Naja

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Naja (homonymie).

Naja (/naʒa/) est un genre de serpents de la famille des Elapidae[1]. La majorité des serpents connus sous le nom de « cobra » appartiennent à ce genre[2]. Ils sont répandus dans presque toute l'Afrique et l'Asie du Sud, et une espèce est présente en Asie centrale.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme Naja pourrait dériver de Nâga, un emprunt à l'hindi, terme qui désigne des serpents mythiques ou du taxon Naia[3], Naja[4] eux-mêmes un emprunt par des flamands à un dialecte srilankais[5]. C'est un mot apparenté au proto-germanique *slangô, *snakô (« serpent »).

Description[modifier | modifier le code]

Les serpents du genre Naja ont un corps assez élancé et comme presque tous les Élapidés ils ressemblent à des couleuvres. Les cobras se reconnaissent notamment à la capacité qu'ils ont de se dresser face à un prédateur et d'aplatir leur cou en écartant leurs côtes pour paraître plus grands[6],[7]. Toutes les espèces du genre ont cette capacité sauf Naja multifasciata (le cobra fouisseur) qui l'a perdu. Naja naja (le cobra indien) est l'espèce qui élargit le plus fortement son cou en faisant apparaître des dessins colorés caractéristiques de l'espèce à l'avant et à l'arrière.

La plupart des espèces atteignent entre 1 et 2 mètres de longueurs, mais un certain nombre peuvent facilement dépasser les 2 mètres. Parmi les espèces connues pour être les plus grandes du genre, il y a Naja melanoleuca (le cobra des forêts) dont les plus grands spécimens dépasseraient 3 m (mais cette espèce a récemment été subdivisée en cinq espèces distinctes, dont les dimensions moyennes sont assez similaires ; les plus grands spécimens répertoriés pour le moment mesurent entre 2,6 et 2,7 m et sont attribués à trois espèces : Naja melanoleuca au sens restreint, Naja subfulva et Naja guineensis[8]). Il y a aussi Naja annulata (le cobra d'eau) qui peut mesurer 2,7 m, et le cobra égyptien, Naja haje (ou Naja senegalensis, une espèce proche récemment différenciée) qui peut atteindre près de 2,6 m. Mais on peut également citer Naja ashei, le « cobra cracheur géant » d'Afrique orientale, une espèce aujourd'hui différenciée de Naja nigricollis et bien plus grande que ce dernier, pouvant atteindre 2,8 m[9]. L'espèce la plus petite est Naja multifasciata (le cobra fouisseur), une espèce d'Afrique centrale autrefois classée dans le genre Paranaja mais que les analyses génétiques ont étonnamment permis de reclasser comme étant assez proche de Naja melanoleuca et donc dans le genre Naja, bien que l'analyse morphologique avait déjà permis de suspecter cette parenté avant les résultats génétiques. Cette espèce n'atteint que 50 à 80 cm. Avant l'intégration de cette dernière, l'espèce la plus petite était Naja pallida (le cobra cracheur rouge).

Répartition[modifier | modifier le code]

Les 32 espèces actuelles de ce genre se rencontrent un peu partout en Afrique, au Moyen-Orient, en Inde, en Asie du Sud-Est et en Indonésie[1],[10].

Venin[modifier | modifier le code]

Naja haje (ou une autre espèce proche).

Tous les Naja sont des serpents très venimeux à dentition protéroglyphe (crochets venimeux non mobiles situées à l'avant de la gueule). Leur venin est notamment composé de substances neurotoxiques, ce qui est typique de la famille des Élapidés, qui bloquent le système nerveux et provoquent la paralysie. Mais le venin de certaines espèces contient en outre des substances cytotoxiques qui provoquent des gonflement et des nécroses des tissus avec un pouvoir anticoagulant important[11].

Plusieurs espèces du genre Naja, mais pas toutes les espèces, sont des cobras cracheurs. Leurs crochets venimeux possèdent un orifice sur leurs parties antérieures qui permet à ces cobras de projeter du venin à distance. La portée du jet de venin est variable d'une espèce à l'autre. Ils n'utilisent cette technique que pour se défendre contre les prédateurs et non pour tuer leurs proies. Le venin, au contact de la peau de la victime, possède un fort pouvoir irritant. S'il atteint l’œil, il provoque une sensation violente de brûlure et entraîne une cécité qui peut devenir définitive si le venin n'est pas rincé rapidement[12].

