Naomi Shemer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (avril 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

image illustrant une compositrice image illustrant israélien
Cet article est une ébauche concernant une compositrice israélienne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Pour plus d’informations, voyez le projet musique classique.

Naomi Shemer (1931-2004) était l'une des auteurs-compositeurs les plus importantes d'Israël. Elle possédait un sens inné pour la poésie, l'écriture, la composition, mais également pour mettre en musique les textes d'autrui ou encore adapter en hébreu certaines chansons étrangères.

Biographie[modifier | modifier le code]

Naomi est née et a grandi à Kvoutzat Kinneret. Très tôt, elle commence les leçons de piano. Elle a notamment travaillé avec Josef Tal. À partir des années 1950, Naomi écrit ses premières chansons. Ce n'est qu'en 1983 qu'elle reçoit un prix pour son travail.

Yeroushalayim shel zahav (Jérusalem d'Or, repris et traduit en français par Rika Zaraï, ainsi que les Compagnons de la chanson) reste sa chanson la plus populaire. Écrite en 1967, quelques jours avant la Guerre des Six Jours, au cours de laquelle l'État d'Israël conquiert Jérusalem-Est ainsi que le Mur Occidental (ou Mur des Lamentations) de nouveau accessible aux Juifs. La compositrice rajoute alors une strophe évoquant le retour des Juifs à Jérusalem.

Cette chanson emblématique et chargée de symboles accompagne souvent l'hymne national israélien Hatikvah dans les célébrations.

Le , Naomi est décédée des suites d'une longue maladie. Peu de temps avant, elle reconnaissait qu'elle s'était inspirée, sans intention, d'une ballade basque dans la composition de sa mélodie phare.

Quelques grands succès de Naomi Shemer[modifier | modifier le code]

  • Yerushalayim shel zahav (Jérusalem d'Or), 1967
  • Hithadshut (Renaissance)
  • Al kol ele (De toutes ces choses)
  • Od lo ahavti dai (Je n'ai pas encore assez aimé)
  • Lu Yehi, 1973 (Puisse cela être)
  • Shlomit Bonna Soucca

Tombes de Noami[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]