Nanga-Eboko

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les villes du Cameroun
Cet article est une ébauche concernant les villes du Cameroun.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Nanga-Eboko
Rue principale de Nanga-Eboko
Rue principale de Nanga-Eboko
Administration
Pays Drapeau du Cameroun Cameroun
Région Centre
Département Haute-Sanaga
Démographie
Population 29 814 hab. (2005[1])
Densité 4,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 4° 41′ 00″ nord, 12° 22′ 00″ est
Altitude 650 m
Superficie 700 000 ha = 7 000 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Région du Centre (Cameroun)

Voir sur la carte administrative du Centre (Cameroun)
City locator 14.svg
Nanga-Eboko

Géolocalisation sur la carte : Cameroun

Voir la carte administrative du Cameroun
City locator 14.svg
Nanga-Eboko

Géolocalisation sur la carte : Cameroun

Voir la carte topographique du Cameroun
City locator 14.svg
Nanga-Eboko

Nanga-Eboko est une commune du Cameroun située dans la région du Centre et le département de la Haute-Sanaga, dont elle est le chef-lieu. Ville de transit dans la région du Centre, Nanga-Eboko est situé sur la route nationale n°1 à 166 km de la capitale du pays, Yaoundé, et à 172 km de Bertoua, la capitale de la région de l'Est.

Toponyme[modifier | modifier le code]

Le nom de Nanga proviendrait du nom du chef originel qui a fondé la ville.[réf. nécessaire]

Géographie[modifier | modifier le code]

La région de Nanga-Eboko est caractérisée par un relief monotone parsemé de quelques sommets à l'altitude moyenne de 650 mètres. Le climat est de type équatorial avec quatre saisons. Un important réseau hydrographique arrose la localité dont la Sanaga située à 6 km du centre ville. La végétation dense alterne entre la forêt et la savane boisée.

Population[modifier | modifier le code]

Lors du recensement de 2005, la commune comptait 29 814 habitants[1], dont 18 282 pour la ville de Nanga-Eboko.

Organisation[modifier | modifier le code]

Outre Nanga-Eboko et ses quartiers, la commune comprend les villages suivants[1]  :

Personnalités[modifier | modifier le code]

L'homme politique Pierre Ismaël Bidoung Kpwatt, plusieurs fois ministre, est né à Nanga Eboko en 1953[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Troisième recensement général de la population et de l'habitat (3e RGPH, 2005), Bureau central des recensements et des études de population du Cameroun (BUCREP), 2010.
  2. cameroun24.net - Master Communication, « Bidoung Mkpatt :Le retour du baroudeur », sur cameroun24.net (consulté le 15 août 2016)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • A. Avom, Histoire politique, économique et sociale de la subdivision de Nanga Eboko de 1916 à 1960, Yaoundé, 1985 (mémoire de DIPLEG)
  • Jean-Claude Barbier, « Présentation de la zone agro-industrielle d’Obala - Nanga-Eboko », in Complexes agroindustriels au Cameroun, ORSTOM, Paris, 1980, p. 227-281, (ISBN 2-7099-0566-3), [lire en ligne]
  • R. Delarozière, Contribution à l'étude ethno-démographique de la subdivision de Nanga Eboko (Cameroun sous tutelle francaise), Paris, 1953 (supplément du Bulletin mensuel de statistique d'outre-mer)
  • Dictionnaire des villages de la Haute-Sanaga, Institut de recherches scientifiques du Cameroun, août 1965, 55 p., [lire en ligne]
  • P. Hess, Nanga-Eboko. Étude de géographie urbaine, Université de Yaoundé, 1974 (mémoire de maîtrise)
  • Placide M'bala, Étude politique, économique et sociale de la subdivision de Nanga-Eboko dans l'entre-deux-guerres, Université de Yaoundé, 1976, 252 p. (mémoire de DES)
  • Nicolas Monteillet, « Tradition orale, utilisation des généalogies et nouvelles entités politiques, Nanga Eboko, Cameroun », in Journal des africanistes, janvier 2001, vol. 71, no 2, [lire en ligne]
  • Jean Tissandier, Zengoaga : Étude d'un village camerounais et de son terroir au contact forêt-savane, Mouton, La Haye, Paris, 1969, 88 p. (ISBN 2-7099-0258-3)

Liens externes[modifier | modifier le code]