Najib Razak

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Najib Razak
Illustration.
Fonctions
Premier ministre de Malaisie

(9 ans, 1 mois et 7 jours)
Prédécesseur Abdullah Ahmad Badawi
Successeur Mahathir Mohamad
Biographie
Date de naissance (68 ans)
Lieu de naissance Kuala Lipis (Fédération de
Malaisie
)
Nationalité malaisienne
Parti politique Organisation nationale des Malais unis
Père Abdul Razak
Conjoint Rosmah Mansor

Mohammad Najib bin Tun Abdul Razak, dit Najib Razak[1], né le , est un homme d'État malaisien. Dirigeant de l'Organisation nationale des Malais unis, il est Premier ministre de Malaisie de 2009 à 2018. C'est un premier ministre controversé.

Du temps où il était au pouvoir, Najib s'était attaqué à tout ce qui touchait à 1MDB, faisant clôturer des enquêtes sur le scandale, écartant des voix critiques du gouvernement à l'égard de l'affaire, muselant les médias et procédant à des interpellations de personnes évoquant le scandale.

Aux Élections législatives malaisiennes de 2018, Barisan Nasional a été battu pour la première fois de l'histoire du pays, remportant 79 sièges sur 222 au Dewan Rakyat. Najib a accepté les résultats des élections et a promis d'aider à faciliter la transition du pouvoir[2]. Le 3 juillet 2018, Najib a été arrêté par la Commission malaisienne de lutte contre la corruption (MACC) à son domicile[3],[4].

Le 28 juillet 2020, un tribunal malaisien condamne à douze ans de prison Najib, jugé coupable dans le procès pour corruption du vaste scandale lié au fonds souverain 1MDB[5]. Le 8 décembre 2021, la condamnation pour corruption de Najib confirmée en appel[6].

La justice française enquête sur des allégations de corruption dans l'achat de deux sous-marins de la classe Scorpène, par le ministère malaisien de la Défense en 2002, à l'époque où Najib était ministre de la Défense. Les allégations sont qu'Abdul Razak Baginda, un assistant de Najib, a reçu des paiements de "commissions" du constructeur de sous-marins français DCNS[7]. Altantuya Shaariibuu, une Mongole engagée comme traductrice française pour faciliter l'achat des sous-marins et de la maîtresse de Baginda, a ensuite tenté de faire chanter Baginda pour une coupe de 500 000 $ et a ensuite été assassinée. 2 policiers, qui étaient des gardes du corps postés à Najib, ont été inculpés et reconnus coupables[8],[9],[10].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Najib avec sa femme Rosmah Mansor. Rosmah a été critiquée pour avoir vécu une vie luxueuse[11].

En 1976, il se marie avec Tengku Puteri Zainah Tengku Eskandar (dite « Kui Yie »), nièce du sultan du Pahang, avec laquelle il a trois enfants : Nizar Najib (né en 1978), Nazifuddin Najib (né en 1985) et Puteri Norlisa Najib. Le couple divorce en 1987 et Najib Razak épouse Rosmah Mansor, une roturière divorcée, dont il a deux enfants : Norashman Najib et Nooryana Najwa Najib. Rosmah était très impopulaire en raison de ses dépenses extravagantes, notamment des sacs à main de grande marque et des vêtements de luxe[12],[13].

Premier ministre (2009-2018)[modifier | modifier le code]

Le 31 décembre 2011, des manifestants portant le masque de Guy Fawkes protestent contre le projet de loi sur l'assemblée pacifique adopté par le gouvernement de Najib le 20 décembre de la même année.

Son régime présente de fortes tendances autoritaires. Des affaires de règlements de compte et d’éliminations de témoins gênants ont également entaché son gouvernement[14].

La Malaisie a tenu ses 14e élections générales le 9 mai 2018. Le Barisan Nasional a subi une défaite surprenante, ne parvenant pas à obtenir la majorité pour la première fois dans l'histoire du pays. Les observateurs ont crédité l'impopulaire taxe sur les biens et services ainsi que le scandale de corruption tourbillonnant 1MDB comme des facteurs clés de la défaite[15].

