Nanette Corey

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Corey.
Nanette Corey
Nationalité Drapeau de la France française
Profession Actrice

Nanette Corey est une actrice française.

Biographie[modifier | modifier le code]

C'est entre 1973 et 1975, dans un genre érotique triomphant, que Nanette Corey fait la plus grande partie de sa carrière au cinéma. Elle partage avec Sylvia Bourdon l'affiche de La Soubrette perverse (1974) et La Veuve lubrique (1975), deux films de José Bénazéraf. Dans Q (1974), dernier volet de sa « trilogie paillarde », Jean-François Davy lui confie le rôle d'Irma, une ex-prostituée qui dispense de très sensuelles leçons à des élèves voués au « bonheur des dames ». L'année suivante, elle tient le rôle de Natacha Bakhal, tendre amie de l’héroïne Melinda Belgart, interprétée par Myriam Mézières dans Change pas de main, produit par Davy et réalisé par Paul Vecchiali. On la voit aussi aux côtés de Françoise Pascal et Joëlle Cœur dans Et si tu n'en veux pas (1976) de Jacques Besnard[1].

Quand le « hard » vient supplanter le « soft » sur les écrans français, l'actrice, qui ne tourne que des scènes de sexe simulées[2] doit changer de registre. Elle interprète encore quelques rôles secondaires sous la direction de réalisateurs comme Christian Lara (Un amour de sable, 1977), Henri Verneuil (I... comme Icare, 1979) ou de Claude Barrois (Alors... Heureux ?, 1980).

C'est à la télévision que Nanette Corey est apparue pour la première fois en 1971 dans La Dame de Monsoreau de Yannick Andréi, avec Karin Petersen. On la voit encore en 1974 dans Un Matin de juin 40, un téléfilm de Claude-Jean Bonnardot avec Bruno Pradal. L'année suivante, elle tient le rôle de Sabine Anvers, une séduisante femme pilote, dans la série télévisée de Robert Guez Pilotes de courses avec Marie-Georges Pascal et François Duval[3].

En 1975, elle enregistre un 45 tours au titre évocateur Viens dans ma bouche, extrait de la comédie musicale Lève toi et viens, un « slow interdit » aux paroles très explicites de Jacques Lanzmann[4].

Elle se spécialise enfin dans le doublage tout en poursuivant une carrière au théâtre (Les Monologues du vagin).

Théâtre[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 1975 : Viens dans ma bouche / Toujours encore (45T) Trump 2097 901
  • 1981 : Dracula (33T) Kuklos 30 08

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf Nanette Corey sur Encyclo-Ciné
  2. Cf Nanette Corey sur European Girls Adult Film Database
  3. Cf IMDb
  4. Viens dans ma bouche sur Bide et musique et sur Encyclopédisque

Liens externes[modifier | modifier le code]