Nathan Zach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nathan Zach
Description de l'image Nathan Zach, photographer moti kikayon.jpg.
Naissance (86 ans)
Berlin, Allemagne
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture hébreu
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zach.

Nathan Zach (hébreu : נתן זך), né le à Berlin, est un poète israélien[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Berlin, Zach immigra à Haifa en ce qui était alors la Palestine mandataire en 1936. Il servit dans Tsahal pendant la Guerre israélo-arabe de 1948-1949[1].

Autour de Nathan Zach et de David Avidan , le groupe Likrat invente l’esprit d’une nouvelle poésie en hébreu. Une revue portant le nom du groupe, et à laquelle Zwy Milshtein participe, paraît à partir de 1952.

En 1955, il publia son premier recueil de poésie (Shirim Rishonim, hébreu : שירים ראשונים) et traduit de nombreuses pièces de théâtre allemandes pour le théâtre hébraïque[2],[3].

Membre de l'avant-garde d'un groupe de poètes qui commença à publier après l'avènement de l'État d'Israël, Zach eu une forte influence sur le développement de la poésie hébraïque moderne ainsi que sur la critique - aussi bien comme traducteur que comme poète. Il se distingua des poètes israéliens de la génération des années 1950 et des années 1960 par le biais de son manifeste poétique Zeman veRitmus etsel Bergson uvaShira haModernit [Temps et rythme chez Bergson et dans la poésie moderne][4]. Zach est reconnu en Israël pour ses traductions de la poésie de Else Lasker-Schüler and Allen Ginsberg[5].

Son essai intitulé « Réflexions sur la poésie d'Alterman » publié dans le magazine Akhshav (Maintenant) en 1959 fut un manifeste majeur pour la révolte du groupe du Likrat contre le pathos lyrique des poètes sionistes. En effet, le manifeste attaquait Nathan Alterman ce qui était audacieux, ce dernier étant l'un des plus importants et estimés poètes du pays. Dans son essai, Zach décida de nouvelles règles poétiques. Ces nouvelles règles différaient de celles, traditionnelles, qui réglaient la rime et le mètre coutumiers de la poésie nationale de l'époque[6].

De 1960 à 1967, Zach fit cours dans plusieurs institutions de l'enseignement supérieur à Tel Aviv et Haifa. De 1968 à 1979, il vécut en Angleterre et y obtint un doctorat (plus précisément, un Ph.D.) à l'université d'Essex. Après son retour en Israël, il fit cours à l'université de Tel Aviv et fut reçu comme professeur de l'université de Haifa. Il a été président du groupe responsable du répertoire pour le Théâtre Ohel et le Cameri[7].

En 2005, il fut élu 188e personnalité israélienne parmi les plus importantes à la suite d'un sondage du site d'informations israélien Ynet qui cherchait à déterminer qui le public considérait comme les 200 plus grandes personnalités israéliennes[8].

Distinctions et accueil de la critique[modifier | modifier le code]

Célébré dans le monde entier, Zach fut appelé « le plus éloquent et insistant porte-parole du mouvement moderne de poésie hébraïque »[9].

Polémique[modifier | modifier le code]

En juillet 2010, interviewé sur la chaîne télévisée israélienne Channel 10, Zach accusa les Juifs orientaux d'être inférieurs aux Juifs ashkénazes : "l'idée de réunir des gens qui n'ont rien en commun est apparue. Une partie d'entre eux provient de la culture la plus élevée qui soit - la culture occidentale - et l'autre partie vient des grottes." [12] Accusé de racisme, une pétition demanda le retrait des travaux de Zach du cursus scolaire ainsi que son exclusion de tout poste académique. Le texte de la pétition précisait : "Il est inconcevable que l'on exige des étudiants, particulièrement des Juifs orientaux, qu'ils mémorisent des poèmes d'un homme qui méprise leur culture et la définit publiquement comme inférieure... Le ministère de l'Éducation a l'obligation de lui signifier clairement, mais aussi à tous, qu'il ne permettra pas à ces opinions méprisables de s'abriter sous son aile. " (loc. cit.)

Œuvres publiées[modifier | modifier le code]

  • Shirim Rishonim, Premiers poèmes, Ha-masa, 1955
  • Shirim Shonim, Différents poèmes, Alef, 1960
  • Col He-Halav Ve Ha-Devash, (poésie), Tout le lait et le miel, Am Oved, 1966
  • Zeman Ve-Rytmus Etzel Bergson U Ba-Shirah Ha-Modernit, Temps et rythme dans la littérature de Bergson et dans la poésie moderne, Alef, 1966
  • Bimkom Halom, (poésie), Un rêve à la place, Massada Gallery, 1966
  • Tzfonit Mizrahit, (poésie), Nord par nord-est, Hakibbutz Hameuchad, 1979
  • Kavei Avir, (essais), Compagnie aérienne, Keter, 1983
  • Anti-Mechikon, (poésie), Dur de se rappeler, Hakibbutz Hameuchad, 1984
  • Beit Sfer Le-Rikudim, (pièce), L'école de danse, Keter, 1985
  • Shirim Al Kelev Ve-Kalbah, (enfants), Poème au sujet d'un chien et d'une vache, Hameuchad, 1990
  • Keivan She-Ani Ba-Svivah, (poésie), Puisque je suis autour, Hakibbutz Hameuchad/Siman Kriah, 1996
  • Mot Imi, (prose), La mort de ma mère, Hakibbutz Hameuchad, 1997
  • Key Ha'adam Hoo Etz Hasadeh, (poèmes et chants), Pour l'homme c'est un arbre du champ, Tammuz, 1999[13]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Tsipi Keller, Aminadav Dykman, Poets on the edge: an anthology of contemporary Hebrew poetry (lire en ligne)
  2. (en) The Modern Hebrew Poem Itself, (ISBN 0-8142-1485-1)
  3. (en) Natan Zach; translated from the Hebrew by Peter Everwine and Schulamit Yasny-Starkman, The static element: selected poems of Natan Zach, Atheneum, (lire en ligne)
  4. Butt, Aviva. “The Earlier Poetry of Natan Zach.” Poets from a War Torn World. SBPRA, 2012: 16-26.
  5. (en) Bill Morgan, I Celebrate Myself: The Somewhat Private Life of Allen Ginsberg (lire en ligne)
  6. (en) Asher Reich: portrait of a Hebrew poet (lire en ligne)
  7. (en) The static element: selected poems ..., (lire en ligne)
  8. גיא בניוביץ', « הישראלי מספר 1: יצחק רבין – תרבות ובידור », Ynet,‎ (lire en ligne)
  9. a et b « Natan Zach », Poetry International Web (consulté le 31 août 2011)
  10. « List of Bialik Prize recipients 1933–2004 (in Hebrew), Tel Aviv Municipality website »
  11. « Israel Prize Official Site – Recipients in 1995 (in Hebrew) »
  12. Ellie Armon, « Renowned poet Natan Zach accused of racism after TV comments », Haaretz,‎ (lire en ligne)
  13. http://hebreunet.ovh.org/auteurs3.htm

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]