Natacha Michel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Natacha Michel
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Père
Conjoint

Natacha Michel est une romancière française, née en 1941. Agrégée de philosophie, elle prolonge son travail d'écriture par une réflexion critique sur le genre romanesque.

Militante maoïste dans les années 1970, elle participe à la fondation de l'Union des communistes de France marxiste-léniniste et anime le Groupe Foudre d'intervention culturelle[1]. Elle a été secrétaire de l'Organisation politique, avec Sylvain Lazarus et Alain Badiou[2].

Elle a été directrice de programme au Collège international de philosophie (1995-2001).

Elle est la fille du cinéaste et résistant André Michel[3],[4] et l'épouse de l'économiste Pierre-Noël Giraud[5].

Romans[modifier | modifier le code]

  • Ici commence, Gallimard, coll. blanche, 1973.
  • La Chine européenne, Gallimard, coll. blanche, 1975.
  • Le repos de Penthésilée, Gallimard, coll. blanche, 1980.
  • Impostures et séparations, 9 courts romans, Le Seuil, coll. « Fiction & Cie », 1986.
  • Canapé Est-Ouest, Le Seuil, coll. « Fiction & Cie », 1989.
  • Le Jour où le temps a attendu son heure, Le Seuil, coll. « Fiction & Cie », 1990.
  • Ciel éteint, Le Seuil, coll. « Fiction & Cie », 1995.
  • L'Éducation de la poussière, Le Seuil, coll. « Fiction & Cie », 1998.
  • Laissez tomber l'infini, il revient par la fenêtre, Le Seuil, coll. « Fiction & Cie », 2003.
  • Circulaire à toute ma vie humaine, Le Seuil, coll. « Fiction & Cie », 2005.
  • Plein présent, Verdier, coll. jaune, 2013.

Collaborations[modifier | modifier le code]

Essais critiques[modifier | modifier le code]

Critiques littéraire[modifier | modifier le code]

  • L'Instant persuasif du roman, Paris, Bibliothèque du Perroquet, 1986 (fascicule)
  • Conversation avec Pierre Mertens sur le roman, la prose…, Cahiers du Théâtre-Poème n° 1, Les éditions de l'Ambedui, Bruxelles, 1991.
  • Les Primitifs français, Paris, Bibliothèque du Perroquet, 1991.(fascicule)
  • Le Rameau subtil. Prosatrices françaises entre 1364 et 1954 (avec Martine de Rougemont), Paris, Hatier, 1993.
  • Giraudoux, le roman essentiel, Paris, Hachette, 1998.
  • L'écrivain pensif, Paris, Verdier, coll. « Philia », 1998.
  • Autobiographie. Approche de l'ombre, Déploration à quatre voix. Théatre, Paris, Verdier, coll. jaune, 2001
  • La soupe à l'épeautre, La pensée du midi 2004/3 (n°13). La cuisine, un gai savoir, Actes sud, 2004
  • Alain Badiou et la littérature, Autour d'Alain Badiou (textes réunis par isabelle Vodoz et Fabien Tarby), Paris, Germina, 2011 (Actes des journées Alain Badiou des 22, 23 et 24 octobre 2010 à Paris)

Réflexions sur l'histoire et la politique[modifier | modifier le code]

  • Le temps de la pensée. Autour de l'Anthropologie du nom, de Sylvain Lazarus, in La Lettre Horslieu numéro 5, Lyon, Horslieu, 1997
  • Ô jeunesse ! Ô vieillesse ! Mai 68 : le mai mao, Paris, Les Conférences du Rouge Gorge, 2002.
  • Paroles à la bouche du présent : le négationnisme, histoire ou politique ? (direction du collectif: avec Alain Badiou, Philippe Beck, Michel Deguy, François Dominique, Jean-Pierre Faye, Nadine Fresco, Pierre Lartigue, Sylvain Lazarus, Jean-Claude Milner et François Regnault), Marseille, éditions Al Dante, 1997

Préfaces[modifier | modifier le code]

  • Préface (et établissement du texte) à L'intelligence de la politique de Sylvain Lazarus, Marseille, éditions Al Dante, 2013

Entretiens/Rencontres[modifier | modifier le code]

