Nassiriya

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nassiriya
Naserya city center 1.JPG
Nom officiel
(ar) الناصريةVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom local
(ar) الناصريةVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays
Flag of Iraq.svg IrakVoir et modifier les données sur Wikidata
Gouvernorat
Capitale de
Baigné par
Altitude
7 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Démographie
Population
541 600 hab. ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Histoire
Fondation

An Nasiriya (arabe : الناصرية; BGN: An Nāşirīyah; également orthographié Nassiriyah or Nasiriyah) est une ville d'Irak.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville est située sur les deux rives de l'Euphrate, à environ 370 km au sud-est de Baghdad, près des ruines de l'ancienne ville d'Ur.

C'est la capitale du province de Dhi Qar. Sa population était en 2003 d'environ 560 000 habitants, ce qui en fait la quatrième plus grande ville en Irak[1].

Cette ville abritait au début du XXe siècle une population religieusement diversifiée de musulmans, mandéens et Juifs Mizrahi[2] mais aujourd'hui ses habitants sont principalement musulmans chiites.

Elle est depuis devenue une importante plaque tournante pour le transport[1].

Nassiriya est aussi connue pour ses cultures de dattes. Parmi les activités et industries artisanales figurent la construction de bateaux, la menuiserie et le travail artisanal de l'argent[3].

Culture[modifier | modifier le code]

Le musée de Nassiriya abrite une grande collection d'œuvres sumeriennes, assyriennes, babylonniennes et abbassides. Les ruines des anciennes villes d'Ur et de Larsa sont situées à proximité.

Histoire[modifier | modifier le code]

Nassiriya aurait été fondée par la tribu Muntafiq à la fin du XIXe siècle, durant l'ère Ottomane[4]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Mockaitis, 2013, p. 291.
  2. Field Museum of Natural History, 1940, p. 258
  3. Dabrowska and Hann, 2008, p. 268.
  4. Çetinsaya, 2006, p. 88.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]