Condamnation pour corruption[modifier | modifier le code]

Scandale de 1Malaysia Development Berhad[modifier | modifier le code]

1Malaysia Development Berhad

En , le Wall Street Journal fait part de soupçon de détournement de fonds au profit de Najib Razak portant sur un demi-milliard d'euros (le scandale 1MDB). L'intéressé qui fait preuve d'un autoritarisme croissant et prend des mesures liberticides, évite de s'impliquer directement dans la polémique laissant à ses adjoints le soin de le défendre[16],[17].

La police de Hong Kong ouvre des enquêtes concernant 250 millions de dollars de dépôts dans des succursales du Crédit Suisse à Hong Kong liés à Najib et 1MDB[18],[19].

Le 29 février 2016, l'ancien Premier ministre malaisien, Mahathir Mohamad, a annoncé son intention de démissionner du parti au pouvoir, le «United Malays National Organisation» [Organisation de l’Union Nationale Malaisienne], pour protester contre Najib. Mahathir a assumé les responsabilités de Premier ministre de la Malaisie de 1981 à 2003. Il a adressé de vives critiques à Najib, l’accusant de corruption, et de s’attribuer des fonds d'investissement de l’État[20].

Le 15 mars 2016, deux journalistes de la télévision australienne ABC, qui enquêtaient sur le sujet, ont été expulsés du pays[21].

Le , deux jours après son départ de la tête du gouvernement, à la suite de la défaite de son parti aux élections législatives malaisiennes de 2018, au profit de la coalition d'opposition Pakatan Harapan, il est interdit de sortie du territoire[22], à la demande de Mahathir[23], alors qu'il s'apprêtait à se rendre en Indonésie pour une « pause »[24]. Durant la campagne, son rival l'ancien Premier ministre Mahathir Mohamad, qui lui a finalement succédé, a déclaré vouloir le poursuivre, éventuellement « par Interpol s'il s'enfuyait »[25].

Ensuite, son domicile, où des sacs de luxe et des diamants sont découverts, est perquisitionné et Razak est entendu par l'agence anticorruption le [26]. Ces biens sont saisis par la police[27].

Le , il est arrêté puis inculpé le lendemain de quatre chefs de corruption[28]. Il est ensuite libéré sous caution[29].

Il est de nouveau arrêté le [30] et inculpé le lendemain de quatre nouveaux chefs de blanchiment d'argent[31]. Il est peu après libéré sous caution[32]. Le , son épouse est à son tour inculpée pour détournement de fonds[33], accusée notamment d’avoir acquis 500 sacs à main, 12 000 bijoux et un nombre impressionnant de paires de chaussures avec de l’argent public[34].

Son procès débute le [35]. Le 28 juillet 2020, Najib est reconnu coupable, de tous les chefs d’accusation dans son premier procès pour le retentissant scandale de corruption 1MDB. Ses proches sont également accusés d’avoir pillé le fonds souverain Malaysia Development Berhad (1MDB), censé contribuer au développement économique de la Malaisie, dans une fraude de plusieurs milliards de dollars aux ramifications planétaires[36]. Najib est condamné à 12 ans de prison après avoir été reconnu coupable lors de son premier procès dans le cadre du retentissant scandale de corruption 1MDB ; la Haute Cour de Kuala Lumpur le condamne également à une amende de 210 millions de ringgit (49 millions de dollars) après l'avoir reconnu coupable de sept chefs d'accusation liés au pillage du fonds souverain 1Malaysia Development Berhad[37],[38],[39]. Il reste libre en l'attente du procès en appel[40]. Le jugement est confirmé en appel le 8 décembre 2021[34],[41],[42].

Le 16 mars 2022, un banc de cinq membres de la Cour fédérale dirigé par le juge en chef Tengku Maimun Tuan Mat a rejeté à l'unanimité l'appel de Najib pour apporter plus de preuves dans l'affaire de corruption SRC International Sdn Bhd dans le but d'annuler sa condamnation et sa peine[43].

Les détournements de fonds auraient servi à acheter des yachts, des sacs à main luxueux, des appartements, mais aussi à offrir des cadeaux à des stars, comme des tableaux de Picasso à l’acteur Leonardo Di Caprio[34].

Critiques et accusations[modifier | modifier le code]

Des manifestants protestent contre la fraude du gouvernement dirigé par Najib lors des Élections législatives malaisiennes de 2013.

Najib est un leader politique controversé qui a été critiqué pour ses divers scandales[44].

Meurtre d'Altantuya Shaariibuu[45][modifier | modifier le code]

Le 21 juin 2018, la police malaisienne a rouvert le dossier du meurtre macabre d'un jeune mannequin mongol, Altantuya Shaariibuu, une histoire liée aux cercles Najib[46].

Altantuya Shaaribuu a été tuée en 2006. Ils lui ont tiré dessus puis ont fait exploser son corps avec des explosifs militaires près de Kuala Lumpur. Cet assassinat a été encadré dans les événements liés au scandale de l'achat de sous-marins français en 2002[47].

L'affaire a attiré l'attention de l'opinion publique malaisienne pendant des années. Najib et sa femme, Rosmah Mansor, étaient considérés comme directement impliqués[48],[49], mais ont toujours nié catégoriquement les allégations[50],[51].

Deux agents du gouvernement ont été condamnés à mort pour le meurtre[52]. L'un s'est enfui en Australie[53], où il est en détention, et affirme avoir exécuté les ordres de "personnes importantes" en tuant la jeune fille, qui avait une liaison avec Abdul Razak Baginda, une personnalité proche de Najib. Abdul Razak Baginda a été acquitté en 2008 d'avoir commandité le meurtre[54].

Le 20 juin 2018, le père d'Altantuya s'est rendu en Malaisie et a été reçu par le Premier ministre Mahathir Mohamad, qui a fait pression pour la réouverture de l'enquête[55].

Le 16 décembre 2019, le tueur reconnu coupable Azilah Hadri a fait une allégation explosive depuis le couloir de la mort de la prison de Kajang - l'ordre de tuer Altantuya Shaariibuu est venu de Najib et du proche associé de ce dernier, Abdul Razak Baginda. Azilah a allégué que Najib l'avait convaincu qu'Altantuya était un espion étranger qui constituait une menace pour la sécurité nationale[56].

Problèmes d'achat de sous-marins Scorpène[modifier | modifier le code]

L'accord sur le sous-marin Scorpene a gagné en notoriété en raison de ses liens présumés avec l'interprète mongole Altantuya Shaariibuu, dont la mort très médiatisée en 2006 a entraîné la condamnation de deux anciens commandos de la police pour son meurtre.

L'accord de 2002 pour les sous-marins achetés à une société française valait environ 1 milliard d'euros (4,79 milliards de RM) et aurait impliqué la corruption avec une commission d'environ 540 millions de RM à une société écran ayant des liens présumés avec l'ancien assistant de Najib, Abdul Razak Baginda. L'accord impliquant deux sous-marins Scorpène a eu lieu lorsque Najib était ministre de la Défense.

En juillet 2017, le fil de presse AFP a rapporté que les enquêteurs français avaient inculpé deux anciens hauts responsables des sociétés françaises liées pour corruption, tandis que deux autres anciens hauts responsables faisaient également l'objet d'une enquête en France sur cette affaire. Les quatre auraient ensuite nié avoir commis des actes répréhensibles.

Le 22 mai 2018, le ministre malaisien de la Défense, Mohamad Sabu, a déclaré que le Cabinet discuterait de la proposition de création d'un groupe de travail spécial pour enquêter sur la corruption présumée dans l'accord de 2002 sur les sous-marins[57].

Le 12 juillet 2018, l'ambassadeur de France en Malaisie Frédéric Laplanche a déclaré que la coopération entre les autorités françaises et malaisiennes sur l'affaire des sous-marins était "très bonne", les autorités françaises étant en contact avec le nouveau procureur général Tommy Thomas. Laplanche avait déclaré qu'il sentait une forte volonté de coopérer des deux côtés et s'était dit convaincu que ces questions étaient entre de bonnes mains[58].

Le 19 novembre 2018, la Commission malaisienne de lutte contre la corruption (MACC) a rouvert son enquête sur l'achat par la Malaisie en 2002 de deux sous-marins dans lesquels des pots-de-vin ont été présumés. Najib avait été appelé au siège du MACC à Putrajaya pour cette affaire[59].

Homosexualité[modifier | modifier le code]

Dans deux discours prononcés les 27 juin et 19 juillet 2012 devant des groupes musulmans, Najib a décrit les homosexuels comme une «culture déviante» qui n'avait pas sa place en Malaisie. En décembre de la même année, Human Rights Watch a dénoncé les remarques de Najib, affirmant que ses "actions contre les personnes LGBT sont une contradiction flagrante avec son profil autoproclamé de leader" mondial modéré "". Ces actions comprennent la fermeture d'un festival de la diversité sexuelle en novembre 2011 et d'un programme gouvernemental visant à former les gens à « convertir les homosexuels »[60].

S'exprimant lors d'un séminaire islamique international à Selangor en août 2015, Najib a soutenu que la Malaisie ne devrait pas soutenir davantage les droits des LGBT. Il a également souligné qu'en tant que pays à majorité musulmane, le gouvernement promet de faire tout ce qu'il peut pour sauvegarder et défendre les droits de l'homme, mais seulement s'il n'entre pas en conflit avec les enseignements islamiques. La Malaisie ne peut plus défendre des "droits de l'homme plus extrêmes" tels que les droits des homosexuels, des lesbiennes et des transgenres. Les organisations internationales de défense des droits de l'homme ont bombardé Najib et ont mis Najib au défi de se retirer des Nations Unies s'il ne prenait pas au sérieux les questions relatives aux droits de l'homme et ne défendait pas les droits de l'homme[61].

Manifestations anti-Najib[modifier | modifier le code]

Après le déclenchement Scandale de 1Malaysia Development Berhad, l'ONG malaisienne Clean and Fair Election Alliance a tenu sa quatrième assemblée pacifique à Kuala Lumpur et dans les principales villes du pays du 29 au 30 août 2015.

Le 29 août 2015, des milliers de manifestants pro-démocratie, partisans du groupe Bersih (Propre) ont défilé dans les rues de Kuala Lumpur. Ils réclament de grandes réformes et le départ du Najib, soupçonné de corruption[62].

Plusieurs dizaines de milliers de personnes sont descendues ce 19 novembre 2016 dans les rues de Kuala Lumpur pour demander une nouvelle fois la démission de Najib[63].

Projet de loi de 2015 sur le Conseil de sécurité nationale[modifier | modifier le code]

En décembre 2015, le projet de loi 2015 sur le Conseil de sécurité nationale a été adopté au Parlement après un débat marathon de six heures. Le projet de loi confère à Najib des pouvoirs sans précédent, tels que la capacité de déterminer ce qui constitue un problème de sécurité et de considérer n'importe quelle partie de la Malaisie comme une zone de sécurité[64]. Dans la zone, les autorités peuvent procéder à des arrestations, effectuer des perquisitions ou saisir des biens sans mandat[65]. Le projet de loi a été critiqué par des groupes de défense des droits humains pour avoir permis au gouvernement d'abuser de son pouvoir[66]. Le barreau malaisien l'a qualifié de "cruel envers un gouvernement autoritaire". Le gouvernement a défendu le projet de loi, le ministre Shahidan Kassim affirmant que la loi était nécessaire pour permettre une meilleure coordination et une réponse uniforme si le pays était confronté à une menace pour la sécurité, et que la loi ne violait pas les droits de l'homme garantis par la fédération constitutionnelle[65].

Le pire ministre des Finances d'Asie[modifier | modifier le code]

Le 1er février 2016, Najib a été nommé le pire ministre des Finances d'Asie[67],[68],[69].

Riz vs quinoa[modifier | modifier le code]

Le , c’est au cours d’une réunion visant à discuter le budget d’un des programmes sociaux de l’État Najib a déclaré : « Je ne mange pas de riz. Je mange du quinoa. Mon fils me l’a fait découvrir. C’est meilleur que le riz »[70],[71],[72],[73].

Ses opposants y voient un signe de richesse, déconnecté de l'ordinaire des Malaisiens. Lim Guan Eng, ministre en chef de l’État malaisien de Penang, a souhaité marquer son opposition en annonçant : « Le riz gagnera contre le quinoa ». Un autre opposant au Najib, Mahathir Mohamad, a fait de même en déclarant : « Je ne mange que du riz local »[74].

Lim Kit Siang, le leader du Democratic Action Party (DAP), le principal parti d'opposition, a ajouté son grain de sel. Il a rappelé que le quinoa coûtait aujourd'hui 23 fois plus cher que le riz en Malaisie, fustigeant une nourriture que seules les 2 % des personnes les plus riches du pays peuvent s'offrir. « Je dois avouer qu'avant que Najib en parle, je n'avais jamais entendu parler du quinoa. Je ne savais même pas que ça existait », a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse, relate le journal local The Malaysian Insight. « Cela me fait penser à l'histoire de Marie-Antoinette. La dernière reine de France avant la Révolution de 1789. Elle aurait dit 'de manger de la brioche' à des paysans qui n'avaient plus de pain ». « Ces 14e élections générales seront celles du quinoa contre le riz. Un gouvernement intègre contre la cleptocracie. Najib contre le peuple malaisien », résume-t-il lapidaire[75].

Face à ce bad buzz, les membres de l’équipe de campagne de Najib ont tenté de le défendre via une publication Facebook. Ils ont annoncé que la préférence du Najib pour le quinoa était due à un « régime alimentaire sain », avant d’ajouter : « Nous devons noter que le Najib participe à de nombreux événements toutes les semaines et qu’il s’alimente de divers repas, incluant du riz »[76].

Arriérés d'impôts[modifier | modifier le code]

Le 25 juin 2019, le gouvernement malaisien, par l'intermédiaire de l'Inland Revenue Board (IRB), a intenté une action contre Najib exigeant qu'il paie 1,69 milliard de RM d'impôt sur le revenu impayé, un taux d'intérêt de 5 % par an à compter de la date du jugement, des frais et toute autre réparation jugée appropriée par le tribunal.

Le 22 juillet 2020, la Haute Cour a statué que Najib devait payer les arriérés d'impôts supplémentaires de la CISR pour la période 2011 à 2017 s'élevant à 1,69 milliard de RM après avoir autorisé la demande de la CISR à porter un jugement direct contre lui[77].

Le 6 avril 2021, la CISR a déposé un avis de mise en faillite contre Najib pour non-paiement de l'impôt sur le revenu d'un montant de 1,69 milliard de RM[78],[79].

Condamné à la prison[modifier | modifier le code]

Le 28 juillet 2020, Najib a été reconnu coupable de tous les chefs d’accusation dans son premier procès pour le retentissant scandale de corruption 1MDB. La Haute Cour de Kuala Lumpur l’a condamné à douze ans de prison. Il devra également s’acquitter d’une amende de 210 millions de ringgit (42 millions d’euros)[80].

Le 8 décembre 2021, une cour d’appel malaisienne a confirmé la condamnation pour corruption de Najib et une peine de 12 ans de prison pour le scandale 1MDB de plusieurs milliards de dollars[81].

Violation de la SOP[modifier | modifier le code]

Le 6 mai 2021, Najib a été condamné à une amende de 3 000 RM pour avoir enfreint le SOP[82]. Le 17 novembre, Najib a de nouveau été accusé d'avoir enfreint le SOP[83].

Le 10 mars 2022, le ministre malaisien de la Santé, Khairy Jamaluddin, a révélé que Najib avait été condamné à cinq amendes pour avoir enfreint les SOP pendant la période de campagne électorale de Johor[84],[85].

