Nadine Monfils

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Monfils.
Nadine Monfils
Description de cette image, également commentée ci-après
Nadine Monfils en septembre 2018 au Livre sur la place de Nancy
Alias
Jeffrey Lord
Naissance (65 ans)
Etterbeek, Drapeau de la Belgique Belgique
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Nadine Monfils (née à Etterbeek le ) est une écrivaine et réalisatrice belge, vivant à Montmartre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Mariée, mère de deux enfants, Nadine Monfils enseigne la morale et publie en même temps son 1er livre Contes pour petites filles perverses aux éditions le Cri. Éclectique, elle excelle dans tous les genres : poésie (douze prix), théâtre, bande dessinée (un projet de scénario adapté des "vacances d'un serial killer" avec Borris), roman, nouvelle... Le théâtre fait beaucoup appel à elle puisqu'elle a elle-même joué dans des pièces en wallon brabançon au Cercle d'Effort d'Ottignies. Parmi ses amitiés littéraires, il faut notamment citer Thomas Owen avec qui elle partageait un goût certain pour le fantastique, Bernard Noël, Marcel Moreau, Frédéric Dard et Jean-Pierre Jeunet côté cinéma.

Pendant des années, elle donne des cours d'écriture de scénario au Parallax (école de comédiens) en compagnie de Pascal Vrebos, à l'U.E.E. (Université européenne d'écriture créative et audiovisuelle). Elle a également rédigé des chroniques littéraires dans Père Ubu, journal satirique belge, pendant dix ans. Depuis 3 ans, elle écrit des critiques de polars pour Focus.

Elle dirige une galerie d’art, pendant 7 ans, à Bruxelles et a fait carrière comme comédienne. Elle a travaillé avec le cinéaste Walerian Borowczyk.

Elle est également critique de cinéma dans Tels Quels (revue homosexuelle).

Elle a animé des ateliers d’écriture dans les prisons (notamment à Rouen).

Elle a entre autres créé le personnage du commissaire Léon, le flic qui tricote. Elle est en outre l'un des auteurs de Blade, Voyageur de l'Infini sous le pseudonyme masculin de Jeffrey Lord (no 174 : La Malédiction des ombres).

Thomas Owen écrit d'elle dans une postface : « Elle est pareille à ses héroïnes. Elle demeure maîtresse de la situation. Quand on l'interpelle, elle se retourne, se penche en avant, trousse son jupon, montre son derrière et s'envole par-dessus les toits. »

Œuvres[modifier | modifier le code]

Série Les Enquêtes du commissaire Léon[modifier | modifier le code]

Aux éditions Belfond
  1. Madame Édouard
  2. La Nuit des coquelicots
  3. Il neige en enfer
  4. Silence des canaux
  5. Clair de lune à Montmartre
  6. Le Fantôme de Fellini
  7. Les Bonbons de Bruxelles
  8. Les Jouets du diable
  9. Bonjour chez vous !
  10. Le Cabaret des assassins
  11. Les Fantômes du Mont-Tremblant

Autres publications[modifier | modifier le code]

  • 1984 : La Velue (Ed.du Rocher), épuisé. Réédité en janvier 2015 aux éditions Fragrances avec l'ajout d'une introduction.
  • 1984 : Peau de papier (Le cri) (épuisé)
  • 1991 : La Vieille Folle, éd. Lefrancq, illustré par René Follet d'après la pièce de théâtre du même nom (épuisé)
  • 1995 : Une petite douceur meurtrière, Gallimard, coll. « Série noire » no 2382
  • 1997 : Rouge-fou, Flammarion (épuisé)
  • 1998 : Monsieur Émile, Gallimard, coll. « Série noire » no 2501
  • 2000 : Les Miroirs secrets de Bruges, Éditions Hors Commerce, coll. « Hors noir » no 24
  • 2001 : Le Bal du diable, La Musardine (érotisme)
  • 2005 : Les Fleurs brûlées, Mijade
  • 2005 : Peau de papier, L'Arganier (épuisé)
  • 2005 : Contes pour petites filles perverses, La Musardine (érotisme)
  • 2005 : Laura Colombe, Atelier des brisants, Illustrations Leonor Fini
  • 2007 : Babylone dream, Belfond / Pocket
  • 2008 : Contes cruels, Éditions Blanche
  • 2008 : Nickel Blues, Belfond
  • 2008 : Contes pour petites filles criminelles, éditions Tabou (érotisme)
  • 2009 : Téquila frappée, Belfond
  • 2009 : Le Bar crade de Kaskouille, Éditions La Branche, « Suite noire » (no 30)[1]
  • 2010 : Coco givrée, Belfond
  • 2011 : Les Vacances d'un serial killer, Mémé Cornemuse, Belfond / Pocket
  • 2011 : Contes pour petites filles libertines, éditions Tabou (érotisme)
  • 2011 : Nuits retroussées à Venise, éditions Tabou (érotisme)
  • 2012 : La Petite Fêlée aux allumettes, Mémé Cornemuse, Belfond/ Pocket
  • 2012 : Les Souliers de satan, éditions Tabou (érotisme)
  • 2013 : La Vieille qui voulait tuer le bon dieu, Mémé Cornemuse, Belfond/ Pocket
  • 2014 : Mémé goes to Hollywood, Mémé Cornemuse, Belfond
  • 2015 : Maboul Kitchen, Mémé Cornemuse, Belfond
  • 2016 : Elvis Cadillac : King from Charleroi, Fleuve éditions
  • 2017 : Ice cream et Châtiments, Fleuve éditions
  • 2018 : Le rocker en pantoufles, Fleuve éditions[2],[3].

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • 1985 : Une hirondelle en hiver (Théâtre du Grand Midi) Mise en scène de Bernard Damien
  • 1986 : Il ne faut pas parler d'amour aux cadavres qui ont les ongles peints en rouge (Le botanique)
  • 1991 : La Vieille Folle (Palais des beaux arts) Mise en scène de Jean-Claude Idée avec Suzy Falk, Dominique Bayens, Stéphane Steeman en remplacement de Jacques Lippe
  • 1994 : Moi toute petite, mourir un jour Mise en scène d'Elvire Brison avec Rosalia Cuevas, Yves Deguenne, Andrea Hanecart
  • 1995 : Les fleurs brûlées Mise en scène de Jean-Claude Idée avec Rosalia Cuevas[4].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisatrice[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Prix « Polar 2007 » au Salon « Polar & Co » de Cognac pour Babylone Dream
  • Prix de la Nouvelle policière RTBF pour La Vie en rose
  • Prix jeunesse des lectures publiques pour Les Fleurs brûlées
  • Prix littéraire des lycéens et apprentis de Bourgogne 2009 pour Nickel Blues
  • Prix de la ville de Limoges 2010 pour Coco givrée
  • Prix de "La griffe noire" ( St Maur / Gérard Collard) pour l'ensemble de son œuvre.

Notes et Références[modifier | modifier le code]

  1. Dominique Baillon-Lalande, « Le Bar crade de Kaskouille », sur Encres vagabondes, (consulté le 21 août 2018).
  2. « Nadine Monfils », sur lisez.com (consulté le 21 août 2018).
  3. Jean-Noël Levavasseur, « Dives. Nadine Monfils et Elvis s’installent dans le village d’art », sur ouest-france.fr, (consulté le 21 août 2018).
  4. « Nadine Monfils », sur agentagitateur.com (consulté le 21 août 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]