Cobra cracheur à cou noir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Naja nigricollis)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Naja nigricollis

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cobra cracheur.
Naja nigricollis
Description de cette image, également commentée ci-après
Tête de Naja nigricollis
Classification selon ReptileDB
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Reptilia
Sous-classe Lepidosauria
Ordre Squamata
Sous-ordre Serpentes
Infra-ordre Alethinophidia
Famille Elapidae
Genre Naja

Nom binominal

Naja nigricollis
Reinhardt, 1843

Synonymes

  • Naja nigricillis var. occidentalis Bocage, 1895
  • Naja nigricollis atriceps Laurent, 1955

Naja nigricollis, le Cobra cracheur à cou noir, est une espèce de serpents de la famille des Elapidae[1]. Ce reptile se rencontre principalement en Afrique subsaharienne sur une large bande allant de l'Afrique de l'Est à l'Afrique de l'Ouest. Pouvant atteindre de 1 à plus de 2 m de long, il présente une coloration et des motifs très variables selon les individus et la localisation. Il se nourrit principalement de rongeurs et son venin est assez spécifique, mêlant substances cytotoxiques et neurotoxiques ainsi que cardiotoxiques. Comme d'autres cobras il peut projeter du venin pour se protéger, conduisant à des irritations cutanées voire la cécité lorsqu'il pénètre les yeux.

Description[modifier | modifier le code]

Cobra cracheur à cou noir.

Ce serpent atteint en moyenne de 1 à 2 m, jusqu'à 2,2 m, sa taille pouvant varier selon sa localisation géographique. La tête est modérément distincte du corps et sa forme est principalement liée aux deux larges glandes à venin situées de chaque côté de la gueule. Il possède des écailles lisses et brillantes.

Sa couleur varie fortement selon la localisation. Certains spécimens sont noirs ou gris avec la face ventrale jaune ou rougeâtre, et présentent une bande noire sur la nuque et souvent une autre bande orange ou rosâtre, toujours sur la nuque. D'autres sont bruns tirant parfois sur le jaune ou le jaune-orangé, sans bande sur la nuque. D'autres enfin peuvent tirer sur le rouge ou l'olive[2]. Certains individus peuvent même être rayés de noir et de blanc[3].

Diagnose[modifier | modifier le code]

Cette espèce présente de 21 à 23 écailles dorsales à mi-corps, de 182 à 196 écailles ventrales et de 54 à 66 écailles sous-caudales[4].

Répartition[modifier | modifier le code]

Répartition de Naja nigricollis

Ce serpent est très répandu dans une large partie de l'Afrique subsaharienne et se rencontre dans une large bande d'est en ouest, de l'Afrique occidentale à l'Afrique orientale, bien qu'il soit absent des forêts tropicales du bassin du Congo.

Cette espèce se rencontre en Mauritanie, au Sénégal, en Gambie, en Guinée-Bissau, en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone, au Mali, au Burkina, en Côte d'Ivoire, au Ghana, au Togo, au Bénin, au Nigeria, au Niger, au Tchad, au Cameroun, au Gabon, au Congo-Brazzaville, en Centrafrique, au Soudan, en Éthiopie, en Somalie, au Kenya, en Ouganda, au Burundi, en Tanzanie, au Congo-Kinshasa, au Malawi, en Zambie et en Angola[1].

On peut trouver des études anciennes faisant état d'une répartition plus large mais qui correspond en fait à la répartition de Naja nigricincta, espèce à part entière autrefois considérée comme une sous-espèce de Naja nigricollis. Ladite zone s'étend au Botswana, au Zimbabwe, à l'Afrique du Sud, au Swaziland, au Mozambique et à une partie de la Namibie.

Mœurs et biologie[modifier | modifier le code]

C'est un serpent ovipare et venimeux qui peut être nocturne ou diurne selon le lieu, les conditions climatiques et la saison, ce qui lui permet de mieux réguler sa température et de trouver les proies les plus abondantes en fonction du lieu et de l'époque. Il consomme principalement de petits rongeurs (rats, souris) mais se nourrit également de lézards et d'œufs d'autres reptiles[5].

Comme d'autres cobras il peut projeter son venin sur d'éventuels prédateurs. Ce venin a un fort pouvoir irritant pour la peau et peut même aboutir à la cécité s'il pénètre les yeux. Il utilise fréquemment cette faculté à la moindre « provocation », mais en contrepartie il a moins tendance à mordre que d'autres serpents proches[6].

