Naiad Press

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Naiad Press
Repères historiques
Création 1973
Disparition 2003
Fondateur(s) Barbara Grier
Fiche d’identité
Siège social Tallahassee (Floride)
Drapeau des États-Unis États-Unis
Direction Bella Books
Spécialité(s) Lesbianisme
Langue(s) de
publication
Anglais américain

Naiad Press était une maison d'édition américaine créée en 1973 et fermée en 2003, consacrée à la littérature à thématique lesbienne. C'est l'une des premières maisons d'édition américaines à avoir publié des ouvrages sur ce thème.

Histoire[modifier | modifier le code]

Naiad Press est fondée en 1973 par Barbara Grier et sa compagne Donna McBride, toutes deux bibliothécaires de formation, qui s'associent avec l'écrivaine Anyda Marchant et la compagne de celle-ci, Muriel Crawford, pour réunir les fonds nécessaires au lancement de l'entreprise (elle démarre avec un budget de 2000 dollars)[1]. Le but de Barbara Grier est de permettre aux femmes lesbiennes, où qu'elles soient et quel que soit leur niveau d'éducation, d'avoir accès à une littérature évoquant leur vie[2]. Le premier livre publié par Naiad Press est le premier roman d'Anyda Marchant, The Latecomer ; Marchant publie ses écrits sous le pseudonyme de Sarah Aldridge (en)[3].

En 2003, Barbara Grier et Donna McBride prennent leur retraite et vendent le fonds de Naiad Press à l'éditeur Bella Books[2].

Publications[modifier | modifier le code]

Naiad Press publie de nombreuses auteures lesbiennes qui deviennent célèbres par la suite, comme Katherine V. Forrest (en), Sarah Schulman (en), Karin Kallmaker (en) ou Claire McNab. Naiad Press est surtout connue pour ses histoires d'amour et ses polars, ce qui lui vaut d'être rapprochée (en mal) des éditions Harlequin (connues pour publier des romans à l'eau de rose) ; Grier répondait à ces critiques en expliquant qu'elle cherchait à atteindre les lesbiennes de l'Amérique moyenne qui ne vivaient pas leur sexualité ouvertement, mais qui n'en méritaient pas moins de lire des livres sur leur vie[1].

Naiad Press réinvestissait une partie de ses gains pour publier des ouvrages universitaires et des rééditions de classiques qui ne sont pas rentables[4]. Naiad Press publiait ainsi des auteures qui n'étaient plus disponibles depuis longtemps à ce moment-là, comme Jane Rule ou Gale Wilhelm ; la maison d'édition a réimprimé aussi la traduction des poèmes de Renée Vivien et celle du poème Lifting Belly de Gertrude Stein[1]. Ont également été réédités chez Naiad Press des classiques américains comme The Price of Salt de Patricia Highsmith ou la série des Beebo Brinker d'Ann Bannon[4].

En 1985, Naiad Press publie un recueil de témoignages, Lesbian Nuns: Breaking Silence (Ma sœur, mon amour). Réuni par Rosemary Curb et Nancy Manahan, il se compose d'une cinquantaine de témoignages de religieuses parlant de leurs relations amoureuses avec d'autres religieuses : l'ouvrage fait scandale à sa parution[2].

Auteurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « In remembrance: Barbara Grier », article de Victoria Brownworth sur le site de la Lambda Library le 11 novembre 2011. Page consultée le 26 novembre 2011.
  2. a, b et c « Décès de Barbara Grier, pionnière de la littérature lesbienne », article de Judith Silberfeld sur Yagg le 26 novembre 2011. Page consultée le même jour.
  3. Article « Marchant, Anyda (Sarah Aldridge) (1911-2006) and Muriel Inez Crawford (1914-2006) » sur An Encyclopaedia of Gay, Lesbian, Bisexual, Transgender and Queer Culture. Page consultée le 26 novembre 2011.
  4. a et b Page « Barbara Grier » de l'exposition en ligne Out at the Library de la San Francisco Public Library. Page consultée le 26 novembre 2011.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]