Nanker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Nankier
Image illustrative de l’article Nanker
Sceau de Nankier, l'évêque de Cracovie
Biographie
Nom de naissance Nanker Kolda
Naissance vers 1270
Kamien, Haute-Silésie
Ordination sacerdotale
Décès
Neisse
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
Dernier titre ou fonction Prince-évêque de Breslau
Prince-évêque de Breslau
Évêque de Cracovie
Autres fonctions
Fonction religieuse
Doyen du chapitre de Salisbury (1521)

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Nanker ou Nankier Kolda (Nankier Kołda en polonais), né entre 1265 et 1270 à Kamien, en Haute-Silésie, † 10 avril 1341 à Neisse, fut évêque de Cracovie de 1320 à 1326, puis évêque de Breslau de 1326 à 1341.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nanker était issu d'une famille de hobereaux du duché de Beuthen. Après une formation au séminaire de Cracovie il devint en 1304 chanoine de la cathédrale de Cracovie et l'année suivante archidiacre de Sandomir. Comme les archidiacres devaient avoir effectué au moins trois années de droit canon, il étudia de 1305 à 1308 à Bologne, où il était délégué de la Nation polonaise. À son retour en Silésie, il se mit au service du duc Ladislas le Nain, futur roi de Pologne, s'acquittant de plusieurs missions diplomatiques et juridiques. Grâce à la protection de Ladislas, il devint en 1316 chancelier du duché de Sieradz, en 1318 archiprêtre de la basilique Sainte-Marie de Cracovie et enfin en 1319 doyen de cette cathédrale.

Évêque de Cracovie[modifier | modifier le code]

À la mort de l’évêque de Cracovie Jan Muskata, le roi Ladislas Łokietek appela Nanker à le remplacer le 20 janvier 1320. La confirmation du pape Jean XXII fut prononcée en mars 1320. La consécration fut célébrée par l’archevêque de Gniezno Janisław I .

Dès le mois de novembre 1320, Nanker convoqua un synode diocésain, au cours duquel il promulgua plusieurs statuts définissant les attributions spirituelles du Clergé et qui donnaient une première constitution au diocèse. C'est sous son apostolat à Cracovie que débutèrent les travaux de la cathédrale gothique Saint-Venceslas.

Évêque de Breslau[modifier | modifier le code]

Nanker s'étant querellé avec le roi Ladislas, le souverain polonais obtint en 1326 du pape Jean XXII le déplacement de l'évêque dans le diocèse de Breslau, vacant depuis 1319. Cette nomination contrariait le chapitre aussi bien que la bourgeoisie de Breslau. Cela explique que Nanker ait échoué à poursuivre ses réformes, et qu'il ait demandé à de multiples reprises au pape son rappel à Cracovie.

En 1335 Nanker s'opposa à la réunification de la Silésie et de la Bohême, bien que le roi Casimir s'y fût engagé par le Traité de Trenčin, et qu'une majorité du chapitre, menée par le prévôt Nicolas de Banz eût épousé le parti du roi Jean de Bohême.

Une nouvelle altercation eut lieu en 1339 avec le roi Jean de Bohême, lorsque ce dernier, au terme de négociations avortées, s'empara de la forteresse de Milicz aux confins du Royaume de Pologne. Jean ayant refusé de remettre le château, Nanker le frappa d’excommunication[1]. Par crainte de représailles, Nanker s'enfuit à Neisse, d'où il prorogea l'excommunication de Jean en 1340 en l'étendant aux échevins et bourgeois de Breslau qui s'étaient faits ses alliés.

Nanker menait une vie ascétique et sa piété fut saluée par l’Église. À sa mort en 1341, on l'inhuma dans la Cathédrale de Wrocław.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cette scène est représentée sur le second pilier sud de la cathédrale de Breslau, sur un bas-relief d'albâtre de 1723.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir également[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :