Nathalie (chanson)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nathalie (homonymie).
Nathalie
Description de cette image, également commentée ci-après
« La place Rouge était blanche, la neige faisait un tapis, et je suivais par ce froid dimanche, Nathalie »
Chanson de Gilbert Bécaud
Sortie 1964 en musique
Durée 4:07
Genre Musique de variétés, chanson française
Auteur Pierre Delanoë
Compositeur Gilbert Bécaud

Nathalie (Наталья ou Наталия ou Наташа, Natalia, Natasha, ou Natacha, en russe slaves) est une chanson d'amour française de 1964, composée, chantée, et un des plus importants succès de Gilbert Bécaud (1927-2001), écrite par le parolier Pierre Delanoë (1918-2006).

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1964, en pleine période Rock 'n' roll-Twist-Yéyé de la culture américaine, et de guerre froide anticommuniste avec l'URSS, Gilbert Bécaud (« Monsieur 100,000 Volts ») fait une tournée triomphale à Moscou, et connait un succès international retentissant (en particulier en France et à Moscou) avec sa chanson d'amour française culte Nathalie .

« La place Rouge était vide, devant moi marchait Nathalie, il avait un joli nom mon guide, Nathalie »... Il chante son souvenir personnel nostalgique, d'une idylle[1] amoureuse imaginaire de jeunesse, avec une jeune étudiante russe soviétique et guide touristique moscovite, qui lui fait visiter Moscou, et l'accueille dans sa chambre d'étudiante de l'Université de Moscou, ou elle lui présente ses amis étudiants et lui sert d’interprète... Il évoque sur fond de musique russe, violon, balalaïka[2], danse Kazatchok, et Chœurs de l'Armée rouge, un mélange de lieux phares ou imaginaires des culture russe et culture française : place Rouge blanche de neige de l'hiver russe, révolution d'Octobre, tombeau de Lénine, café Pouchkine, Moscou, plaines d'Ukraine, champagne de France, Champs-Élysées, et fête étudiante empreinte d'âme russe slaves, de danse Kazatchok, et de musique russe...

Gilbert Bécaud (« Monsieur 100 000 Volts ») en 1963.

19 ans après leur succès, Bécaud et Delanoë composent leur chanson La Fille de Nathalie de 1983, qui évoque une correspondance entre Bécaud et sa fille étudiante de 18 ans de Leningrad (Saint-Pétersbourg) née de son idylle avec Nathalie 19 ans plus tôt[3].

Genèse[modifier | modifier le code]

Pierre Delanoë raconte :

« J'ai mis un an à le convaincre d'interpréter Nathalie, qui s'appelait d'abord Natacha et vivait un amour impossible dans l'horreur communiste. À chaque fois, il m'envoyait sur les roses. Un jour, il m'a dit : « Invente une image forte ! » J'ai sorti : « La place Rouge était vide, devant moi marchait Nathalie »… Il s'est mis au piano. On a fini dans l'heure… Quand je pense que Vladimir Poutine et Jacques Chirac se sont rencontrés à Moscou au café Pouchkine[4]. »

— Article de Gilles Médioni dans , L'Express du 20 décembre 2011

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Suite à l’immense succès populaire retentissant de Nathalie, des milliers de Nathalie voient le jour en France.

Le café Pouchkine de la chanson devient célèbre, très recherché en vain par les touristes de Moscou, car purement imaginé pour la chanson. Un café Pouchkine est créé 35 ans plus tard à Moscou, inauguré en 1999 en présence de Gilbert Bécaud[5], pour l'occasion du bicentenaire de la naissance du célèbre romancier poète russe Alexandre Pouchkine (1799-1837)[6].

Reprises[modifier | modifier le code]

Nathalie a été reprise en France par Georges Chelon, Patrick Bruel, Yves Duteil, Richard Anthony, Shy'm, Sanseverino et Adamo. Elle a été adaptée dans de nombreuses langues et chantée en finnois par Tapani Pertu, en serbo-croate par Dorde Marjanovic et Vice Vukov aussi, en allemand par Peter Alexander, en suédois par Carli Tornehave, en italien par Nicola Arigliano (it), etc. [7]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]