939 avec un lhapsa.

Le Nathu La joue un rôle majeur en 1903-1904 lors de l'expédition militaire britannique au Tibet qui cherche à contrecarrer l'ingérence russe dans les affaires tibétaines et l'empêcher de prendre pied dans la région. Durant l'été, Francis Younghusband, en tant que commissaire britannique pour le Tibet, franchit le col et stationne à Khampa Dzong. En décembre, faute de négociateur tibétain, il reçoit l'ordre de continuer vers Lhassa. En avril, l'armée britannique fait tomber Gyantsé et sa forteresse. Outre dans cette ville, le traité de Lhassa signé le 7 septembre autorise le commerce aux Britanniques également dans celles de Yadong et Gartok. Il accorde aussi l'occupation de la vallée de Chumbi contre versement progressif d'une indemnité de la part des Tibétains. En novembre, la Grande-Bretagne et la Chine signent un accord approuvant le commerce entre le Sikkim et le Tibet[24],[25],[26]. Au début du XXe siècle, le col représente la porte d'entrée du Tibet, visité par Alexandra David-Néel en 1912[27].

Panneau métallique noir avec des inscriptions blanches d'une douzaine de lignes en anglais intitulé Natula: significance.
Panneau au col rappelant son importance historique et diplomatique.

Après le rejet par référendum local de l'intégration du Sikkim au sein de Union indienne, un statut de protectorat est accordé en 1950 par le Premier ministre de l'Inde Jawaharlal Nehru. Ainsi, le contrôle des frontières est assuré par des troupes indiennes. À cette époque, plus de 1 000 mules[23], dont 200 chaque jour transportant 80 kilogrammes chacune[28], et 700 hommes[23], essentiellement de la communauté des Marwaris[25], participent au commerce transfrontalier par le col : l'Inde importe de la laine, de la soie, du cuir, de la liqueur, des herbes médicinales, des queues de yak, des pierres précieuses, de l'or et de l'argenterie et exporte vers le Tibet des vêtements en coton, des céréales, de l'huile alimentaire, du tabac, des savons, des montres, des stylos, des matériaux de construction et des carcasses de voitures et de scooters[23],[28]. La fréquentation s'est accrue dès 1949 à la suite de l'expulsion en juillet par le gouvernement tibétain des Chinois de son territoire, prétextant que la mission chinoise à Lhassa n'avait plus de liens avec le gouvernement nationaliste et n'était pas encore accréditée par le gouvernement communiste de Mao Zedong, mais craignant en réalité que certains ne le rejoignent ; ces derniers passent majoritairement par le Sikkim puis Calcutta avant de gagner la Chine[29].

Dans les années 1950, le Nathu La est emprunté par plusieurs personnalités pour traverser la frontière entre le Tibet et le Sikkim. En , une délégation chinoise suivie par le général Zhang Jingwu le traverse depuis le Sikkim pour rencontrer le quatorzième dalaï-lama, Tenzin Gyatso, réfugié dans la vallée de Chumbi après l'intervention militaire chinoise au Tibet[30]. Peu avant, un de ses frères, Thupten Jigme Norbu, accompagne sa mère Diki Tsering et ses jeunes enfants, en quittant le Tibet pour l'Inde en passant par le col[31],[32]. En 1955, le diplomate indien Apa Pant traverse depuis l'Inde le col pour la première fois d'une longue série[33]. Le dalaï-lama franchit le col accompagné de Lobsang Samten, Tendzin Choegyal et du dixième panchen-lama Choekyi Gyaltsen ; ils sont reçus côté indien par Apa Pant, Sonam Topgyal Kazi et Palden Thondup Namgyal, fils, héritier et conseiller aux affaires internes du chogyal Tashi Namgyal[34] pour se rendre en Inde à l'occasion du 2500e anniversaire du parinirvana du bouddha Siddhartha Gautama, de à [35]. Le , Nehru, sa fille Indira Gandhi et Palden Thondup Namgyal empruntent le col, en compagnie d'Apa Pant, pour se rendre au Bhoutan[33].

Mémorial en pierre rouge et blanc où sont fixées des plaques noires avec des listes de noms écrites en jaune, et en arrière-plan une crête rocheuse fortifiée.
Vue sur le mémorial de guerre du Nathu La avec la crête frontalière en arrière-plan.

