Nariman Narimanov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour la station de métro, voir Nəriman Nərimanov (métro de Bakou).
Nariman Narimanov
Portrait photo of Nariman Narimanov taken in 1913.jpg
Nariman Narimanov.
Fonction
Premiers ministres d'Azerbaïdjan
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 54 ans)
MoscouVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
نریمان نریمان‌اووVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Transcaucasian Teachers Seminary (en)
Imperial New Russian University (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Enfant
Nacaf Narimanov (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Site web
Distinctions
signature de Nariman Narimanov
signature

Nariman Narimanov (Nəriman Kərbəlayi Nəcəf oğlu Nərimanov en azéri, Нариман Кербелаи Наджаф оглу Нариманов en russe) né à Tbilissi (Géorgie) le 2 avril 1870 ( dans le calendrier grégorien) et mort à Moscou le , est un homme politique et écrivain azéri.

Biographie[modifier | modifier le code]

Narimanov étudie au petit séminaire de Gori (jusqu'en 1890), puis à la faculté de médecine d'Odessa (jusqu'en 1898). Il exerce la médecine à Bakou et à Tbilissi.

Narimanov adhère au parti social-démocrate musulman Hummet (en), creuset du futur parti communiste d'Azerbaidjan en 1905. Malgré une arrestation en 1909, il dirige les activités du parti en Azerbaïdjan à partir de 1913. Il traduit le programme du parti ouvrier social-démocrate de Russie en azéri. En 1917, il est le principal responsable de Hummet et, en même temps, organise les cellules du POSDR à Bakou. Il est donc naturellement appelé à devenir un des cadres du nouveau régime en Transcaucasie. Au printemps 1918, il est membre du conseil des commissaires du peuple à Bakou. En 1920, il dirige le Comité révolutionnaire d'Azerbaïdjan puis le conseil des commissaires du peuple de la République socialiste soviétique d'Azerbaïdjan.

Il poursuit sa carrière au sein de l'administration suprême de la nouvelle Union des républiques socialistes soviétiques. Il est membre du Praesidium du Comité exécutif central d'URSS du au .

Peu avant, il représente l'Azerbaïdjan au sein de la délégation soviétique à la conférence de Gênes.

Les 12e et 13e congrès du Parti bolchevik russe le portent à la fonction de candidat au Comité central.

Monument de Narimanov à Qussar

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Après la révolution d'octobre 1917,  Nariman Narimanov est devenu président du parti politique social-démocrate azerbaïdjanais Hummet[1], précurseur du Parti communiste d'Azerbaïdjan . Cependant, il ne s'est pas présenté aux élections sur la liste d’Hummet et n'était donc pas membre du Soviet de Bakou pendant le bref règne de la commune de Bakou en 1918. Il fut cependant nommé commissaire du peuple à l'économie nationale par le Soviet de Bakou.

Après la chute du Soviet de Bakou, Narimanov a réussi à s'échapper de la ville pour se rendre à Astrakhan, évitant ainsi le destin sinistre des 26 commissaires de Bakou. Il y fut nommé chef de la Division du Proche-Orient du Commissariat du Peuple aux Affaires étrangères de la Russie soviétique, avant de devenir par la suite Commissaire adjoint du Peuple au Commissariat aux Affaires nationales. Narimanov était un défenseur de l'autonomie nationale au sein d'une structure soviétique fédérée et est largement considéré comme déterminant dans la décision prise en juillet 1919 par le Politburo de reconnaître l'Azerbaïdjan en tant que République soviétique indépendante.

En 1920, Narimanov fut nommé président du Comité révolutionnaire azerbaïdjanais et, peu après, président du Conseil des commissaires du peuple de la République soviétique azerbaïdjanaise. En avril et mai 1922, il participa à la Conférence de Gênes en tant que membre de la délégation soviétique. En 1922, il fut élu président du Conseil des syndicats de la Fédération transcaucasienne. Le 30 décembre 1922, Narimanov fut élu l'un des quatre présidents du Comité exécutif central de l'URSS à sa première session[1].

En avril 1923, Narimanov a été élu candidat au Comité central du Parti communiste russe des bolcheviks. Le nationaliste modéré charismatique s'est affronté avec Sergo Ordzhonikidze, proche collaborateur de Joseph Staline, qui dirigeait le parti communiste en Transcaucasie. À la suite de ce conflit, Ordjonikidzé avait fait transférer Narimanov à des postes à Moscou pour le faire sortir du Caucase.

Créativité littéraire[modifier | modifier le code]

Narimanov est un écrivain et dramaturge azerbaïdjanais majeur. Dans ses œuvres, il a reflété les étapes de la lutte pour l'émancipation de l'Est. De manière artistique, Narimanov est un réaliste avec un parti pris journalistique[2].

