Nakdanim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les nakdanim (hébreu : נקדנים « ponctuateurs ») sont les successeurs des Massorètes dans la transmission du texte biblique fixé selon la norme massorétique.

La période des nakdanim[modifier | modifier le code]

La période des nakdanim commence à proprement parler avec l'introduction de la ponctuation, mais au sens étroit, plus couramment utilisé, elle est appliquée aux nakdanim du XIIe siècle jusqu'à l'invention de l'imprimerie. On en trouve surtout en Angleterre, en Allemagne et en France, mais aussi en Orient.

L'activité des nakdanim[modifier | modifier le code]

Leur activité consistait à collecter et conserver le matériel massorétique, réviser le texte consonantique produit par les scribes professionnels, et y ajouter les signes de vocalisation et d'accentuation, ainsi que les notes massorétiques (avec une encre et une plume différente de celles qui étaient utilisées pour les notes des massorètes). Chaque nakdan se fournissait pour se faire d'une copie de la Bible, elle-même écrite selon les normes massorétiques et devenues un codex modèle.

Les nakdanim ont également produit des compilations massorétiques séparées ou des traités de massore conçus pour servir de manuels, et ont écrit des traités sur les points-voyelles et les accents, ainsi que des explications sur la Massora elle-même, qui ont trouvé leur place au côté du corpus littéraire des anciens massorètes.
Par ailleurs, la transmission du nikkoud n'a souvent été que l'une des facettes de l'activité de ces érudits, qui sont souvent également connus comme grammairiens, tossafistes, etc.

Liste de nakdanim, par ordre alphabétique[modifier | modifier le code]

  • Abraham Halevi[1]
  • Abraham HaNakdan[2]
  • Asher HaNakdan[1]
  • Benjamin ben Joab Degli Mansi (d. c. 1293[3])
  • Berekhya HaNakdan
  • Brodmark[4]
  • Eliakim ben Asher[5]
  • Eliezer ben Yeshaya[1]
  • Eliya Nakdan, petit-fils de Berakhya[6]
  • Guershom ben Yehouda HaNakdan (d. vers 1396[7])[8]
  • Hayyim ben Isaac de La Rochelle (1215-16[9])
  • Hayyim ben Shneour HaNakdan (1292[10])
  • Hizqiya HaCohen (XIIIe siècle[11])
  • Isaac ben Menahem HaNakdan (1291[10])
  • Isaac HaNakdan[12]
  • Isaac ben Salomon HaNakdan (1281[10])
  • Isaïe (disciple de Joseph Hanakdan[12])
  • Jacob ben Meïr Halevi[1]
  • Perigoros ben Kalonymus HaNakdan[12]
  • Samson ben Nahman[2]
  • Samson de « Tzemion » (1343[5])
  • Samson HaNakdan, grand-père de Joseph ben Kalonymos, auteur du Shimshoni[12]
  • Samuel ben Abraham de Muldstadt (1396[7])
  • Samuel HaNakdan[16]
  • Shemaya (XIIIe siècle[2])
  • Salomon HaNakdan[12]
  • Tzaddok HaNakdan[9]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Zunz, Zur Geschichte und Literatur, Berlin 1845, p. 114
  2. a, b et c Zunz, p. 115
  3. C.D. Ginsburg, Introduction to The Massoretico-Critical Text of the Hebrew Bible, Londres 1897, p. 574
  4. Zunz, p. 121
  5. a et b Zunz, p. 120
  6. a et b Zunz, p. 118
  7. a et b Ginsburg, p. 624
  8. À ne pas confondre avec Rabbenou Guershom ben Juda de Mayence
  9. a et b Zunz, p. 110
  10. a, b, c, d et e Zunz, p. 117
  11. a et b Ginsburg, p. 480
  12. a, b, c, d, e, f et g Zunz, p. 113
  13. Zunz, p. 116
  14. a et b Zunz, p. 111
  15. Ginsburg, p. 715
  16. Zunz, p. 109

Source[modifier | modifier le code]

Cet article comprend du texte provenant de la Jewish Encyclopedia de 1901–1906, article « NAḲDANIM » par Crawford Howell Toy & Caspar Levias, une publication entrée dans le domaine public.