En 1959, avec le soulèvement tibétain réprimé par l'Armée populaire de libération, le col devient un corridor de réfugiés. En 1962, au cours de la guerre sino-indienne, le Nathu La connaît des escarmouches. Le col est fermé peu de temps après. Du 7 au , les armées chinoise et indienne s'affrontent à coups d'artillerie lourde et de mortiers[36]. Selon la version indienne, une compagnie du génie chargée d'installer une clôture sur l'arête septentrionale du col a été prise pour cible. Le bilan est de 62 morts parmi les soldats indiens et 300 du côté chinois[37]. En 1975, le Sikkim rejoint finalement l'Inde en tant qu'État, mais la Chine refuse dans un premier temps de reconnaître la situation[38],[39]. Pendant quarante ans, la seule personne autorisée à franchir les barrières est un postier chinois, escorté de militaires indiens, afin de remettre du courrier en main propre à un homologue dans un bâtiment à la frontière[39].

Deux soldats indiens enserrant de part et d'autre, et par-delà un fil barbelé, un soldat chinois en uniforme.
Officiers indiens et chinois à la frontière en mars 2008.

En 2003, avec le dégel des relations entre les deux pays, la visite du Premier ministre indien Atal Bihari Vajpayee en Chine conduit à la reprise des pourparlers sur la frontière. L'année suivante, un accord est trouvé par le ministre indien de la défense. L'ouverture effective du col, d'abord prévue pour le , est repoussée en raison de retards dans la construction de la ligne de chemin de fer Golmud-Lhassa et dans le renforcement des infrastructures chinoises de défense[40]. Finalement, elle a lieu le [38], coïncide avec le 71e anniversaire du dalaï-lama et scelle la reconnaissance diplomatique sur la situation du Sikkim[25]. L'événement est célébré du côté indien en présence d'officiels des deux pays. Des délégations de cent marchands indiens et autant de tibétains franchissent respectivement la frontière vers les villes commerçantes proches. Malgré les fortes précipitations et le vent froid, la cérémonie est suivie par nombreux médias officiels, locaux et internationaux[38],[41]. Les barbelés sont remplacés par un passage de dix mètres de large[42] pour vingt mètres de long[41] muré sur les deux côtés avec deux portails centraux[42],[41]. L'année 2006 est déclarée année de l'amitié sino-indienne[42],[43]. Parallèlement, le 20 novembre, la Border Roads Organisation, branche de l'armée indienne pour le génie civil, est chargée d'élargir la route qui mène au col par l'ouest sur un plan de quatre ans[44].

Activités[modifier | modifier le code]

Commerce frontalier[modifier | modifier le code]

Un passage muré fermé par un portail métallique surmonté d'une double inscription en chinois et en anglais.
Vue du passage frontière qualifié de « business channel » (littéralement « canal » ou « tunnel d'affaires ») avant la fin de sa modernisation.

Depuis 2006, le commerce frontalier est autorisé du lundi au jeudi[38]. Une liste de marchandises exemptées de taxe douanière est désormais applicable aux populations locales. Ainsi, une licence est accordée à cent commerçants sikkimais, dont certains exerçaient déjà avant 1962. L'Inde peut exporter librement des outils agricoles, des bicyclettes, des couvertures, des habits, des chaussures, du cuivre ouvragé, du café, du thé, de l'orge, du riz, de la farine, des fruits secs, des légumes, de l'huile végétale, du tabac, du tabac à priser, des épices, du kérosène, de la papeterie, des ustensiles, des produits laitiers, de la nourriture en conserve, des colorants et des herbes locales ; la Chine peut exporter des peaux de chèvre et de mouton, de la laine, de la soie en bobine, des queues et poils de yak, du kaolin, du borax, du beurre, du sel alimentaire, des cheveux, des chèvres et des moutons. Le commerce s'effectue respectivement dans les marchés de Sherathang et de Renqinggang, à respectivement six kilomètres à l'ouest et dix kilomètres à l'est du col[41],[45],[46].