Révocation du titre "Datuk Seri"[modifier | modifier le code]

Negeri Sembilan[modifier | modifier le code]

Le 26 octobre 2018, le palais Negri Sembilan a révoqué les titres Datuk Seri conférés à Najib et à sa femme Rosmah Mansor[86].

Selangor[modifier | modifier le code]

Le 10 mai 2019, le dirigeant de Selangor, le sultan Sharafuddin Idris Shah, a suspendu les titres décernés à Najib et Rosmah Mansor, dans l'attente de leurs affaires judiciaires respectives. Najib a reçu le Keahlian Darjah Kebesaran Seri Paduka Mahkota Selangor (S.P.M.S.) Kelas Pertama, qui porte le titre Datuk Seri, en 2004[87].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Ex-Malaysian PM Najib gets 12 years' jail in 1MDB-linked graft trial », sur The Straits Times,
  2. « Najib congratulates Dr M, says ready to assist with transition », sur Malaysiakini,
  3. (en-US) Hannah Beech et Austin Ramzy, « Malaysia’s Ex-Leader, Najib Razak, Is Charged in Corruption Inquiry », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  4. (en-GB) « Malaysia's ex-PM Najib charged with corruption over 1MDB », BBC News,‎ (lire en ligne)
  5. (en) « Former Malaysia PM Najib Razak sentenced to 12 years in jail following guilty verdict in 1MDB trial », sur CNA
  6. (en) Hermes Auto, « Malaysia's Court of Appeal upholds ex-PM Najib Razak's conviction in 1MDB-related case », sur www.straitstimes.com,
  7. (en-GB) Aliran admin, « Malaysian PM caught up in murder, bribery scandal », sur Aliran,
  8. « Malaysian prime minister faces new allegations over submarine », sur web.archive.org,
  9. (en-US) M. T. Webmaster, « Body of evidence gives Malaysia's PM the jitters », sur Malaysia Today,
  10. (en) « Malaysia denies corruption allegations in French submarine sale », Reuters,‎ (lire en ligne)
  11. « Rosmah's 'shopping spree' hits Aussie paper », sur Malaysiakini,
  12. (en) Hermes Auto, « Malaysian PM Najib's wife linked to S$41.5m worth of jewellery bought with 1MDB funds: US Justice Department », sur www.straitstimes.com,
  13. (en) « Malaysia police seize hundreds of designer handbags from Najib Razak's flat », sur the Guardian,
  14. « Douze ans de prison pour le « kleptocrate » Najib Razak, un haut fait démocratique en Malaisie », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne)
  15. « Mahathir Wins in Historic Malaysia Power Shift », sur www.bloomberg.com,
  16. Le Monde du 14 octobre 2015 p. 4.
  17. Randeep Ramesh, « De Bangkok à LA, le roman d'une arnaque mondiale », Vanity Fair no 42, décembre 2016 - janvier 2017, pages 105-109.
  18. (en) « Hong Kong police launch probe into US$250 million linked to Najib », sur The Malaysian Insider (consulté le ).
  19. (en) « Hong Kong police probe deposits allegedly linked to Najib Razak », sur CNBC (consulté le ).
  20. « Malaisie: Mahathir Mohamad envisage de quitter le parti au pouvoir », sur www.aa.com.tr
  21. « Corruption: la Malaisie expulse deux journalistes étrangers trop curieux », sur RFI,
  22. « Malaisie : Najib, interdit de voyager, abandonne ses fonctions politiques », sur L'Orient-Le Jour (consulté le ).
  23. « L'ex-Premier ministre Najib, soupçonné de corruption, interdit de sortir de Malaisie », sur Le Point (consulté le ).
  24. Laurence Defranoux, « Malaisie: le Premier ministre sortant empêché de quitter le pays » Inscription nécessaire, sur Libération, (consulté le ).
  25. « Malaisie : victoire historique de l’opposition », sur Le Monde.fr (consulté le ).
  26. « MALAISIE - 1MDB, le plus gros scandale financier de la planète ? » (consulté le ).
