Nathalie Béra-Tagrine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nathalie Béra-Tagrine
Nathalie Béra-Tagrine.jpg
Nathalie Béra-Tagrine
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Instrument

Nathalie Béra-Tagrine est une pianiste française d'origine russe, née le à Boulogne-Billancourt.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dès l'âge de 3 ans 1/2 elle apprend le piano sous la direction de sa mère, la pianiste Nadia Tagrine.

À onze ans, finissant avec un 1er prix sa scolarité à la Schola Cantorum de Paris dans la classe de Nadia Tagrine, elle rentre au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (CNSMDP) dans la classe de solfège spécialisé de Berthe Duru où elle obtient une 1re médaille. La même année, elle remporte un 1er prix à l'unanimité en Supérieur au "Royaume de la Musique". Ce prix lui offre l’occasion de jouer à la salle Pleyel à Paris en soliste avec l'orchestre de l'ORTF, sous la direction de Pol Mule.

L'année de ses douze ans, elle reçoit le Prix d'honneur à l'unanimité au concours national Léopold Bellan et quelques mois plus tard entre première nommée dans les classes supérieures de piano du CNSMDP chez Lucette Descaves. Elle suit également l'enseignement de Jean Hubeau en musique de chambre, de Jacqueline Robin en déchiffrage, de Françoise Rieunier en analyse musicale ainsi que de Jeannine Rueff et Roger Boutry en harmonie. Les années suivantes, elle joue plusieurs fois au Théâtre des Champs-Élysées dans le cadre des « Musigrains », en récital ou avec orchestre.

À seize ans, elle obtient au CNSMDP un 1er prix de piano et un 1er prix de musique de chambre.

Elle remporte à dix-sept ans le 1er prix au concours international de piano Robert Casadesus à Cleveland (USA)[1].

La même année elle est reçue au CNSMDP en cycle de perfectionnement de piano (classe de Ventsislav Yankoff, assistante Nadia Tagrine) et de musique de chambre (classe de Jean Hubeau). Sa jeune carrière s’enrichit alors de nombreux engagements en France et à l'étranger (Europe, USA, Japon..) ainsi que des émissions dans diverses radios et télévisions françaises et internationales.

Tout en continuant de travailler avec Nadia Tagrine, elle enrichira son répertoire grâce à des rencontres avec des maîtres tels que György Sebök, Vlado Perlemuter, Manuel Rosenthal, Gaby Casadesus, Lily Kraus, Dimitri Baskirov et Sulamita Aronovsky.

D’autres récompenses s’ajouteront à son palmarès :

Mariée depuis 1979 à Bertrand Mercier, ingénieur Polytechnicien, docteur ès sciences, elle concilie durant 25 ans une vie de concertiste internationale avec une vie de mère de quatre enfants et de professeur.

Elle est la soliste de grands orchestres tels que le Cleveland Orchestra ou l’Orchestre national de Lille et joue entre-autres, sous la direction de Lorin Maazel, Jean-Claude Casadesus, Philippe Bender, Sylvain Cambreling, Paul Staicu ou Trajan Popesco. Ses partenaires de musique de chambre sont les flûtistes Jean-Pierre Rampal et Shigenuri Kudo, les violoncellistes Maurice Baquet, Dominique de Williencourt, Cécilia Tsan, les violonistes Alexandre Schneider, Devy Erlih, Olivier Charlier, Annick Roussin, Geneviève Laurenceau, la harpiste Lily Laskine, la soprano Ariane Douguet.

Depuis 2000, elle s’est peu à peu éloignée des scènes internationales pour se consacrer davantage à ses enfants et à l’enseignement qui la passionne.

En septembre 2011 et juin 2012 paraissent, aux éditions Van de Velde, les volumes 1 et 2 de la Méthode Tagrine[4] qui transmet l’enseignement qu’elle a reçu de sa mère. Elle en compose les morceaux.

En janvier 2016, sont publiés, toujours aux éditions Van de Velde, 4 recueils contenant 21 "Pièces récréatives" [5]qui complètent la Méthode Tagrine. En Octobre 2017, est publié une pièce pour piano:"Terminal 2", éditions Van de Velde [6]

Extraits de presse[modifier | modifier le code]

« Nathalie Béra-Tagrine a bien pris la mesure de l'œuvre (Fantaisie de Schumann') et la maîtrise d'un bout à l'autre, faisant alterner ombre et lumière, tension et repos avec une sonorité parfaitement contrôlée... » Claude Pascal - Le Figaro[7]

« Son jeu est d’une profonde sensibilité, qui cherche ce qui se cache derrière les notes et qui nous fait souvent découvrir des charmes inattendus dans une partition pourtant familière. Un toucher ravissant, une technique aérienne, une puissance en profondeur : Nathalie Béra-Tagrine nous a tenus en haleine.. » Pierre PetitLe Figaro[8].

« Il n’y a pas à se tromper, Nathalie Béra-Tagrine est une artiste idéale, dans l’acceptation la plus exigeante de ce terme! » - [9] Edgard Feder - France-Amérique – (New York)

« Nathalie Béra-Tagrine a su ne pas présenter les pages tourmentées de la 4ème ballade de Chopin seulement en virtuose habile mais nous en faire subir la vérité profonde et les recréer de l’intérieur. »[10] A.Burkhalker – Feuille d’avis de Vevey (Suisse)

« La révélation française de Montreux. En 1979 son interprétation du 3ème concerto de Beethoven au Palais des Festivals de Cannes laissait l'auditoire sur une impression extraordinaire de qualité technique, liée à une intelligence, une autorité et une profondeur surprenantes. Quatre ans après, c'est encore avec Beethoven qu'elle a conquis Montreux. Dans le 1er concerto cette fois, dont elle a soutenu la densité formelle et la richesse d'émotion de la première à la dernière mesure. Il émane de son jeu une espèce de jubilation ardente et maîtrisée à la fois. »[11]Aurore Busser - Nice-Matin (France)

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1982 - 33 t : Chabrier - Fauré - Ravel - Satie - Milhaud (Pianissime[12])
  • 1990 - CD : Chopin - Liszt (Vogue)[13]
  • 1992-2000 - CD : Scriabine: 3 pièces op 2 - Intégrale des mazurkas op 3-4 études op 8. (Adda)[14]
  • 1994 - CD Ravel : Gaspard de la nuit - Sonatine - Jeux d'eau - Oiseaux tristes. (Vibrato Musique)[15]
  • 1995-2000 - CD "Piano-Passion" : pièces diverses: Schubert - Chopin - Schumann - Liszt - Mendelssohn - Pierné - Scriabine. (Vibrato Musique - NBT001)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Figaro - 28 novembre 1979
  2. Lauréats du concours 1979 sur le site du concours d'Épinal
  3. Site du concours Clara Haskil
  4. Méthode Tagrine - Mes premières années de piano et de solfège Vol.1 et 2 - Editions Van de Velde VV291 (EAN 9790560052915) et VV296
  5. VV303 VV304 VV305 VV306
  6. VV308
  7. Claude-Pascal Le Figaro, 28 novembre 1979
  8. Le Figaro 12 mars 1998
  9. Edgard Feder - France-Amérique 21-27 novembre 1985
  10. A.L Burkhalter - Feuille d'Avis de Vevey - Suisse - 13 mai 1981
  11. Aurore Busser - Nice-Matin - 7 septembre 1983
  12. Pianissime2
  13. Vogue VG651
  14. Adda-NBT002
  15. VIB 09401

Liens externes[modifier | modifier le code]