Naim Süleymanoğlu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Süleymanoğlu.
Naim Süleymanoğlu
Naim Süleymanoğlu 1989 Paraguay stamp.jpg
Naim Süleymanoğlu sur un timbre du Paraguay de 1989.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Ptichar (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
(à 50 ans)
IstanbulVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalités
Activité
Autres informations
Taille
1,47 mVoir et modifier les données sur Wikidata

Naim Süleymanoğlu, né Naim Suleimanov le à Ptitchar (Bulgarie) et mort le à Istanbul (Turquie)[1], est un haltérophile turc.

Biographie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Très petit, Naim Süleymanoğlu atteindra vite sa taille définitive de 1,47 m. L'haltérophilie sera plus qu'une vocation pour lui. Il établit son premier record correspondant à des performances d'adulte à l'âge de 15 ans seulement. En 1984, âgé de 16 ans, il devient le deuxième haltérophile capable de développer trois fois le poids de son corps à l'épaulé-jeté, il obtient aussi à cet âge-là son premier record du monde. Si la Bulgarie n'avait pas boycotté les Jeux olympiques cette année-là, Süleymanoğlu aurait vraisemblablement obtenu la médaille d'or ; en effet, quelques semaines après les Jeux de 1984, il souleva 30 kg de plus que le champion olympique dans sa catégorie de poids.

Il devient pour la première fois Champion du monde à 18 ans, en 1985.

En décembre 1986 à Melbourne (Australie), Süleymanoğlu fait défection et obtient l'asile politique en Turquie, puisque d'origine turque et né en Bulgarie dont le territoire appartenait auparavant à l'Empire Ottoman. Malgré les contestations bulgares, il peut représenter la Turquie aux Jeux olympiques de 1988 (avec un transfert négocié à hauteur d'un million de dollars).

Dès 1987, Naim confirme sa suprématie mondiale. Champion olympique en 1988, il établit un double record du monde à l'arraché et à l'épaulé-jeté, remportant le titre olympique en soulevant 30 kg de plus que le médaillé d'argent. En fait, le total combiné de Süleymanoğlu dépasse le total correspondant du champion olympique dans la catégorie poids légers (alors que Naim concourt en poids plumes, la catégorie inférieure).

Sous ses nouvelles couleurs, il est champion olympique encore en 1992 et en 1996, devenant ainsi le premier haltérophile trois fois titré consécutivement aux JO. À Atlanta, Süleymanoğlu livre un duel homérique au Grec Valerios Leonidis et remporte un troisième titre olympique en battant son propre record du monde. Süleymanoğlu tente en vain de conquérir un quatrième titre à Sydney, mais il est éliminé après trois tentatives infructueuses à l'arraché, sur une barre de 145 kg.

Fort également de ses seize titres mondiaux, de ses 50 records mondiaux, Süleymanoğlu devient un héros national.

En 2002 et 2006, il est candidat à des élections pour le Parti d'action nationaliste.

Il meurt le 18 novembre 2017 après plus d'un mois de soins intensifs, atteint d'une grave insuffisance hépatique.

Citation[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Weightlifting legend Naim Süleymanoğlu dies at age 50 », sur dailysabah.com, 18 novembre 2017

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :