Narval (Q4)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Narval
Image illustrative de l’article Narval (Q4)
Le Narval en 1900.
Type Sous-marin
Histoire
A servi dans Ensign of France.svg Marine nationale
Architecte Maxime Laubeuf
Quille posée 1898[1]
Lancement
Mise en service 1900
Statut Rayé des listes en
Équipage
Équipage 13 hommes
Caractéristiques techniques
Longueur 34,0 m
Maître-bau 3,80 m
Tirant d'eau 1,80 m
Déplacement 117 tonnes (en surface)
202 tonnes (en plongée)
Propulsion 1 hélice
Une chaudière tubulaire Adolphe-Seigle
1 moteur électrique
Puissance 220 ch (vapeur)
80 ch (électrique)
Vitesse 9,9 nœuds (18,3 km/h) (en surface)
5,3 nœuds (9,8 km/h) (en plongée)
Profondeur 30 m
Caractéristiques militaires
Armement 4 torpilles de 450 mm

Le Narval est un sous-marin français, conçu par Maxime Laubeuf qui est lancé en 1899. Sa silhouette et plusieurs innovations préfigurent ce que seront les sous-marins des cinquante prochaines années[2].

Conception[modifier | modifier le code]

Le Narval est conçu par Maxime Laubeuf. Il dispose d'un moteur à vapeur et d'un moteur électrique. Il est le premier sous-marin français à disposer d'une double coque[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Gogin 2014.
  2. Gardiner et Gray 1985, p. 206.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Roger Chesneau et Eugène M. Koleśnik, Conway's All the World's Fighting Ships (1860-1905), [détail de l’édition]
  • (en) Robert Gardiner et Randal Gray, Conway's All the World's Fighting Ships (1906-1921), [détail de l’édition]
  •   Julien-Eugène Hutter Les sous-marins : historique de la navigation sous-marine, les sous-marins des différentes puissances belligérantes, utilisation des sous-marins, les moteurs des sous-marins, explosifs et armes utilisés par les sous-marins, Paris, 1917, Berger-Levrault, 114 p. disponible sur Gallica [Le Narval est traité pages 25 à 30].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]