Province de Namur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Namur (province))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Namur (homonymie).

50° 27.99′ N 4° 51.97′ E / 50.4665, 4.86617

Province de Namur
Blason de Province de Namur
Héraldique
Drapeau de Province de Namur
Drapeau
Localisation de la province en Belgique
Localisation de la province en Belgique
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Chef-lieu Drapeau de la ville de Namur Namur
Arrondissements Dinant
Namur
Philippeville
Gouverneur Denis Mathen
ISO 3166-2 BE-WNA
Code INS 90000
Démographie
Population 486 696 hab. (01/01/2015)
Densité 133 hab./km2
Géographie
Superficie 366 600 ha = 3 666 km2
Localisation
Les 38 communes de la province
Les 38 communes de la province
Liens
Site web province.namur.be

La province de Namur est une province de Belgique située en Région wallonne.

Elle est située au centre de la Belgique et est placée sous la tutelle de la Région wallonne.

Le gouverneur de la province est Denis Mathen (prestation de serment le ). Il est le vingtième gouverneur et le premier désigné par le Gouvernement wallon. Son prédécesseur est Amand Dalem.

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Département de Sambre-et-Meuse.

L'origine de la province de Namur remonte à 1795, lors de la création du département de Sambre-et-Meuse, suite à la réunion des Pays-Bas autrichiens et de la Principauté de Liège à la France révolutionnaire.

Le département de Sambre-et-Meuse est alors principalement fondé sur les restes de l'ancien comté de Namur et de la principauté de Liège.

À la chute du Premier Empire, ce département est amputé des cantons de Walcourt, Florennes, Beauraing et Gedinne, en vertu du premier traité de Paris (signé le 30 mai 1814). Dissous, ce département est remplacé par la province de Namur créée, à l'époque du Royaume-uni des Pays-Bas, par la Constitution du Royaume des Pays-Bas du 24 août 1815[1]. Son territoire recouvre alors « la partie du département de Sambre-et-Meuse, qui n'appartient pas au Grand-duché de Luxembourg »[2], tel que délimité par le traité de Vienne[3].

En vertu du second traité de Paris (20 novembre 1815), la province de Namur récupère ses cantons de Walcourt, Florennes, Beauraing et Gedinne, et son territoire s'agrandit avec les cantons de Couvin (y compris Mariembourg) et de Philippeville, qui faisaient partie du département des Ardennes (arrondissement de Rocroi) sous le régime français, et qui sont alors incorporés dans l'arrondissement de Dinant[4].

Sous le régime néerlandais[5], plusieurs échanges de cantons et de communes ont lieu avec les provinces de Luxembourg et de Liège. On notera surtout le transfert des cantons de Marche et de Saint-Hubert de la province de Namur à celle de Luxembourg, d'abord territorialement en 1818 et 1819[6], et ensuite judiciairement (et définitivement) le 1er avril 1825[7].

Après 1830, la province de Namur devient belge.

En 1977, lors de la fusion des communes, la province de Namur s'agrandit de Sugny, qui appartenait jusque-là à la province de Luxembourg. Inversement, elle perdit Fronville qui fut intégré à la commune de Hotton et, de ce fait, à la province de Luxembourg.

Géographie[modifier | modifier le code]

La province a pour chef-lieu Namur, qui est également la capitale de la Wallonie.

Sa superficie est de 3 666 km2, pour 482 233 habitants (01/01/2013).

Outre Namur, ses principales villes sont Dinant, Philippeville, Gembloux, Ciney et Andenne.

La province compte 38 communes, réparties dans trois arrondissements administratifs : Dinant, Namur et Philippeville.

Le point culminant de la province, la Croix-Scaille, est situé à 505 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Gouverneurs[modifier | modifier le code]

Commandants militaire[modifier | modifier le code]

  • Colonel Dominique Vindevogel

Liste des communes de la province de Namur[modifier | modifier le code]

Allégorie de la Province de Namur par Guillaume de Groot, Parc du Cinquantenaire, Bruxelles.

Par ordre alphabétique[modifier | modifier le code]

1. Andenne
2. Anhée
3. Assesse
4. Beauraing
5. Bièvre
6. Cerfontaine
7. Ciney
8. Couvin
9. Dinant
10. Doische
11. Éghezée
12. Fernelmont
13. Floreffe

14. Florennes
15. Fosses-la-Ville
16. Gedinne
17. Gembloux
18. Gesves
19. Hamois
20. Hastière
21. Havelange
22. Houyet
23. Jemeppe-sur-Sambre
24. La Bruyère
25. Mettet
26. Namur

27. Ohey
28. Onhaye
29. Philippeville
30. Profondeville
31. Rochefort
32. Sambreville
33. Sombreffe
34. Somme-Leuze
35. Viroinval
36. Vresse-sur-Semois
37. Walcourt
38. Yvoir

Par arrondissement[modifier | modifier le code]

Arrondissement de Dinant[modifier | modifier le code]

Arrondissement de Namur[modifier | modifier le code]

Arrondissement de Philippeville[modifier | modifier le code]

