Nan Kempner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kempner (homonymie).

Nan Kempner, née le 24 juillet 1930 à San Francisco et morte le 3 juillet 2005, est une riche héritière américaine, socialite, philanthrope, la femme « la plus chic du monde » selon Yves Saint Laurent.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nan Kempner
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
New YorkVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Connecticut College (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités

Née Nan Field Schlesinger, devenue Kempner par son mariage avec un banquier dans les années 1950, elle vit tout d'abord à Londres[1] puis à New York. Elle collabore avec le Vogue français ou Harper's Bazaar, et également diverses marques de l'univers du luxe. Fréquentant le Studio 54, elle est immortalisée par Andy Warhol qui la peint en 1973.

Connue pour son élégance[2], Nan Kempner possède, depuis 1964 date de son premier achat[3], trois cent soixante-seize créations du couturier Yves Saint Laurent parmi le millier de pièces de sa garde-robe ; au sein de celle-ci, la Saharienne, Le smoking ou le Jumpsuit, pièces emblématiques, font partie de sa collection[3]. Elle est également cliente fidèle de Valentino Garavani qu'elle connait depuis longtemps alors que toute jeune, sa mère lui achète ses robes chez Jean Dessès où le couturier italien débute[4].

À sa mort, son mari fait un don à la Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent ; le MET donnera une exposition en 2006/2007[5] intitulée « Une Américaine à Paris », avec 70 robes de Nan Kempner prêtées par la Fondation[3]. Diana Vreeland dira qu'« il n'existe pas ce que l'on pourrait appeler une femme chic américaine. La seule exception est Nan Kempner. » Pierre Bergé ajoute : « Nan Kempner fut fidèle à Saint Laurent comme l'est une femme à son amant. »[6]. Saint Laurent la cite comme « la plus chic du monde »[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) William Norwich, « Nan Kempner Likes Her Bathrooms Pink and Private », sur observer.com, The New York Observer, (consulté le 20 juin 2014)
  2. (en) Linda Watson, « Nan Kempner : New York socialite and couture enthusiast », sur independent.co.uk, The Independent, (consulté le 20 juin 2014)
  3. a b et c Olivier Saillard (dir.), Anne Zazzo (dir.), Morgan MJan, Alexandra Bosc et al. (préf. Bertrand Delanoë), Paris Haute Couture, Paris, Skira, , 287 p. (ISBN 978-2-08128605-4), « La cliente et le patrimoine », p. 246 à 247
  4. Nan Kempner citée in : Armando Chitolina (éditeur) et Matt Tyrnauer (trad. Claire le Breton, préf. Suzy Menkes), Une grande histoire italienne : Valentino Garavani, Köln, Taschen, (1re éd. 2007), 576 p. (ISBN 978-3836503310), « Un idéal de beauté : les robes et le glamour », p. 71
  5. « Nan Kempner - American Chic », sur metmuseum.org
  6. Florence Müller, Farid Chenoune et al., Yves Saint Laurent, Paris, Éditions de La Martinière, (ISBN 978-2-7324-4458-1), « Portraits de femmes », p. 301
  7. (en) Justine Picardie, « New York Doll », sur fashion.telegraph.co.uk, The Daily Telegraph, (consulté le 20 juin 2014)

Liens externes[modifier | modifier le code]