Ce cobra vit généralement dans les savanes et régions semi-désertiques d'Afrique mais peut également se rencontrer dans des régions tropicales et subtropicales dans les savanes humides, en particulier près des cours d'eau. Bien que plus fréquent en plaines on peut le rencontrer jusqu'à près de 1 800 m[6]. Il est adaptable et se rencontre dans les zones anthropiques comme les plantations et les zones suburbaines.

Il semble même avoir tiré avantage des transformations opérées par l'homme au Nigeria en s'adaptant à des milieux plus secs issus de la dégradation des forêts humides[7]. Sa répartition semble même s'étendre vers le sud-est plus aride du Nigeria[4].

Comme d'autres cobras ce serpent peut se cacher de la chaleur en utilisant des termitières ou des terriers de rongeurs, même s'il semble préférer les troncs d'arbre. Ce sont d'ailleurs d'excellents grimpeurs.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Ce serpent est ovipare[1]. La reproduction a lieu de septembre à décembre. Après une gestation de 90 à 100 jours la femelle pond en général de 10 à 15 œufs (mais pouvant aller de 8 à 22 œufs)[8]. Les œufs incubent de 60 à 70 jours et nécessitent une température comprise entre 28 et 30 °C. Les petits mesurent de 20 à 25 cm de long et sont totalement autonomes dès la naissance.

Venin[modifier | modifier le code]

Le venin de cette espèce est relativement unique chez les Élapidés car il est principalement composé de substances cytotoxiques[9] tout en conservant les caractéristiques des autres Élapidés. Il présente donc à la fois les propriétés neurotoxiques des Élapidés et des propriétés cytotoxiques (conduisant à des nécroses)[10] et cardiotoxiques puissantes[11].

Les symptômes liés à une morsure sont des hémorragies importantes, des nécroses des tissus autour de la morsure et des difficultés respiratoires, même si les cas de décès suite à des morsures non traitées sont relativement faibles, de 5 à 10 %[12]. Les décès sont généralement dus à une asphyxie liée à la paralysie du diaphragme.

La dose létale médiane (DL50) pour ce venin est de 2 mg/kg en injection sous-cutanée et de 1,15 mg/kg en injection intraveineuse[6],[13].

Menaces, prédateurs[modifier | modifier le code]

Cette espèce n'est référencée ni par l'UICN ni par la CITES et n'est pas considérée comme en danger.

Elle est toutefois la proie de différents rapaces, en particulier plusieurs espèces de Circaetus qui migrent en Afrique durant l'hiver de l'hémisphère nord, et plus particulièrement du Circaète Jean-le-Blanc qui est un ophiophage strict[14]. D'autres serpents ophiophages s'attaquent également à cette espèce[8].

Interactions avec l'homme[modifier | modifier le code]

Étant très communs dans de nombreuses régions d'Afrique ces serpents peuvent se rencontrer dans les villages et villes de petite taille[4].

Ils peuvent parfois se rencontrer en captivité. Les individus capturés dans la nature sont généralement nerveux et prompts à mordre, alors que ceux nés en captivité ont tendance à être plus calmes − en comparaison aux individus sauvages[2].

Taxinomie[modifier | modifier le code]

Cette espèce a été décrite en 1843 par le zoologiste norvégien Johan Reinhardt. Wallache et al. ont proposé en 2009 de placer cette espèce dans le sous-genre Naja (Afronaja)[15], et même en 2014 de considérer ce sous-genre comme un genre à part entière, ce qui ferait de cette espèce Afronaja nigricollis[16], mais ces choix n'ont pas été acceptés à l'heure actuelle[1].

La classification de The Reptile Database n'en reconnaît actuellement aucune sous-espèce, même si certaines ont été reconnues par le passé. Des études génétiques ont conclu en 2007 qu'elles devaient être considérées en tant qu'espèce[17].

