Nathalie Collin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Nathalie Collin
Image dans Infobox.
Nathalie Collin lors d'une convention de La Poste
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Nathalie Pascale Toussainte RibesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinctions

Nathalie Collin, née le 26 septembre 1964 à Charenton-le-Pont, est une dirigeante d'entreprise française.

Elle a été présidente du groupe EMI Music France avant de devenir co-présidente du directoire de Libération [1] de 2009 à 2011 puis directrice générale du groupe Le Nouvel Observateur de 2011 à 2014[2].

Depuis 2014, elle est directrice générale adjointe du groupe La Poste, chargée à la fois de la branche Numérique et de la Communication. Nathalie Collin est membre du conseil national du numérique, administratrice de la SNCF, La Banque Postale et de Geopost [3].

Famille, jeunesse[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Nathalie Collin est titulaire d'une maîtrise de droit des affaires et fiscalité (Université Paris II - Assas) et diplômée de l'ESSEC (1988)

Carrière[modifier | modifier le code]

Nathalie Collin a successivement été consultante au cabinet Arthur Andersen (1987-1990 et 1992-1993), directrice financière de la Cité mondiale des vins et spiritueux (1990-92), directrice financière Europe d'Interleaf, basée à Londres (1993-1997), puis directrice administrative et financière (1997-99)[4],[5],[6],[7].

Industrie musicale[modifier | modifier le code]

Recrutée par Emmanuel de Buretel, elle rejoint Virgin Musique France en 1997, en tant que directrice administrative et financière, puis devient directrice générale en 2002. Elle prend la même année la présidence de la nouvelle maison-mère EMI Music France[8],[9], à l'occasion de l'absorption de Virgin par sa société mère EMI Music[10]. Nathalie Collin dirige EMI France jusqu'en 2009[11]. Elle est également administratrice du Syndicat national de l'édition phonographique (SNEP)[12], trésorière et vice-présidente du conseil de la Société civile des producteurs phonographiques (SCPP)[8].

La presse[modifier | modifier le code]

Agnès Touraine et Édouard de Rothschild lui proposent de rejoindre la direction du journal Libération en 2009[13]. Elle quitte donc EMI Music en février 2009 et devient présidente du directoire du quotidien Libération, auprès d’Édouard de Rothschild. Chargée de la gestion et des finances, elle contribue à la mise à l'équilibre du journal, les ventes progressent de 0,7% de janvier à avril 2009 dans un contexte général de baisse. En 2010, Libération réalise un bénéfice net de 200 000 euros[10],[14].

En 2010, la directrice générale du Nouvel Observateur contribue, avec cinq autres quotidiens et deux news magazines[15], à la création d’un kiosque virtuel de distribution de presse au format numérique[16], une initiative qualifiée de « ratée » par Télérama[15].

La même année, Nathalie Collin est élue à la tête du conseil de gérance de la Coopérative des quotidiens de Paris, l'une des cinq coopératives de Presstalis[17]. En tant qu’administratrice et présidente de la Coopérative des quotidiens, elle participe au plan de redressement de la messagerie Presstalis[18].

Nouvel Obs[modifier | modifier le code]

Elle rejoint en 2011, Le Nouvel Observateur en tant que coprésidente du directoire et directrice générale du groupe[10],[19].

Le 12 mars 2014, sa démission de ses fonctions au sein du Nouvel Observateur est actée, alors que le rachat de ce magazine, déficitaire, par le trio Xavier Niel, Pierre Bergé et Matthieu Pigasse est en cours de finalisation[20]. Elle quitte le Nouvel Observateur en avril 2014[21].

Présidente de l'AIPG et du SEPM[modifier | modifier le code]

Nathalie Collin est à l'initiative, avec d’autres éditeurs, de la création en 2012 de l'Association de la presse d'information politique et générale (AIPG)[22]. Elle en est présidente, initiant dans cette fonction un projet de loi sur le partage de la valeur de la publicité générée par les moteurs de recherche[23]. Toujours dans cette fonction, elle mène et signe[24] les négociations entre les éditeurs et Google pour obtenir la reconnaissance de la valeur des contenus presse et trouver les voies d'un partenariat commercial et d'une aide à la transition vers le numérique[25]. Cette négociation est animée par un médiateur nommé par les pouvoirs publics, Marc Schwartz. L'accord est signé à l’Élysée[26]. Nathalie Collin prend la présidence du Fonds Google pour l'innovation digitale de la presse (FINP) avec le vice président Europe de Google, Carlo d'Asaro Biondo[27].