  27. « Malaisie: près de 30 millions de dollars saisis chez l'ex-Premier ministre », sur Le Point (consulté le ).
  28. « Malaisie : l’ancien premier ministre Najib Razak inculpé de corruption », sur Le Monde.fr (consulté le ).
  29. « L’ex-premier ministre malaisien Najib Razak arrêté pour blanchiment », sur Le Monde.fr (consulté le ).
  30. « L'ex-Premier ministre Najib Razak a été arrêté », sur tdg.ch/ (consulté le ).
  31. « Malaisie: de nouveaux chefs d'accusation contre l'ex-Premier ministre Najib Razak », sur L'Orient-Le Jour (consulté le ).
  32. « Malaisie: le chef de l'opposition inculpé dans une affaire de corruption », sur Le Figaro (consulté le ).
  33. « Malaisie : Rosmah Mansor, l’épouse de l’ancien premier ministre, inculpée de détournement de fonds », sur Le Monde.fr (consulté le ).
  34. a b et c « Malaisie: l’ex-Premier ministre Najib Razak condamné à nouveau pour corruption mais reste populaire », sur RFI, (consulté le )
  35. « Malaisie : l’ex-premier ministre Najib Razak devant les juges », sur Le Monde.fr (consulté le ).
  36. « Scandale de corruption 1MDB : l’ex-premier ministre malaisien Najib Razak déclaré coupable », sur Le Monde.fr, (consulté le ).
  37. « Scandale en Malaisie : l'ex-Premier ministre Najib Razak condamné à 12 ans de prison », sur rtbf.be, (consulté le ).
  38. (en) « Najib Razak: Malaysian ex-PM gets 12-year jail term in 1MDB corruption trial », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  39. (en) Richard C. Paddock, « Najib Razak, Malaysia’s Former Prime Minister, Found Guilty in Graft Trial », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  40. « Scandale 1MDB: l'ex-Premier ministre malaisien Najib Razak condamné à 12 ans de prison », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le ).
  41. (en) Rozanna Latiff et Mei Mei Chu, « Malaysia court upholds guilty verdict for former PM Najib », Reuters,‎ (lire en ligne)
  42. (en) Story by Reuters, « Malaysia court upholds guilty verdict for former PM Najib's 1MDB conviction | CNN Business », sur CNN,
  43. Hidir Reduan Abdul Rashid, « Apex court rejects Najib's bid to adduce fresh SRC evidence », sur Malaysiakini,
  44. (en) Euan McKirdy,CNN,Chan Kok Leong, « What's behind Malaysia's '1MDB' scandal? », sur CNN,
  45. Kiniguide, « The Altantuya murder — a recap », sur Malaysiakini,
  46. Thomson Reuters Foundation, « Malaysia reopens probe into Mongolian model murdered by Najib's former bodyguards », sur news.trust.org,
  47. (en) Boo Su-Lyn, « Lawyer: French court to consider Altantuya murder in Scorpene case », sur www.malaymail.com,
  48. (en) SHAHANAAZ HABIB, « Altantuya: Razak's PI makes shocking statutory declaration (Update) », sur The Star,
  49. Our Correspondent, « Malaysian Deputy Premier's Wife Allegedly Linked to Murder », sur www.asiasentinel.com,
  50. « Altantuya revisited: Najib says never seen her, never knew she existed », sur Malaysiakini,
  51. (en) Kenneth Tee, « Najib: Lies. I never met Altantuya », sur www.malaymail.com,
  52. (en-GB) « Malaysia officers' Mongolia model death sentences upheld », BBC News,‎ (lire en ligne)
  53. (en-GB) « Australia detains Malaysian killer of model Altantuya Shaariibuu », BBC News,‎ (lire en ligne)
  54. (en) « Razak Baginda cleared of abetment charge, two others face trial », sur The Star,
  55. (en) Hermes Auto, « After meeting Altantuya's dad, PM Mahathir 'agrees her murder case should be reopened' », sur www.straitstimes.com,
  56. R. Nadeswaran, « 'Najib ordered me to kill Altantuya' - Azilah's shocking allegation from death row », sur Malaysiakini,
  57. (en) Ram An, « Defence minister announces internal probe into ‘past scandals’ on first day of work », sur www.malaymail.com,