Des craintes se sont exprimées du côté indien sur le risque que les produits locaux trouvent peu de clientèle au Tibet, alors que la Chine aurait les portes ouvertes à un marché dynamique au Sikkim et au Bengale-Occidental[47]. L'ouverture du col était censée stimuler l'économie de la région et dynamiser les échanges sino-indiens mais elle n'a pas eu l'effet escompté : les trois premiers mois, les échanges bilatéraux se sont chiffrés à environ 186 000 $ selon des statistiques du Bureau régional du commerce de la république autonome du Tibet. Les restrictions sur les marchandises[48] ainsi que la manque d'accueil des Chinois côté indien[49] sont mis en cause. L'année suivante, le col a ouvert durant sept mois et a permis l'échange de 161 tonnes de produits pour une valeur de 595 000 $ par le biais de 2 562 passages de véhicules à la frontière[50]. En 2010, l'objectif fixé cinq ans auparavant de 580 millions de $ cumulés est loin d'être atteint, avec 1,5 millions de $ exportés en Chine et seulement 50 000 $ vers l'Inde[22]. En 2012, toutefois, les relations bilatérales ont permis une hausse des échanges par le col avec respectivement 1,125 millions de $ et 200 000 $ sur cette seule année[22]. La fermeture du col une grande partie de l'année à cause des chutes de neige, les glissements de terrain durant la mousson et les retards dans l'élargissement de la route côté indien continuent de pénaliser le commerce[22].

Dès 2006, le gouvernement indien a mis en place un plan de lutte contre le trafic de produits animaliers, comme les peaux et les os de tigres et de léopard, les vésicules biliaires d'ours, les fourrures de loutres et la laine d'antilope du Tibet, en sensibilisant la police et les organismes législatifs locaux. L'essentiel de ce commerce illicite passe actuellement par le Népal voisin[51].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Afin de préserver le fragile environnement du Nathu La, le gouvernement indien a mis en place une politique de régulation touristique sur le versant occidental du col. Seuls les ressortissants indiens sont autorisés à visiter le col, et uniquement les mercredis, jeudi, samedi et dimanche, avant 13 h 30, après avoir déposé une demande de permis 24 heures à l'avance à Gangtok[6],[41]. Ils peuvent se recueillir devant le mémorial de guerre, visiter un centre d'exposition de l'armée et se restaurer à la cantine militaire qui sert du thé chaud et des casse-croûte ; l'accès se fait par un escalier d'environ 90 marches. Les militaires stationnés aux postes-frontière sont devenus des attractions pour les touristes, qui les prennent en photo et sont parfois autorisés à leur serrer la main par-dessus les barbelés. Il est également possible de s'approcher des bunkers situés de part et d'autre tout le long de la crête[3]. Le col est en particulier emprunté lors de pèlerinages bouddhistes au Sikkim afin de se rendre notamment au monastère de Rumtek. Il est également susceptible de raccourcir de plusieurs jours les pèlerinages au mont Kailash et au lac Manasarovar pour les hindouistes[52],[53]. Si le commerce a eu du mal à profiter de la réouverture du col, le tourisme a en revanche connu un pic avec 7 000 visiteurs de début juillet à fin septembre 2006 à Yadong et 216 000 $ de revenus, soit une hausse de 53 % par rapport à l'année précédente[48].

Élevage[modifier | modifier le code]

Aucun peuplement permanent n'est présent autour du col, toutefois quelques bergers nomades tibétains, appelés dokpas, élèvent des yaks, des moutons et des chèvres produisant de la laine pashmînâ. La fermeture de la frontière durant quarante ans a entraîné un surpâturage tant par les animaux domestiques que par les herbivores sauvages. La présence de mines terrestres cause encore la mort d'animaux[15].

Protection environnementale[modifier | modifier le code]

Le col en lui-même ne fait partie d'aucune zone protégée. En revanche, la route d'accès vers Gangtok est en partie bordée au nord par le sanctuaire alpin de Kyongnosla[14],[54], un sanctuaire de vie sauvage créé en 1984[16] sur une superficie de 31 km2[14],[16],[19],[54], tandis que la route vers Pedong est largement bordée à l'est par le sanctuaire de vie sauvage de Pangolakha[18],[54], créé en 2002[17] sur une superficie de 124 km2[17],[18],[54]. La présence d'unités militaires et le flux touristique, la pollution engendrée sur les zones humides et l'important trafic routier sont les principaux problèmes posés sur la préservation environnementale du versant indien du col[14],[17].