Elle soutient en 2014 la neutralité du taux de TVA pour la presse en ligne, qui est aligné sur celui du papier, à 2,1 %, en février 2014[28].

En 2013, alors présidente du Syndicat des éditeurs de la presse magazine, Collin soutient, avec ses homologues de la presse quotidienne nationale, régionale et gratuite, la recommandation de la Mission Lescure pour une taxe sur les matériels connectés[29].

La Poste[modifier | modifier le code]

En avril 2014, elle devient directrice de la communication du groupe La Poste[30] puis directrice générale adjointe en septembre[31]. Le , en plus de ces fonctions, elle est nommée responsable de la branche numérique du groupe. Elle dirige alors les filiales Docapost et Mediapost, la distribution numérique, ainsi que la direction de la communication du groupe[32],[8],[33],[34],[35].depuis Mars 2021 Nathalie Collin est Directrice Générale de la Branche Grand Public et Numérique du Groupe La Poste

Distinctions[modifier | modifier le code]

Nathalie Collin a été décorée chevalière de l'ordre national du Mérite[36]. Elle est promue au grade d'officier le [37]. Elle a également été décorée chevalière de l'ordre national de la Légion d'honneur, au 1er janvier 2015[38].

Elle a fait partie de plusieurs classements de personnalités influentes : 30 personnalités françaises (27 hommes et 3 femmes) les plus influentes des médias 2013 pour GQ[39], 10 directeurs digitaux les plus influents en France en septembre 2018, puis dans les 200 personnalités politiques, artistiques et économiques le mois suivant, pour les Échos[40],[41]

Elle est la marraine en du concours organisé par Station F visant à élire le meilleur développeur informatique du pays[42],[43], puis de la journée des femmes digitales 2020[44].

Mandats[modifier | modifier le code]

  • Membre du conseil de surveillance de la SNCF - juillet 2015[45]
  • Membre du Conseil Économique, Social et Environnemental - novembre 2015[46]
  • Membre du conseil de surveillance de Siparex Proximité Innovation - décembre 2015[47]
  • Membre du Conseil national du numérique - février 2016 à décembre 2017 et depuis mai 2018[48]
  • Membre du conseil de surveillance de la Banque postale - mai 2018

Tentatives de caviardage de l'article Wikipédia[modifier | modifier le code]