  58. Bernama, « Scorpene submarine investigation going well, says French envoy », sur Malaysiakini,
  59. (en) « Malaysia reopens submarine probe, questions former PM Najib », Reuters,‎ (lire en ligne)
  60. (en) « Letter to Prime Minister Dato' Sri Mohammed Najib bin Tun Abdul Razak regarding discriminatory LGBT rights policy. », sur Human Rights Watch,
  61. (en) Yap Tzu Ging, « Quit UN if not keen to defend human rights for all, watchdog tells Putrajaya », sur www.malaymail.com,
  62. « Des milliers de Malaisiens réclament le départ du Premier ministre », sur RFI,
  63. « Malaisie: les manifestants veulent un gouvernement «propre» », sur RFI,
  64. (en) « Two alarm bells for Malaysians », sur sg.news.yahoo.com
  65. a et b (en-US) Prashanth Parameswaran, « Malaysia Passes Controversial National Security Law », sur thediplomat.com
  66. (en-US) Austin Ramzy, « Malaysian Security Law Invites Government Abuses, Rights Groups Say », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  67. FinanceAsia Editors, « Najib Razak: Asia's worst finance minister 2016 | finance minister of the year, najib razak, malaysia, 1mdb », sur FinanceAsia
  68. (en) « Malaysian PM Najib Razak named Asia Pacific's worst finance minister », sur AsiaOne,
  69. (en) « Malaysia's Prime Minister Najib Razak named Asia's worst finance minister 2016 », sur International Business Times UK,
  70. (en) hermesauto, « Malaysia PM Najib mocked for saying he eats pricey quinoa now, not rice », sur The Straits Times, (consulté le )
  71. (en-US) Reuters Staff, « Malaysian PM Najib sparks storm of criticism over comment on quinoa », U.S.,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  72. (en) « Malaysia's Prime Minister Is Getting Dragged by Political Opponents for Saying Quinoa Is Better than Rice », sur The Daily Meal, (consulté le )
  73. (en) Reuters, « Malaysian PM Najib lambasted for preferring expensive quinoa over rice », sur the Guardian, (consulté le ).
  74. « I only eat local rice – Dr M's gastronomic swipe at Najib », sur Malaysiakini, (consulté le ).
  75. 'Quinoa vs rice' the name of the game in GE14, says Kit Siang.
  76. « PMO: Najib doesn't eat quinoa exclusively », sur Malaysiakini, (consulté le ).
  77. (en) Danial Dzulkifly, « High Court allows IRB to collect RM1.69b in tax arrears from former PM Najib », sur www.malaymail.com,
  78. (en) « LHDN files bankruptcy notice against Najib for failing to pay RM1.69bil in income tax », sur The Star,
  79. (en) Reuters, « Malaysia ex-PM Najib served with bankruptcy notice over $400 mln tax bill », Reuters,‎ (lire en ligne)
  80. Hidir Reduan Abdul Rashid, « Najib sentenced to 12-year concurrent prison term, RM210m fine », sur Malaysiakini,
  81. (en) « Court of Appeal upholds Najib's SRC conviction », sur The Star,
  82. (en) Charles Ramendran, « Najib fined RM3,000 for SOP violation », sur www.thesundaily.my
  83. (en) « Melaka Polls: Health officials to keep an eye on Najib after alleged SOP violations emerge in video », sur The Star
  84. (en) « Johor polls: 42 compound notices issued, including five to Najib, says KJ », sur The Star,
  85. (en) 10 Mar 2022 09:34 PM MYT Thursday, « Johor polls: Health Ministry issued 42 compounds for SOP violations, including five to Najib, says Khairy », sur www.malaymail.com,
  86. (en) Hermes Auto, « Negeri Sembilan palace revokes Datuk Seri titles of Najib and Rosmah », sur www.straitstimes.com,
  87. « Selangor ruler suspends titles bestowed on Najib, Rosmah pending court cases », sur Malaysiakini,