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Andrew Forbes, David Henley, China's Ancient Tea Horse Road, Chiang Mai, Cognoscenti Books, 2001 (ASIN B005DQV7Q2)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Keshav Pradhan, « In the good ol' days of Nathu-la », The Times of India, Bennett, Coleman & Co. Ltd., Bombay, 6 juillet 2006, p. 10.
  2. (zh) Bureau des noms de l'Institut national de topographie et de cartographie, Noms de lieux du Tibet, Pékin, Éditions de la tibétologie en Chine, 1995, p. 337.
  3. a, b, c, d et e (en) Sikkim Silk Route - Nathula Pass.
  4. (en) Claude Arpi, The legend of Nathu La, Rediff.com (en), 6 juillet 2006.
  5. a et b (en) Sambit Saha, Trading post: Prospects of Nathu-La, 8 septembre 2003.
  6. a, b et c (en) [PDF] The Environmental Information System Center, Ecodestination of India - Sikkim chapter, Ministry of Environment and Forest, Government of India, 4 juin 2006, p. 43.
  7. (en) [PDF] Geology and Mineral Resources of Sikkim, Geological Survey of India, no 30, part XIX, 2011 (ISSN 0579-4706), p. 9, 55 (annexe).
  8. (en) Naunidhi Kaur, A route of hope, Frontline, Volume 20, no 16, 2 août 2003.
  9. (en) [PDF] Indranil Chakraborty, Saibal Ghosh, Debasish Bhattacharya, Anjan Bora, Earthquake induced landslides in the Sikkim-Darjeeling Himalayas - An aftermath of the 18th September 2011 Sikkim earthquake, Geological Survey of India.
  10. (en) [PDF] The Environmental Information System Center, Carrying Capacity Study of Teesta Basin in Sikkim - Volume IV: Water environment, Ministry of Environment and Forest, Government of India, p. 29-32.
  11. (en) [PDF] The Environmental Information System Center, Carrying Capacity Study of Teesta Basin in Sikkim - Volume IV: Water environment, Ministry of Environment and Forest, Government of India, p. 24-28.
  12. (en) [PDF] The Environmental Information System Center, Ecodestination of India - Sikkim chapter, Ministry of Environment and Forest, Government of India, 4 juin 2006, p. 33.
  13. a et b (en) [PDF] The Environmental Information System Center, Ecodestination of India - Sikkim chapter, Ministry of Environment and Forest, Government of India, 4 juin 2006, p. 10.
  14. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) Kyongnosla Alpine Sanctuary - Tsomgo - Tamze - Chola Complex, Birdlife Data Zone.
  15. a, b, c, d et e (en) [PDF] The Environmental Information System Center, Ecodestination of India - Sikkim chapter, Ministry of Environment and Forest, Government of India, 4 juin 2006, p. 44.
  16. a, b, c, d et e (en) [PDF] Important Bird Areas in India - Sikkim : Kyongnosla Alpine Sanctuary - Tsomgo - Tamze - Chola Complex.
  17. a, b, c, d, e, f et g (en) [PDF] Important Bird Areas in India - Sikkim : Pangolakha Wildlife Sanctuary - Zuluk - Bedang Tso - Natula Complex.
  18. a, b et c (en) Pangolakha Wildlife Sanctuary - Zuluk - Bedang Tso - Natula Complex, Birdlife Data Zone.
  19. a, b et c (en) [PDF] The Environmental Information System Center, Ecodestination of India - Sikkim chapter, Ministry of Environment and Forest, Government of India, 4 juin 2006, p. 114.
  20. a, b, c, d et e (en) [PDF] Namrata Hasija, India, China and the Nathu La - Yesterday, Today & Tomorrow, Institute of Peace and Conflit Studies, no 203, janvier 2013.
  21. (en) Sikkim Silk Route - The Silk Route.
  22. a, b, c et d (en) [PDF] Bhim B Subba, India, China and the Nathu La - Realizing the Potential of a Border Trade, Institute of Peace and Conflit Studies, no 205, janvier 2013.
  23. a, b, c et d (en) Reopening of Nathu La Pass - Historical Review.