Nariman Narimanov a créé un certain nombre d'œuvres d'art majeures qui revêtent une grande importance pour le développement de la littérature azerbaïdjanaise. En 1895, la pièce «Trouble de la langue» ou «Chamdan Bey» est publiée à Bakou. En 1896, son roman «Bahadur et Sona» est sorti ou son auteur s'appelle «Le petit roman», basé sur l'amour du garçon azerbaïdjanais Bahadur et de la jeune fille arménienne Sona. Le roman provoqua une réaction de colère du clergé. Cet ouvrage était le premier roman réaliste de la littérature azerbaïdjanaise. Narimanov est l'auteur de la première tragédie historique “Nadir Chah” (1899) dans l'histoire de la littérature azerbaïdjanaise. Pendant longtemps, les autorités tsaristes ont empêché le déroulement de la tragédie et celle-ci n'a été présentée sur la scène azerbaïdjanaise qu'après la première révolution russe.

Publications de «Chamdan Bey» et «Nadir Chah» de 1913. Maison-musée de Narimanov à Bakou

Dans le roman "La fête", Narimanov s'oppose à la religion, réprouve le fanatisme et expose le clergé de la Russie tsariste. Cet ouvrage est l'un des meilleurs exemples de propagande et de littérature anti-religieuse. Dans le même esprit a été écrit une autre histoire "Nadanlik" ("Ignorance"). En 1915, son histoire "Les aventures d'un village" a été publiée.

Dans des articles critiques littéraires, Narimanov a examiné les problèmes de réalisme dans les écrits de Gassim-bey Zakir, Mirza Fatali Akhundov, Djalil Mamedgoulizade, A. Sabir et autres. Il défendait le réalisme, critiquait la théorie de l'art "pur"[2].

Mort et héritage[modifier | modifier le code]

Monument de Narimanov à Bakou

Narimanov est mort au lit d'une crise cardiaque le 19 mars 1925. Il avait 54 ans au moment de son décès. Ses restes ont été incinérés et ses cendres enterrées dans la nécropole du mur du Kremlin.

Léon Trotsky a qualifié sa mort de deuxième plus grande perte pour le monde oriental après celle de Lénine[3]. Sergo Ordzhonikidze a décrit Narimanov comme "le plus grand représentant de notre parti à l'Est"[4].

  • Azerbaïdjan: Monuments à Bakou, Gandja et Sumgayit, cinéma, station de métro, écoles, rues, rues de villages à Bakou également à Imichli (ville) et Gandja, Université de médecine d'Azerbaïdjan, parc central ainsi que village de Narimanli à Chamkir, Goranboy et Narimankend dans les régions azerbaïdjanaises de Bilasuvar, Gobustan, Gadabay et Sabirabad, le stade Nariman Narimanov.
  • Biélorussie: village situé dans la salle des fêtes du raion d'Aleksitchskom Khoiniki, dans la région de Gomel.
  • Géorgie: une rue (devenue Kutaisi en 1932), un musée à Tbilissi (inactif), centre culturel, école, monument et rue à Marneuli[5].
  • Kazakhstan: aéroport de Kostanay (Narimanovka).
  • Russie: Narimanov, Astrakhan Oblast, un khutor dans l'agglomération rurale de Léninskoïe du raion de Zimovnikov dans l'oblast de Rostov, une agglomération dans le raion de Nurlat de la République de Tatarstan, un village situé dans l'arrondissement rural de Narimanov, dans le raion de Tumen, dans le raion de Tumen la région d'Oulianov, le centre culturel de Chatura, les rues de Volgograd, les régions de Tchernyanka Belgorod, Kostroma et Moscou, la rue proche de la voie ferrée de Voronej. Le nom de Narimanov a déjà été donné à l'Institut d'études orientales de Moscou.
  • Turkménistan: une rue de Bayramali.
  • Ukraine: une ruelle à Odessa, une rue à Kharkiv, village situé dans la région de Kirovagrad.
  • Ouzbékistan: une ville de Payarik s'appelait autrefois "Narimanovka". Une ville de l'oblast de Tachkent.

Décès[modifier | modifier le code]

Pierre Pascal note dans son Journal, à la date du 20 mars 1925 : « À l'occasion de la mort de Narimanov, président du C.E.E., ordre a été donné de baisser les drapeaux de deuil. Dans certains endroits, on a donné congé au personnel à 1 heure. »[6]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bolšaâ Sovetskaâ ènciklopediâ, éd. 1969-1978

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b George Jackson, Robert Devlin,, "Nariman Narimanov" 1989; p. 399-400.
  2. a et b « Нариманов // Литературная энциклопедия. Т. 7. — 1934 (текст) », sur feb-web.ru (consulté le 17 février 2019)
  3. « Leon Trotsky à la mémoire de Myasnikov, Mogilevskogo et Artabekova »
  4. La grande encyclopédie soviétique, 1939, p. 160.
  5. « Qori seminariyasının Azərbaycan şöbəsinin yaradıcısı », sur www.anl.az (consulté le 16 février 2019)
  6. Pierre Pascal, Mon état d'âme : mon journal de Russie. Tome troisième, 1922-1926, L'Âge d'Homme, Lausanne, 1982, p. 134