Population par arrondissement[modifier | modifier le code]

Les chiffres suivants s'entendent pour la population de droit au premier juillet de chaque année :

Arrondissement 01-07-2003 01-07-2004 01-07-2005 01-07-2006 01-01-2010 01-01-2015
Dinant 101 428 101 933 102 617 103 408 105 998 108 870
Namur 287 445 289 450 291 143 293 194 301 472 311 371
Philippeville 62 303 62 510 62 860 63 302 64 811 66 465
Province de Namur 451 176 453 893 456 620 459 904 472 281 486 696

Source : I.N.S.[8]

Sécurité et secours[modifier | modifier le code]

Police[modifier | modifier le code]

Pour les services de police, la province est divisée en 13 zones de police :

Pompiers[modifier | modifier le code]

En ce qui concerne les pompiers, la province est divisée en 3 zones de secours :

Au début de la délimitation des zones de secours, en 2007, la province de Namur ne devait compter qu'une seule zone unique, à l'instar des provinces du Brabant wallon et de Luxembourg. Mais pour des raisons financières, certains bourgmestres du nord de la province (Claude Eerdekens (Andenne) ou Jacques Étienne (Namur)) ont fait pression pour que celle-ci soit divisée en trois zones de secours, ce qui a finalement été validé par la ministre de l'intérieur, Joëlle Milquet, en 2011[9].

Protection civile[modifier | modifier le code]

La province de Namur n'abrite pas de casernes de la protection civile belge sur son territoire mais dépend de celles de Crisnée, Ghlin ou Libramont, en fonction.

Sports[modifier | modifier le code]

masculin Football

féminin Basket-ball

Tourisme[modifier | modifier le code]

D'un point de vue touristique, la province de Namur prend le nom de Pays des Vallées[10] et compte sept maisons du tourisme comprenant chacune plusieurs communes :

Les communes d'Éghezée et Mettet ne font partie d'aucune maison de tourisme.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Arrondissements[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Constitution du Royaume des Pays-Bas du 24 août 1815, article premier, alinéa premier : « Le royaume des Pays-Bas, dont les limites sont fixées par le traité conclu entre les puissances de l'Europe assemblées au congrès de Vienne, signé le 9 juin 1815, est composé des provinces suivantes : Brabant méridional, Limbourg, Gueldre, Liège, Flandre orientale, Flandre occidentale, Hainault, Hollande, Zélande, Namur, Anvers, Utrecht, Frise, Overyssel, Groningue, Drenthe ».
  2. Constitution du Royaume des Pays-Bas du 24 août 1815, article 2, alinéa 6 : « La province de Namur contient la partie du département de Sambre-et-Meuse, qui n'appartient pas au Grand-duché de Luxembourg ».
  3. Constitution du Royaume des Pays-Bas du 24 août 1815, article 2, alinéa 7 : « Les limites du Grand-duché de Luxembourg sont fixées par le traité de Vienne ».
  4. Arrêté royal qui détermine les arrondissements et cantons, dont les pays, récemment incorporés au royaume, feront partie, sous les rapports judiciaires, 14 janvier 1816.
  5. Un livre, parmi d'autres, à consulter : J. B. de Bouge, Manuel géographique, statistique et administratif du Royaume des Pays-Bas, Bruxelles, 1821.
  6. Voir Ph. Vandermaelen, Dictionnaire géographique du Luxembourg, Bruxelles, 1838, pp. 266-271, où l'auteur cite "plusieurs arrêtés qui n'ont jamais été régulièrement publiés" mais qui "ont été communiqués par extraits aux autorités chargées de les mettre à exécution".
  7. Arrêté royal qui ordonne la séparation de quelques cantons, communes, etc., des provinces auxquelles ils appartiennent encore sous le rapport judiciaire, et leur réunion aux cantons et arrondissements des provinces dans lesquels ils se trouvent situés, 25 février 1825.
  8. Institut National de Statistique - Direction générale Statistique et Information économique
  9. « La province de Namur sera finalement divisée en 3 zones de secours. »
  10. http://www.paysdesvallees.be/fr/
  11. http://www.mtpn.be/
  12. http://www.hautemeuse.org/a-propos/
  13. http://www.valdelesse.be/
  14. http://www.ardenne-namuroise.be/fr/accueil.html?IDC=25808
  15. http://www.valleesdessaveurs.be/fr/accueil.html?IDC=339
  16. http://www.sambre-orneau.com
  17. http://www.valleesdeseauxvives.be/fr/accueil?IDC=25808

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Douxchamps-Lefèvre C., 2005, Une province dans un monde : le comté de Namur, 1421-1797, Namur, Musée des Arts anciens du Namurois, coll. Monographies, no 29. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Philippe Vandermaelen, Dictionnaire géographique de la province de Namur, Bruxelles : Établissement géographique, 1832, 329 p. [1]
  • Exposé de la situation de la Province de Namur: sous le rapport de son administration, présenté au Conseil provincial, dans sa Session de Juillet 1851, Namur : J.-H.-J. Mission, 1851, 214 p. [2]

Liens externes[modifier | modifier le code]