La sous-espèce Naja nigricollis nigricincta a été élevée au rang d'espèce à part entière sous le nom Naja nigricincta, et Naja nigricollis woodi est considérée comme une sous-espèce de la précédente, sous le nom de Naja nigricincta woodi. Une autre sous-espèce, Naja nigricollis atriceps, n'est pas considérée comme valide.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom générique, Naja, est la latinisation du mot sanskrit nāgá (नाग) signifiant « cobra ». Le nom spécifique, nigricollis, est formé de niger, « noir », et de collis, « la nuque », signifiant « à la nuque noire » en référence à sa coloration[18]. Son nom vernaculaire reprend le sens du nom latin.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Publication originale[modifier | modifier le code]

  • Reinhardt, 1843 : Beskrivelse af nogle nye Slangearter. Det Kongelige Danske videnskabernes Selskabs Skrifter, vol. 10, p. 233-279 (texte intégral).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Black-necked spitting cobra » (voir la liste des auteurs).
  1. a, b, c et d Reptarium Reptile Database, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  2. a et b Richard Mastenbroek, « Black-neck Spitting Cobra », DEVENOMIZED, www.devenomized.com (consulté le 20 décembre 2011)
  3. « Kraits Cobras Sea Snakes and Relatives: Elapidae - Black-necked Spitting Cobra (naja Nigricollis): Species Accounts » (consulté le 21 décembre 2011)
  4. a, b et c Sabrina Abriol, « Spitting cobra (Naja nigricollis) », Herpetology - Dr. Dever, University of San Francisco, California (consulté le 21 décembre 2011)
  5. Stephen Spawls et Bill Branch, Dangerous Snakes of Africa, Londres, Blandford Press, (ISBN 0-7137-2394-7), p. 91
  6. a, b et c « Naja nigricollis - General Details, Taxonomy and Biology, Venom, Clinical Effects, Treatment, First Aid, Antivenoms », WCH Clinical Toxinology Resource, University of Adelaide (consulté le 20 décembre 2011)
  7. Luca Luiselli, « The ghost of a recent invasion in the reduced feeding rates of spitting cobras during the dry season in a rainforest region of tropical Africa », Acta Oecologica, vol. 22, no 5,‎ , p. 311-314 (DOI 10.1016/S1146-609X(01)01113-4)
  8. a et b Vivian FM FitzSimons, A field guide to the snakes of Southern Africa, Canada, HarperCollins, (ISBN 0-00-212146-8)
  9. Johan Marais, A Complete Guide to the Snakes of Southern Africa, Le Cap, Afrique du Sud, Struik Nature, (ISBN 1-86872-932-X)
  10. Adina Chaim-Matyas et Michael Ovadi, « Cytotoxic activity of various snake venoms on melanoma, B16F10 and chondrosarcoma », Life Sciences, vol. 40, no 16,‎ , p. 1601-1607 (PMID 3561167, DOI 10.1016/0024-3205(87)90126-3)
  11. Linda Fryklund et David Eaker, « Complete covalent structure of a cardiotoxin from the venom of Naja nigricollis (African black-necked spitting cobra) », Biochemistry, vol. 14, no 13,‎ , p. 2865-2871 (PMID 1148181, DOI 10.1021/bi00684a012, lire en ligne)
  12. David A. Warrell, « Snake bite », Seminar, Lancet 2010 (volume 375, numéro 1) (consulté le 20 décembre 2011)
  13. Sean Thomas, « LD50 for various snakes », Australian Venom and Toxin database, www.seanthomas.com (consulté le 20 décembre 2011)
  14. Roland Bauchot, Snakes: A Natural History, New York, USA, Sterling; illustrated edition, , 176 p. (ISBN 1-4027-3181-7, lire en ligne)
  15. V. Wallach, W. Wüster & D.G. Broadley, 2009 : In praise of subgenera: taxonomic status of cobras of the genus Naja Laurenti (Serpentes: Elapidae). Zootaxa vol. 2236, p. 26-36
  16. V. Wallach, L. W. Kenneth, J. Boundy, 2014 : Snakes of the World: A Catalogue of Living and Extinct Species. Taylor and Francis, CRC Press, 1237 pages
  17. W. Wüster, S. Crookes, I. Ineich, Y. Mane, C.E. Pook, J.-F. Trape & D.G. Broadley, 2007 : The phylogeny of cobras inferred from mitochondrial DNA sequences: evolution of venom spitting and the phylogeography of the African spitting cobras (Serpentes: Elapidae: Naja nigricollis complex). Molecular Phylogenetics and Evolution, vol. 45, p. 437-453
  18. J Reinhardt, Andreas Johann Wagner, Franz Hermann Troschel, Wilhelm Ferdinand Erichson et Carl Ernst Siebold, Reports on zoology for 1843, 1844, George Busk, Alfred Tulk, Alexander Henry Haliday, , « Herpetology »