  • "Natacha Michel, le roman essentiel" (entretien avec Jacques Henric, Art press n°236, juin 1998
  • Entretien sur Plein présent (entretien avec Bénédicte Heim), Contrebandiers éditeurs, mars 2013
  • Natacha Michel: Maoïsme et l'interruption. Rencontre avec Natacha Michel sur le thème de l'interruption du Groupe Foudre et les interruption(s) maoïstes (entretien avec Judith Pollet), Interruption
  • "La poésie est-elle le cœur de la littérature?". Philippe Beck reçoit Florence Delay et Natacha Michel, Paris XX, résidence librairie L'Atelier, 12 juin 2014

Commentaires de son œuvre[modifier | modifier le code]

  • AMASTRA-N-GALLAR, n°16 Natacha Michel (collectif autour de Natacha Michel, dirigé par Emilio Arauxo et avec Sylvain Lazarus, Alain badiou, Françoise Balibar, Michael Batalla, Philippe Beck, Michel Deguy, Florence Delay, Antoine Dufeu, Liliane Girondon, Catherine Hass, Jean Meyer, Pablo Meyer Rojas, Jean-Claude Milner, Ivana Momcilovic, Martine de Rougemont, Brigitte Touillet et une bibliographie ainsi que Gouache en quatrième de couverture de Claude Royet-Journoud), hivers 2014
  • Philippe Beck, Puissance de l'explication. Plein présent de Natacha Michel, Sitaudis, 6 septembre 2013
  • Philippe Petit, Droit devant!, Marianne, 6 avril 2013
  • Michel Vignard, Natacha Michel, un passé français, Art press n°398, mars 2013
  • Alain Nicolas, Le présent du passé a toujours la,joie d'exister de ses vingts ans, L'Humanité, 24 janvier 2013
  • Gérard Guégan, L'avenir revient toujours, Sud Ouest, 13 janvier 2013
  • Solenn de Royer, ressentions de L'écrivain pensif, La Croix, 17 mai 2001
  • Alain Badiou, La réversibilité des infinis. À propos de Laissez tomber l'infini, il revient par la fenêtre, AMASTRA-N-GALLAR, n°16 Natacha Michel, hivers 2014
  • Julia Langdon, « La tâche du jabot ou l’antimémoire. "Circulaire à toute ma vie humaine" de Natacha Michel », La Distance Pi, n° 1, juin 2005.
  • Lucette Finas, « "Creusement d’un cœur", sur l’Éducation de la poussière », Critique, n° 648, mai 2001.
  • Alain Nicolas, « Que faut-il oublier ? À propos de "Circulaire à toute ma vie humaine" », L'Humanité, 27 janvier 2005
    • « Natacha Michel. Roman. " On ne se débarrasse heureusement pas de l’infini " », L'Humanité, 29 mai 2003.
    • « La métaphore enchantée, "L’Éducation de la poussière" », L’Humanité, 22 juin 2000.
    • « En pensant, en écrivant. À propos de "L’écrivain pensif" de Natacha Michel », L'Humanité, 7 août 1998.
  • Manuel Crespillo, « Écrivain artiste, écrivain pensif, Natacha Michel », Analecta Malacitana, n° XX/2, 1997.
  • Claude Prevost, « Au début de « Canapé Est-Ouest », Natacha Michel déplore qu’à Paris on ne voie guère les écrivains. À propos de "L’Hexameron" », L’Humanité, 28 mars 1990.
  • Alain Badiou, « Vendanges de la nuit », Critique, n° 707, avril 2006.
    • « Le vrai dans la géographie de sa prose », Le Perroquet, n° 84-85, janvier 1989.
    • « Témoignage d’un acte insigne », Le Perroquet, no 65, novembre 1986.
    • « La prose et la spirale », Critique, no 409-410, juin-juillet 1981.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Un site est consacré à son œuvre. Il recense l'ensemble de ses publications et bon nombre d'articles les commentant : icicommence.net

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lire, au choix, l'ouvrage de l'historien des idées Bruno Bosteels, Badiou, une trajectoire polémique, La Fabrique, 2009, ou celui du journaliste Christophe Bourseiller, Les Maoïstes, la folle histoire des gardes rouges français, Points, 2000. Cf. aussi Mai 68, Mao, Badiou et moi, Bernard Sichère, La Règle du jeu, 11 avril 2010
  2. Comme on le suggère ici ou .
  3. Natachal Michel, L'Écrivain pensif, Verdier, 1998, page 8
  4. Bref récit de vie par Natacha Michel.
  5. Ibid.