Nasser-Edine Boucheqif

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Nasser-Edine Boucheqif
Naissance (62 ans)
Oujda (Maroc)
Nationalité Drapeau de la France France
Drapeau du Maroc Maroc
Activité principale
Dramaturge, écrivain, poète, peintre et éditeur
Distinctions
Prix d'interprétation au Festival national marocain du théâtre
Prix Tristan-Tzara
Auteur
Langue d’écriture Français et arabe
Mouvement Avant-garde
Genres
Poésie, essais, théâtre,

Œuvres principales

poétique, théâtrale, picturale

Nasser-Edine Boucheqif est un poète, essayiste, dramaturge, peintre, éditeur et comédien franco-marocain né à Oujda le [1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Arrivé en France au début de l'année 1981, Nasser-Eddine Boucheqif étudie le théâtre, le cinéma ainsi que la philosophie à l'université Paris 8 où il obtient un diplôme en esthétique théâtrale en 1986, tout en collaborant à diverses revues et journaux en arabe et en français.

Fondateur en 1985 de la compagnie de théâtre L'ATA.

Il écrit et met en scène plusieurs pièces de théâtre dont Les Hôtes du feu, La Danse du diable, Un bateau en papier, La Main brisée, Hitnape, le Maître de l'heure, Warda, Houri et les Autres

Il collabore à différentes revues de littérature et de poésie en France et dans le monde arabe : Les Cahiers poétiques-CICEP, Travesées, Revue polyglotte, Recours au poème

Fondateur et directeur de la revue et des éditions Polyglotte[2] en 1993.

Fondateur du Centre international de création culturelle et artistique transdisciplinaire (CICCAT) en 1993[2] avec le parrainage et la collaboration de nombreux poètes, écrivains, philosophes, artistes et intellectuels de France et d'ailleurs.

Il anime Les Rencontres poétiques à Paris et Les Rencontres internationales des créateurs euro-arabes.

Publications[modifier | modifier le code]

Poésie
  • Témoignage pour ma mère, préface de Philippe Tancelin, éditions Époque, 1982.
  • Pour rompre l’isolement, éditions Polyglotte, 1994.
  • Ode pour la femme oubliée, prologue de Geneviève Clancy, préface de Rina B., éditions L'Harmattan, 2001[3].
  • Sens et Essence du souffle : Hymne à la beauté, éditions L'Harmattan, 2002[4].
  • Étrange Empire : Hymne, Élégie, Chant, éditions L'Harmattan, 2002[5].
  • L'ère de la Pâleur, éd. les cahiers Poétiques-C.I.C.E.P, 2003;
  • Et…, Polyglotte – CICCAT, 2006.
  • Le Cèdre en l'armes, préface de Philippe Tancelin, Polyglotte – CICCAT, 2008.
  • 11 poèmes à Geneviève, textes réunis et préface de l’auteur, Polyglotte – CICCAT, 2012.
  • L’Assaut des branchages, Polyglotte – CICCAT, 2012.
  • La Danse du chacal, éditions Alfabar, 2012.
  • Jean-Pierre Faye, Poèmes, Anthologie 1939-2013? Choix et préface, Collection Au-delà des Rives; Polyglotte-C.i.c.c.a.t. (ISBN 2-915845-16-6). Paris 2013.
  • La Nuit, Al Mawkib AlAdabi, (ISBN 978-9954-741-07-8). Maroc 2017.
  • Echos d'étreintes sauvages,(ISBN 2-915845-22-0), préface Philippe Tancelin, collection Au-delà des Rives, Polyglotte-C.i.c.c.a.t Paris. 2018.
Théâtre
  • La Main brisée, éditions Polyglotte, 1993.
  • Hitnape, le Maître de l'heure, préface de Gilles Perrault, Polyglotte – CICCAT, 1993. Réédition et nouvelle préface de Philippe Tancelin, éditions L'Harmattan, 2001[6].
  • Warda, bilingue français-anglais, Polyglotte – CICCAT, 2004.
  • Séances au pays des sept lunes, Polyglotte – CICCAT, 2005.
Essais
  • L'Ombre déchiquetée, éditions Époque, 1984.
  • Réflexion sur l’art et la culture, Création et Folie du monde, éditions Polyglotte, 1995.
  • Éloge à la singularité, préface de Roger Gonnet, éditions Polyglotte, 2004.
  • La Question de l’immanence dans l’esthétique du devenir, éd. L'Harmattan 2013. (ISBN 978-2-343-00676-5)
Nouvelle
  • La Ruelle des corbeaux, éditions Al Bayane, 1986.
Récit
  • Regard géopoétique, suivi de Main courante, préface de Nicole Barrière, éditions Polyglotte, 2006.
Contes
  • Eniderssan, l’Enfant d’Arhus, éditions Polyglotte, 2005.
  • L’Agitateur des galets, éditions Polyglotte, 2005.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • 1980 : prix d'interprétation au Festival national marocain du théâtre[2].
  • 1993 : prix Tristan-Tzara[2] (sélection) de Éloge à la singularité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Nasser-Edine Boucheqif », sur Recours au poème (ISSN 2269-0298, consulté le 16 décembre 2015)
  2. a b c et d Abdelali Khallad, « Nasser-Edine Boucheqif : Ce qu’il faut réformer aujourd'hui, ce n’est pas la Constitution mais les mentalités », Libération, Casablanca,‎ (lire en ligne)
  3. Aperçu en ligne de Ode pour la femme oubliée, sur Google Livres
  4. Aperçu en ligne de Sens et Essence du souffle : Hymne à la beauté, sur Google Livres
  5. Aperçu en ligne de Étrange Empire : Hymne, Élégie, Chant, sur Google Livres
  6. Aperçu en ligne de Hitnape, le Maître de l'heure, sur Google Livres

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]