Nathaniel Johnston

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Johnston.
Nathaniel Johnston
Fonctions
Député de la Gironde
-
Conseiller général de la Gironde
-
Biographie
Naissance
Décès
(à 78 ans)
Le Havre
Nationalité
Formation
Activité
Parentèle
Autres informations
Propriétaire de

Nathaniel Johnston, né le à Bordeaux et décédé le au Havre, est un négociant bordelais, propriétaire de vignobles et homme politique français, député de la Gironde.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nathaniel Johnston IV[1] est le fils de Nathaniel Johnston III (1804-1870), négociant, administrateur de chemins de fer, propriétaire de haras, et de Charlotte Sophie Scott (1813-1873)[2],[3].

Il grandit à Bordeaux avant de venir à Paris pour entrer à l'École polytechnique en 1855 puis à l'École des mines dont il est diplômé, comme élève libre, en tant qu'ingénieur civil en 1860. Il retourne ensuite à Bordeaux où il devient un important négociant en vins (propriétaire notamment du château Ducru-Beaucaillou et du château Dauzac). C'est à Dauzac qu'est mis au point le principe de la bouillie bordelaise et il est le premier propriétaire à l'avoir utilisée[4].

En 1865, il épouse en premières noces Lucie Dassier (1841-1876) avec qui il aura cinq enfants. Alors qu'il a 40 ans, son épouse Lucie décède en 1876. Deux ans après, en 1878, il épouse en secondes noces la princesse Marie Caradja (1854-1910) avec qui il aura encore deux enfants. Cette seconde épouse décède quatre ans avant lui en 1910.

Il commence sa carrière politique comme conseiller général de Saint-Laurent-Médoc en 1866 avant d'être élu député de la première circonscription de la Gironde le au Corps législatif durant le Second Empire sur les listes du centre-droit[4]. Après la bataille de Sedan, il tente de prévenir la chute de l'Empire lors de la Révolution du en réunissant chez lui à l'hôtel de Wagram, avenue George-V, des députés opposés à la déchéance de Napoléon III. Nathaniel Johnston est réélu le à l'Assemblée nationale à la fondation de la Troisième République, défend au cours de son mandat des idées bonapartistes, et devient secrétaire de l'Assemblée. Il perd cependant son siège aux élections de 1876 et quitte la scène politique nationale[4].

Mandats politiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Chronique familiale des Johnson établie sur 12 générations », (une des familles de « L'Aristocratie du bouchon » des Chartrons), sur bertrand.auschitzky.free.fr,
  2. Site de la bibliothèque de l'École polytechnique, Famille polytechnicienne, « Johnston, Nathaniel », notice et fiche matricule.
  3. École des mines de Paris, annales.org, « Nathaniel Johnston ».
  4. a b et c Nathaniel Johnston sur le site de l'Assemblée nationale.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]