  24. (en) Michael Carrington, « Officers Gentlemen and Thieves: The Looting of Monasteries during the 1903/4 Younghusband Mission to Tibet », Modern Asian Studies no 37, 1, 2003, p. 81-109.
  25. a, b et c (en) Keshav Pradhan, « Trading Heights », The Times of India, Bennett, Coleman & Co. Ltd., Bombay, 6 juillet 2006, p. 10.
  26. (en) John Powers, History As Propaganda : Tibetan Exiles versus the People's Republic of China, Oxford University Press, 2004, p. 80-82 [lire en ligne].
  27. Samuel Thévoz, Le sacre du paysage tibétain - Imaginaire et interaction chez les voyageurs français à l’orée du XXe siècle, p. 169-191.
  28. a et b (en) Ambar Singh Roy, « Nathula `Pass'port to better trade prospects with China », The Hindu, 25 novembre 2003.
  29. (en) Claude Arpi Nathu La: 'Sweetness and light', Rediff.com, 6 juillet 2006
  30. (en) Tsering Shakya, The Dragon in the Land of Snows: A History of Modern Tibet Since 1947, Penguin Books, 2000 (ISBN 978-0140196153), p. 85.
  31. Thupten Jigme Norbu, Tibet, patrie perdue, éd. Albin Michel, 1963, p. 258.
  32. Mary Craig, Kundun : une biographie du dalaï-lama et de sa famille, Presses du Châtelet, 1998 (ISBN 2911217330), p. 180.
  33. a et b (en) Apa Pant, A Moment in Time, University of Nevada Press, 1974 (ISBN 9780340147900), p. 107-109 [lire en ligne].
  34. Tenzin Gyatso, Au loin la liberté, Fayard, 1990 (ISBN 2213025614), p. 166-167.
  35. (en) Sunanda K Datta Ray, Nathu La: It's more than revival of a trade route, 10 juillet 2006.
  36. (en) Sreedhar, China Becoming A Superpower and India's Options, Across the Himalayan Gap: An Indian Quest for Understanding China, Éd. Tan Chung, Indira Gandhi National Centre for the Arts, New Delhi, 1998.
  37. (en) Keshav Mishra, Rapprochement Across the Himalayas: Emerging India-China Relations Post Cold War Period (1947-2003), Gyan Publishing House, 2004 (ISBN 978-8178352947), p. 40.
  38. a, b, c et d (en) Historic India-China link opens, BBC News, 6 juillet 2006.
  39. a et b (en) Andrew Forbes, David Henley, China's Ancient Tea Horse Road, Cognoscenti Books (ISBN 9781300464860).
  40. (en) A Himalayan business pass.
  41. a, b, c, d et e (en) Ling Zhu, "Silk Road" rejoins at Nathu La Pass after 44 years, 7 juillet 2006, p. 2.
  42. a, b et c (en) Mo Hong'e, China, India raise national flags at border pass to restart business, 6 juillet 2006.
  43. (en) Activities planned for India-China Friendship Year - 2006, 23 janvier 2006.
  44. (en) Suan Dutta, Nathu-la wider road reply to Beijing, The Telegraph, 21 novembre 2006.
  45. (en) « Nathu La reopens for trade after 44 years », Bennett, Coleman & Co. Ltd., Bombay, 6 juillet 2006.
  46. (en) Trade between India and China through Nathu la pass, Ministry of Commerce & Industry, Press Information Bureau, 23 août 2006.
  47. (en) « Nathu-la shows the way - It opens a new route to amity », The Tribune, 8 juillet 2006.
  48. a et b (en) « Nathu La Pass on Sino-Indian border closes », China Daily, 15 novembre 2006.
  49. (en) A. V. S. Namboodiri, China for more trade through Nathu La, 24 janvier 2007.
  50. (en) Dong Fengxia, Border trade going well in Yadong, 6 décembre 2007.
  51. (en) Bindu Shajan Perappadan, « Doubts over traffickers using re-opened Nathula Pass », The Hindu, 23 juin 2006.
  52. (en) G. Vinayak, Nathu La: closed for review, 28 juillet 2004.
  53. (en) Nathu La, a gateway for China-India tourism, 21 janvier 2007.
  54. a, b, c et d (en) Forests, Environment & Wildlife Management Department - Wildlife, Government of Sikkim.