En mai 2020, une enquête menée par des administrateurs de l'encyclopédie collaborative Wikipédia soupçonne plusieurs comptes contributeurs de la présente page d'être liés à des agences de communication visant à améliorer très favorablement son image[49].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Nathalie Collin est mariée et a trois fils[13].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Olivier Montfort à la tête d'EMI Music France », sur www.20minutes.fr (consulté le 1er janvier 2020)
  2. « De la musique aux lettres : Nathalie Collin, directrice générale adjointe de La Poste », sur usine-digitale.fr (consulté le 1er janvier 2020)
  3. « Nathalie Collin, celle qui imagine le monde numérique de demain », sur Au Feminin,
  4. BFM BUSINESS, « Nathalie Collin, le nouveau visage du numérique à La Poste », sur BFM BUSINESS (consulté le 12 août 2019)
  5. « Presse Edition :: Nathalie Collin Présidente de la Coopérative de distribution des Quotidiens », sur www.presseedition.fr (consulté le 12 août 2019)
  6. « Nathalie Collin Valérie Queinnec Michel de Souza Marco Caputo », sur Les Echos, (consulté le 12 août 2019)
  7. « La 5e édition du Meilleur Dev de France lancée - Le Monde Informatique », sur LeMondeInformatique (consulté le 12 août 2019)
  8. a b et c Lionel Steinmann, « Nathalie Collin au secours du numérique à la Poste », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  9. Gildas Lefeuvre, « Nathalie Collin prend la présidence d’EMI Music France », sur GL CONNECTION (consulté le 25 février 2019)
  10. a b et c Xavier Ternisien, « Le départ de Nathalie Collin fragilise Libération », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  11. Gildas Lefeuvre, « Nathalie Collin quitte la présidence d’EMI France pour Libération », sur GL CONNECTION (consulté le 8 mars 2019)
  12. IRMA, « Nouveau Conseil d'administration au Snep / Actualités / Irma : centre d'information et de ressources pour les musiques actuelles », sur IRMA : Centre d'information et de ressources pour les musiques actuelles (consulté le 12 août 2019)
  13. a et b Isabelle Girard, « Nathalie Collin, La Poste 3.0 c’est elle », Madame Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 15 janvier 2017)
  14. « Nathalie Collin nommée co-présidente du directoire de Libération », sur L'Obs (consulté le 25 février 2019).
  15. a et b « Presse.lemoteur.fr, la riposte ratée des sites de presse à Google News », sur Télérama.fr (consulté le 27 octobre 2019)
  16. « Presstalis : Nathalie Collin élue gérante », sur FIGARO, (consulté le 12 août 2019).
  17. Delphine Denuit, « Presstalis : Nathalie Collin élue gérante », sur Le Figaro.fr, (consulté le 27 octobre 2019)
  18. « En finir avec l'omerta », Le Nouvel Économiste,‎ .
  19. Sandrine Bajos, « Libé perd sa présidente qui rejoint Le Nouvel Obs », La Tribune,‎ (lire en ligne).
  20. Rédaction L'Express et AFP, « Laurent Joffrin et Nathalie Collin quittent la direction du Nouvel Observateur », L'Express,‎ (lire en ligne).
  21. « Nathalie Collin et Laurent Joffrin quittent leurs fonctions au «Nouvel Obs» », sur Libération.fr, (consulté le 1er janvier 2020)
  22. Philippe Larroque, «La distribution, dossier le plus urgent pour la presse», sur Le Figaro.fr, (consulté le 9 novembre 2019)
  23. "J'espère que Google vient avec des propositions concrètes", Le Figaro Économique, Enguérand Renault, 29 octobre 2012
  24. « Accord entre les éditeurs français et Google », sur FIGARO, (consulté le 25 février 2019).
  25. Enguérand Renault, « Accord entre les éditeurs français et Google », sur Le Figaro.fr, (consulté le 1er janvier 2020)
  26. Paris Match, « Google et la presse. Les secrets d’un accord à 60 millions », sur parismatch.com (consulté le 18 septembre 2019).
  27. "comment Google et la presse ont fini par s'entendre", Challenges, Laurent Calixte, 3 février 2013
  28. "Harmonisation express des taux de TVA dans la presse",Le Monde, Alexis Delcambre, 4 février 2014
  29. "La presse soutient le projet d'une taxe sur les appareils connectés",Le Figaro.fr, Paule Gonzalès, Alexandre Debouté, 5 juillet 2013
  30. "Nomination de Nathalie Collin à la direction de la communication du groupe La Poste", "CB News", Carole Soussan, 3 avril 2014
  31. "Nathalie Collin, de Libé à la Poste", "le Figaro", Enguérand Renault, 7 septembre 2014
  32. Xavier Biseul, « Nathalie Collin, le nouveau visage du numérique à La Poste », 01Net,‎ (lire en ligne).
  33. « Nathalie Collin, groupe La Poste: «Le dirigeant numérique est sous l'attention du client» », FIGARO,‎ (lire en ligne, consulté le 18 septembre 2017).
  34. Marie-Pierre Gröndahl, « Nathalie Collin invente la Poste 2.0 », Paris Match,‎ (lire en ligne, consulté le 26 juin 2017).
  35. « Nathalie Collin, nommée directrice générale adjointe en charge du numérique et de la communication de La Poste », sur https://www.e-marketing.fr/ (consulté le 25 février 2019)
  36. "Journal Officiel du 14 novembre 2010"
  37. Décret du 29 mai 2019 portant promotion et nomination
  38. [PDF] JO du 01/01/2015
  39. « Chiffre. GQ. Femmes et médias », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 9 mai 2017)
  40. Cyndie Guez, « Classement des cdx les plus influents sur twitter, rencontre avec Jean-François Pillou », Les Echos,‎ (lire en ligne)
  41. « Les coulisses de la Relève », lesechos.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 24 juillet 2018).
  42. « Qui sera le meilleur développeur de France 2017 ? », RTL.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 18 septembre 2017).
  43. « Nathalie Collin, Marraine du MDF17 », sur MDF17 (consulté le 18 septembre 2017).
  44. « Plaidoyer pour un monde digital plus féminin », sur Challenges (consulté le 17 avril 2019)
  45. « Nathalie COLLIN | Les conseillers | Découvrir le CESE », sur www.lecese.fr (consulté le 12 août 2019)
  46. « Présidence du CESE: Delevoye parmi les 40 membres nommés par Valls », sur lentreprise.lexpress.fr
  47. « French Corporate - SIPAREX PROXIMITE INNOVATION », sur french-corporate.com (consulté le 12 août 2019)
  48. « Voici la liste du nouveau Conseil national du numérique (CNNum) », sur FIGARO, (consulté le 30 mai 2018)
  49. Thibault Prévost, « Sur Wikipédia, le business juteux du caviardage », arrêt sur images,‎ (lire en ligne)