Les cobras cracheurs sont notamment les espèces du sous-genre Afronaja (toutes les espèces de ce sous-genre : N. nubiae, N. pallida, N. katiensis, N. nigricollis, N. ashei, N. mossambica et N. nigricincta) ainsi qu'une partie des espèces du sous-genre Naja (N. siamensis, N. mandalayensis, N. sumatrana, N. sputatrix, N. philippinensis et N. samarensis). En revanche aucune espèce des sous-genres Boulangerina et Uraeus ne crache de venin, ni une partie des espèces du sous-genre Naja (N. naja, N. oxiana, N. kaouthia, N. atra).

Hemachatus haemachatus est un autre « cobra cracheur » qui ne fait pas partie du genre Naja.

Naja naja: les yeux opaques sont le signe d'une mue prochaine

Liste des espèces et taxonomie[modifier | modifier le code]

Selon Reptarium Reptile Database (28 janvier 2019)[13] :


Des espèces nouvelles ont été distinguées grâce à plusieurs travaux génétiques durant ces deux dernières décennies. Parfois il s'agit de taxons auparavant considérés comme sous-espèces avec de notables différences morphologiques, qui furent simplement élevés au rang d'espèces, mais dans certains cas il s'agit d'espèces dites "cryptiques" nouvelles pour la science comme c'est le cas pour le complexe d'espèces de Naja melanoleuca désormais subdivisé en cinq espèces distinctes[8].

Une étude de 2009 fondée sur les traits morphologiques et la phylogénie propose de distinguer 4 sous-genres : Naja, Afronaja, Boulengerina et Uraeus[15].

Naja
(Naja)

Naja (Naja) naja





Naja (Naja) kaouthia



Naja (Naja) atra





Naja (Naja) mandalayensis



Naja (Naja) siamensis



Naja (Naja) sputatrix






(Afronaja)


Naja (Afronaja) pallida



Naja (Afronaja) nubiae





Naja (Afronaja) katiensis




Naja (Afronaja) nigricollis




Naja (Afronaja) ashei




Naja (Afronaja) mossambica



Naja (Afronaja) nigricincta








(Boulengerina)

Naja (Boulengerina) multifasciata





Naja (Boulengerina) christyi



Naja (Boulengerina) annulata






Naja (Boulangerina) savannula



Naja (Boulangerina) subfulva





Naja (Boulengerina) guineensis



Naja (Boulengerina) peroescobari



Naja (Boulengerina) melanoleuca






(Uraeus)

Naja (Uraeus) nivea




Naja (Uraeus) senegalensis




Naja (Uraeus) haje



Naja (Uraeus) arabica





Naja (Uraeus) annulifera



Naja (Uraeus) anchietae








Sources[modifier | modifier le code]

  • Laurenti, 1768 : Specimen medicum, exhibens synopsin reptilium emendatam cum experimentis circa venena et antidota reptilium austriacorum, Vienna Joan Thomae, p. 1-217 (texte intégral).
  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Naja » (voir la liste des auteurs).
  • « Cobra », sur Larousse (consulté le 23 décembre 2014)
  • V.Battaglia, « Cobra. Naja », sur www.dinosoria.com, (consulté le 23 décembre 2014)
  • (en) Van Wallach, Wolfgang Wüster et Donald Broadley, « In praise of subgenera: taxonomic status of cobras of the genus Naja Laurenti (Serpentes: Elapidae) », Zootaxa, vol. 2236, no 1,‎ , p. 26-36 (lire en ligne)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Reptarium Reptile Database, consulté lors d'une mise à jour du lien externe
  2. Article Dinosoria, Introduction
  3. 1693 John Ray, Synopsis methodica Animalium quadrupedum et serpentini generis, p.330
  4. 1712 Engelbert Kaempfer, Amoenitatum, p.565
  5. 1681 Robert Knox, Relation ou Voyage de l'isle Le Ceylan, I, p.127
  6. Article Larousse, Introduction
  7. Article Larousse, 1.1. Des postures qui dénotent son humeur
  8. a et b W. Wüster, L. Chirio, J.F. Trape, I. Ineich, K. Jackson, E. Greenbaum, … C. Hall, Integration of nuclear and mitochondrial gene sequences and morphology reveals unexpected diversity in the forest cobra (Naja melanoleuca) species complex in Central and West Africa (Serpentes: Elapidae), 2018, [1].
  9. Wüster & Broadley, Get an eyeful of this: a new species of giant spitting cobra from eastern and north-eastern Africa (Squamata: Serpentes: Elapidae: Naja), 2007, [2].
  10. Article Larousse, 1.4. Milieu naturel et écologie
  11. Article Larousse, 1.2. Une technique unique, mais infaillible
  12. Article Dinosoria, Les cobras cracheurs
  13. Reptarium Reptile Database, consulté le 28 janvier 2019
  14. Article Larousse, 2. Zoom sur... le cobra indien
  15. In praise of subgenera: taxonomic status of cobras of the genus Naja Laurenti, p. 28

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :