Nanga-Eboko

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nanga-Eboko
Rue principale de Nanga-Eboko
Rue principale de Nanga-Eboko
Administration
Pays Drapeau du Cameroun Cameroun
Région Centre
Département Haute-Sanaga
Démographie
Population 29 814 hab. (2005[1])
Densité 4,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 4° 41′ 00″ nord, 12° 22′ 00″ est
Altitude 650 m
Superficie 700 000 ha = 7 000 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Région du Centre (Cameroun)

Voir sur la carte administrative du Centre (Cameroun)
City locator 14.svg
Nanga-Eboko

Géolocalisation sur la carte : Cameroun

Voir la carte administrative du Cameroun
City locator 14.svg
Nanga-Eboko

Géolocalisation sur la carte : Cameroun

Voir la carte topographique du Cameroun
City locator 14.svg
Nanga-Eboko

Nanga-Eboko est une commune du Cameroun située dans la région du Centre et le département de la Haute-Sanaga, dont elle est le chef-lieu. Ville de transit dans la région du Centre, Nanga-Eboko est situé sur la route nationale n°1 à 166 km de la capitale du pays, Yaoundé, et à 172 km de Bertoua, la capitale de la région de l'Est.

Toponyme[modifier | modifier le code]

Le nom de Nanga proviendrait du nom du chef originel qui a fondé la ville.[réf. nécessaire]

Géographie[modifier | modifier le code]

La région de Nanga-Eboko est caractérisée par un relief monotone parsemé de quelques sommets à l'altitude moyenne de 650 mètres. Le climat est de type équatorial avec quatre saisons. Un important réseau hydrographique arrose la localité dont la Sanaga située à 6 km du centre ville. La végétation dense alterne entre la forêt et la savane boisée.

Population[modifier | modifier le code]

Lors du recensement de 2005, la commune comptait 29 814 habitants[1], dont 18 282 pour la ville de Nanga-Eboko.

Organisation[modifier | modifier le code]

Outre Nanga-Eboko et ses quartiers, la commune comprend les villages suivants[1]  :

Personnalités[modifier | modifier le code]

L'homme politique Pierre Ismaël Bidoung Kpwatt, plusieurs fois ministre, est né à Nanga Eboko en 1953[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Troisième recensement général de la population et de l'habitat (3e RGPH, 2005), Bureau central des recensements et des études de population du Cameroun (BUCREP), 2010.
  2. cameroun24.net - Master Communication, « Bidoung Mkpatt :Le retour du baroudeur », sur cameroun24.net (consulté le 15 août 2016)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A. Avom, Histoire politique, économique et sociale de la subdivision de Nanga Eboko de 1916 à 1960, Yaoundé, 1985 (mémoire de DIPLEG)
  • Jean-Claude Barbier, « Présentation de la zone agro-industrielle d’Obala - Nanga-Eboko », in Complexes agroindustriels au Cameroun, ORSTOM, Paris, 1980, p. 227-281, (ISBN 2-7099-0566-3), [lire en ligne]
  • R. Delarozière, Contribution à l'étude ethno-démographique de la subdivision de Nanga Eboko (Cameroun sous tutelle francaise), Paris, 1953 (supplément du Bulletin mensuel de statistique d'outre-mer)
  • Dictionnaire des villages de la Haute-Sanaga, Institut de recherches scientifiques du Cameroun, août 1965, 55 p., [lire en ligne]
  • P. Hess, Nanga-Eboko. Étude de géographie urbaine, Université de Yaoundé, 1974 (mémoire de maîtrise)
  • Placide M'bala, Étude politique, économique et sociale de la subdivision de Nanga-Eboko dans l'entre-deux-guerres, Université de Yaoundé, 1976, 252 p. (mémoire de DES)
  • Nicolas Monteillet, « Tradition orale, utilisation des généalogies et nouvelles entités politiques, Nanga Eboko, Cameroun », in Journal des africanistes, janvier 2001, vol. 71, no 2, [lire en ligne]
  • Jean Tissandier, Zengoaga : Étude d'un village camerounais et de son terroir au contact forêt-savane, Mouton, La Haye, Paris, 1969, 88 p. (ISBN 2-7099-0258-3)

Liens externes[modifier | modifier le code]